Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Hungry Hearts’ de Saverio Costanzo : quand l’amer se révèle avec l’enfant

3 mars 2015 > > Un commentaire

Actuellement sur l’écran de l’Atalante de Bayonne, Hungry Hearts file de la comédie amoureuse au thriller psychologique asphyxiant, en réservant à ses spectateurs de belles promesses de cinéma.

Tout avait pourtant bien commencé, dans les premières minutes de ce film signé Saverio Costanzo, un cinéaste italien qui avait signé un singulier La Solitude des nombres premiers.

Nous sommes à New York, autant dans les lieux choisis pour Hungry Hearts, son nouveau film, que dans sa façon de filmer NY-indy.

« Les histoires d’amour finissent mal en général », chante pourtant la grande Catherine, ce qui signifie aussi que quelque chose a pu commencer comme il se doit, d’un regard, d’un frôlement de la main, ou, ici, à cause d’une poignée de porte cassée.

« Mention spéciale au duo d’acteurs récompensés tous deux à Venise, dont Adam Driver déjà formidable dans Inside Llewyn Davis et This is where I leave you, et que l’on aime depuis la série télé « Girls » : pour Eklektika, Murielle vous en parle, et vous propose de vous rapprocher de ce film actuellement projeté sur Bayonne, au Cinéma l’Atalante.

Synopsis :

hungry-hearts-3Jude est Américain, Mina Italienne. Ils se rencontrent à New York, tombent fous amoureux et se marient. Lorsque Mina tombe enceinte, une nouvelle vie s’offre à eux. Mais l’arrivée du bébé bouleverse leur relation. Mina, persuadée que son enfant est unique, le protège de façon obsessionnelle du monde extérieur. Jude, par amour, respecte sa position jusqu’à ce qu’il comprenne que Mina commence à perdre contact avec la réalité.

Le film de Saverio Costanzo commence assez doucement, dans les toilettes d’un restaurant où Mina (Alba Rohrwacher) se retrouve enfermée avec Jude (Adam Driver) qui souffre apparemment de troubles gastro-intestinaux. Le duo est capable de rire de bon cœur de leur situation et, une fois que le serveur force la porte, on n’est pas vraiment surpris de voir Mina et Jude dans un lit ensemble dans la scène suivante.

Costanzo va accélérer leur relation, et avant même que les spectateurs aient une chance de les voir développer leur relation, ils sont mariés et Mina est enceinte.

Ce qui devrait être un heureux événement et la fin d’une comédie romantique, est le début de quelque chose de bien plus brutal et fou.

hungry-hearts-7Mina, qui semble être toujours un peu « marginale », prend très au sérieux sa grossesse, mais pas d’une manière qui rend Jude (ou n’importe qui d’autre, d’ailleurs) à l’aise. Végétalienne hardcore, Mina refuse de manger et le bébé (qui n’est jamais nommé) va subir une gestation difficile et un accouchement indésirable.

Consumée par la maternité, Mina se ferme à presque tout et tout le monde autour – même Jude – tout en adhérant à un plan parental strict qui laisse leur enfant sous-alimenté, sans aucun contact avec l’extérieur, et au bord de quelque chose de très sombre.

Jude, désespéré de sauver sa femme déséquilibrée et son enfant mal nourri, commence à mener une guerre constante contre – eh bien, quoi exactement ? Mina? La folie de Mina ? Quelque chose de beaucoup plus néfaste ?

Et la tension de grandir.

Les membres impartiaux du public trouveront des arguments à la fois pour le point de vue de Mina et pour la peur de Jude, bien que Costanzo fait un film à charge contre Mina afin de rendre Jude le personnage plus sympathique dès le début.

C’est Jude qui va chercher de l’aide extérieure – médecins, famille, l’État – quand Mina languit dans ses propres idéaux.

Les causes de (peut-être) la folie de Mina ne sont jamais pleinement explorées, mais quelques remarques ci et là en début du film impliquent que quelque chose allait déjà mal, de l’intérêt apparent de Mina à tomber enceinte à un moment inopportun jusqu’à sa croyance que le bébé est un « enfant indigo » béni, une sorte d’enfant spécial venu des étoiles.

hungry-hearts-9Mais si rien ne semble expliquer son comportement, c’est peut-être parce que la dépression n’est pas toujours explicable.

La crise elle-même, est lente, régulière et brutalement cruelle.

hungry-hearts-2Le réalisateur et son photographe Fabio Cianchetti restent proches de leurs sujets de manière claustrophobe, et même quand les choses sont plus heureuses dans le couple, le film les repousse délibérément.

À mi-parcours du film, Constanzo changera le genre du film avec une musique et une série d’angles impeccables et décalés, plus adaptés à une film d’épouvante.

Il jette sur Jude et Mina une lumière de plus en plus terrifiante.

L’éclairage du film et la couleur globale changent pour devenir d’un jaune maladif, tandis que la pression et la tension jouent avec les nerfs des personnages et du public.

hungry-hearts-4Mais au moment où Hungry Hearts commence à aller vers une fin sauvage, brute et délirante, ceux qui auront regardé patiemment seront récompensés avec quelques rebondissements majeurs et une séquence finale décalée.


Commentaires

Une réponse à ‘Hungry Hearts’ de Saverio Costanzo : quand l’amer se révèle avec l’enfant

  1. […] Actuellement sur l’écran de l’Atalante de Bayonne, Hungry Hearts file de la comédie amoureuse au thriller psychologique asphyxiant, en réservant à ses spectateurs de belles promesses de cinéma.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.