Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Ces gars de Bayonne partis au Japon pour mettre en musique les « Gosses de Tokyo » d’Ozu

25 octobre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Onze ans après leur rencontre à Bayonne, les trois membres fondateurs du Groupe 0 sont au Japon depuis le 18 octobre pour une tournée de 7 dates au pays d’Ozu, dont ils interpréteront en live leur musique du chef d’oeuvre « Gosses de Tokyo » (1932).

Ces trois-là étaient faits pour se rencontrer et ne plus trop s’éloigner les uns des autres, adaptes de chemins de traverses par rapport à l’écriture contemporaine de la musique pour en préférer la retenue d’une écriture minimaliste, et l’envie d’investir des territoires vierges.

Depuis onze ans désormais, le guitariste Joël Merah, le percussionniste Stéphane Garin et le compositeur Sylvain Chauveau ont créé sur Bayonne le « Groupe 0 » (« zéro »), ce chiffre revendiquant l’envie d’une table rase de ce qui a déjà été fait.

ozu-groupe-1

De gauche à droite : Joël Merah ; Sylvain Chauveau

De multiples projets ont vu le jour, parfois en y incorporant des membres différents (avec toujours au moins un bonhomme du noyau dur initial), mais toujours porté sur la lenteur et l’attente musicale, avec cette certitude que ce qui reste à écrire est devant eux, toute la question étant d’inventer le pas en avant pour s’y positionner.

L’esthétique commune et non obligatoirement fusionnelle s’est compliquée de camps de bases éloignés : Joël Merah est professeur d’analyse musicale au Conservatoire de Bayonne, Sylvain Chauveau travaille depuis Bruxelles, et Stéphane Garin, rattaché à l’Orchestre de Pau,  est un électron libre aspiré par de multiples destinations, et basé sur Barcelone.

Leur « delicate music » n’avait que trop tourné autour du Japon pour ne pas reculer plus longtemps : depuis ce 18 octobre, le trio est donc en tournée au Japon pour y donner « un rêve de musiciens », accompagner en live le chef d’oeuvre muet de l’immense réalisateur japonais Ozu, « Gosses de Tokyo » (1932).

ozu-groupe-2Les connections se sont faites autour d’un instinct premier de Joël Merah, fan de cette chronique sociale burlesque mais pas que, à peu près au même où, en 2003, il reçut un Prix au prestigieux Concours Tōru Takemitsu, ce concours musical organisé à Tokyo et destiné aux jeunes compositeurs de musique contemporaine.

Depuis, Sylvain et Stéphane ont vu le film, et ont senti les premières connections cérébrales entre leurs cerveaux et leurs instruments, l’envie a fait corps, et s’est incarné dans les certitude que, « avec le groupe 0, il y avait quelque chose à faire ».

L’histoire de ce petit employé de bureau, dans la banlieue de Tokyo avec sa famille, nourrit une fable sociale et familiale dont la violence est perceptible de plan en plan : voyant leur père accepter de se faire humilier au travail pour « nourrir sa famille », ses deux enfants refusent d’accepter cette contrainte, et entament une grève de la faim en signe de protestation. Le père les punira, tout en sachant qu’ils ont raison.

ozu-groupe-3Sylvain s’est chargé de dissiper le côté sombre de l’intrigue, pour en nourrir la légèreté de l’enfance, et y apporter des ressentis de référents culturels japonais.

Joël y a apporté un onirisme en contre-point, « j’ai pris beaucoup de plaisir à le faire », et a porté cette envie que leur composition musicale n’ait pas à être calée « obligatoirement » sur le rythme du film.

Et Stéphane a été chargé de donner de la place au timbre de cette civilisation, à la rencontre de deux mondes, le leur et celui du Japon, et y trouver le point d’imbrication, « on y va pour présenter ce qui relève d’un projet personnel du groupe 0, sans s’être senti obligé de coller aux attentes des Japonais, l’intérêt n’est pas là », précise Joël.

La vigilance de respect pour cette œuvre a naturellement prévalu, pour une série de sept concerts au Japon et deux autres à Taïwan.

gosses-de-tokyo-mehra-6Leurs expériences personnelles le leur ont déjà prouvé : « le public japonais est très sensible et très à l’écoute de formes musicales axées sur la quiétude, tout en manifestant, dans le plus grand silence souvent, leurs sensibilités pour les différences culturelles qui leur sont proposées », explique Sylvain, « au point de se demander parfois si cela leur a plu, avant de les voir s’enthousiasmer », sourit Joël.

L’idée qui a germé, un sentiment de plaisir qui est passé entre les trois, « jouer Ozu devant des Japonais », puis l’envie d’un enregistrement de leurs « Gosses de Tokyo » : « the band whose name is pronounced zero » ne s’étend pas sur  d’autres raisons autres, comme cela, par exemple, de voir en eux trois gosses irréductibles qui préféreraient faire la grève de la faim plutôt que de devoir jouer ce dont ils n’ont pas envie.

groupe-0

Photo du 26 octobre 2015 – Page Facebook de Stephane Garin


On nous a écrit, sur le sujet, pour compléter

sevan-l'hostis« Salut Eklektika, précisons même que c’est à l’Atalante que le ciné-concert Ozu/0 a été créé… Signé : une des spectatrices de cette magique soirée, qui se console comme elle peut de ne pas écumer les salles japonaises à leur poursuite ! Puis aussi (c’est ma soirée « fantômette justicière ») que les gars de Bayonne ont dans leurs bagages la précieuse flûtiste Julia Gallego, sans qui ces Gosses de Tokyo ne sonneraient pas tout pareil pareil…

Merci pour le site Ramuntxo & compères !! Jamais pris le temps de vous le dire. C’est fait… »

Et merci à Sevàn l’Hostis, pour la complétitude apportée…


Premières photos de la tournée de Groupe 0 au Japon

groupe-0-tojyo-4groupe-0-tojyo-3groupe-0-tojyo-2groupe-0-tojyo-1


Joël Merah

joel-merahNé en 1969 et vivant au Pays Basque, Joël Merah grandit dans un contexte où les musiques populaires et urbaines affluent. Il entre au CNR de Bayonne et y étudie la guitare, l’écriture, l’analyse.

C’est au contact du compositeur Claude Ballif qu’il décide d’approfondir l’étude de la composition qu’il poursuit ensuite au Conservatoire de Paris, dans les classes d’Emmanuel Nunes, Michaël Lévinas, Marc-André Dalbavie, Laurent Cuniot, Luis Naon, Yann Geslin et Gilles Leothaud.


Sylvain Chauveau

sylvain-chauveauS’écartant du chemin traditionnel de la scène française, Sylvain Chauveau compose des morceaux raffinés et mélodieux qui incluent des éléments électroniques minimaux comme en témoignent les albums le Livre noir du capitalisme (2000) et Nocturne impalpable (2001), Un autre Décembre (FatCat, 2003), S. (Type, 2007), Nuage (Type, 2007), « Touching Down Lightly » (Creative Sources, 2009), « Singular Forms (Sometimes Repeated) » (Type, 2010).

Ses disques sont sortiles sur les labels FatCat, Les Disques du Soleil et de l’Acier, Type, Creative Sources et Nature Bliss. Il a joué en live en Europe, Asie et Amérique.


Stéphane Garin

stephane-garinActuellement membre, de l’Orchestre Pau Pays de Béarn, de l’ensemble de musique contemporaine Dedalus et du collectif de phonographes en Pays Basque Soinumapa, Stéphane Garin s’est produit au sein de l’Ensemble Intercontemporain de l’orchestre Les Siècles, de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, de l’Orchestre de l’Opéra de Rouen, du Brussels Philharmonic, des Dissonances sous la direction de chefs comme Pierre Boulez, Péter Eötvös, Léon Fleisher, Philippe Jordan, David Robertson, Pascal Rophé ou encore François-Xavier Roth.

Il a également collaboré avec des musiciens, danseurs, performeurs et metteurs en scène tels Pascal Battus, Antoine Beuger, Olivier Bernet (avec qui il enregistre la musique du film Persepolis), Carl Craig, Mathias Delplanque, Jürg Frey, Ryoji Ikeda, Moritz von Oswald et bien d’autres encore.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.