Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Hendaia Film Festival#3 : la fenêtre sur Courts garde le cap

16 octobre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Commencé hier, le Hendaia Film Festival#3 donne rendez-vous jusqu’à samedi à tous ceux pour qui faire court ne porte jamais la volonté de restreindre ce que le cinéma peut avoir à dire, de sa compétition internationale à sa sélection de films tournés en Aquitaine et Euskadi.

Le rendez-vous est ancré dans l’automne de la Ville d’Hendaye, avec ce troisième et dernier festival de cinéma de la côte basque, réservé aux courts métrages : aux spécificités latinos du Festival de Biarritz et au fourre-tout – ou pas grand chose – du Festival International du Film de St Jean de Luz, le Hendaia Film Festival tire sa force, trois jours durant, de la conscience de son utilité, modeste, mais déterminée.

Avec un budget riquiqui et une Présidente, Angela Mejias, qui porte en elle la capacité d’une souris renversant un éléphant, le HFF#3 garde sa conviction qu’un écran blanc de cinéma peut à la fois porter une très grande diversité de cultures, mais également une peinture sociale qui s’adresse au coeur.

hendaia-film-festival-4

« Fin de campagne » de Stephan CASTANG. 44 mn. Fermeture du festival, samedi 17 octobre 21h

« A la question de savoir comment changer les choses, il y en a qui le font avec un stylo ou un pinceau, mais, à l’évidence, ceux qui ont choisi la caméra produisent des choses fortes, belles, voire dérangeantes, comme le monde qui nous entoure » est un credo qui ne prend pas une ride.

Ouverte hier avec une première sélection internationale de 7 films courts, au Cinéma Les Variétés, une deuxième salve est sur la rampe de lancement, ce soir à 21h.

hendaia-film-festival-3

« Planter les choux » de Karine BLANC. Projection vendredi 16 octobre 21h.

Pas de petit bonhomme Télérama qui sourit ou d’étoiles Première dont le nombre déterminerait nos choix, ici, ce qui est attendu du spectateur, c’est sa disponibilité curieuse, et sa certitude d’être surpris, puis enchanté (une recette testée sur ses deux premières éditions).

Et puis il faudra garder une attention toute particulière pour le programme COMPÉTITION AQUITAINE-EUSKADI (vendredi à 16h et samedi à 10h30), où les promesses espérées du cinéma basque ou régional seront soumises, quelques minutes durant, à l’attente du public.

hendaia-film-festival-2

« The fish of my life » de Julius SICIUNAS. Projection vendredi 16 octobre 21h

Le samedi soir, une fois passée la projection du long métrage assez épouvantable de Lasa eta Zabala de Pablo Malo (à 15h30 aux Variétés), pourra dès lors s’ouvrir la cérémonie de remise des prix du HFF#3 : l’émotion des vainqueurs est une offrande qui fait chaud aux coeurs, et la certitude que leurs noms, inconnus jusque là, doivent trouver une place de choix dans nos vigilances de spectateurs pour les « grands films » à venir.


hendaia-fTous les renseignements sur le site du Hendaia Film Festival


Programme à partir de ce vendredi :

COMPÉTITION INTERNATIONALE
Cinéma Les Variétés – vendredi 16 octobre 21h.

« Douai (1962) » de Anaïs VENTURI.
« Tayri » de Zouhair FARTAHI.
« Planter les choux » de Karine BLANC.
« The fish of my life » de Julius SICIUNAS.
« Lasterketa » de Patxi BASABE.
« Una mañana Mejor » de Mikel ROMÁN MADARIAGA et Aritz ELGUEZABAL.


COMPÉTITION AQUITAINE-EUSKADI
Cinéma Les Variétés

vendredi 16 octobre 16h

« Les filles » de Alice DOUARD.
« Samina (Douleur) » de Kristina ZORITA.
« Sous tes doigts » de Marie-Christine COURTÈS.
« Les passages secrets » de Leslie LAGIER.
« Zarautzen erosi zuen » de Aitor ARREGI.
« Maman(s) » de Maïmouna DOUCOURÉ.

samedi 17 octobre 10h30

« Anomalo » de Aitor GUTIÉRREZ.
« Artificial » de David P. SAÑUDO.
« Bal de famille » de Stella DI TOCCO.
« Don Miguel » de Kote CAMACHO.
« Hantise » de Dominique BAUMARD.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.