Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

#JAHM, Théâtre du Rivage : augmenter l’amour, réduire le hasard [et Marivaux]

25 novembre 2015 > > Un commentaire

Cette semaine marque la fin d’une convention de compagnonnage entre le Théâtre du Rivage et la Scène Nationale du Sud Aquitain, une nouvelle création, #JAHM, portant les fruits de cette expérience « dingue ».

Le sigle de la nouvelle création du Théâtre du Rivage, basé à St Jean de Luz, a fait tilt, puis sens ; comme avant lui A la Renverse (#ALR), le dossier ouvert de l’adaptation des Jeux de l’Amour et du Hasard Marivaux, #JAHM, a revêtu la sonorité de ce terme de jazz, le Jam, qui porte la double signification de « improvisation » et du « ensemble ».

theatre-rivage-snsa-2Cela a joué dans l’écriture de la pièce de Marivaux, « dans cette veine de l’amour qui valait inconsistance, et qui avait donc peur de se montrer », a expliqué aujourd’hui la metteur en scène du Rivage, Pascale Daniel-Lacombe.

La base a été d’amplifier le rôle de ce servant qui, dans la pièce initiale sur un renversement des rôles sociaux entre deux amoureux Silvia et Doriante, n’avait qu’une seule répartie en tout et pour tout, « Monsieur Doriante arrive ».

Prenant une place plus contemporaine dans la trame classique, ce nouveau personnage aura pour fonction d’apporter « des notes complémentaires », puisées dans une interrogation plus politique aujourd’hui sur l’aspiration au bonheur, mais portant également le fruit d’un travail qui fait patte, au Rivage.

renverse-2C’est que A la renverse est passé par là, avec une explosion des demandes de représentations (320 sur deux saisons, assorties de l’obligation de doubler l’équipe des deux comédiens), mais surtout une découverte du sens de ce qui fait territoire quand il est exploré par de multiples rencontres avec le public, en bord de scène, ou dans les collèges et lycées.

« C’est une expérience qui nous a alimenté comme un appel d’air », explique Pascale Daniel-Lacombe, « en se confrontant en permanence à ceux qui regardaient cette pièce, nous avons questionner sans cesse notre création, et le lien qu’elle créait ».

theatre-rivage-renversePour #JAHM, la certitude règne qu’un tel succès, qui a valu une reconnaissance nationale inédite à cette compagnie créée il y a 15 ans, n’a pas à être dupliqué, mais qu’il peut et pourra bénéficier de ces passerelles empruntées depuis trois ans désormais.

Et dans ce « ensemble » que cette création porte, il y a une reconnaissance sincère et assez émue du rôle que tient la Scène Nationale du Sud Aquitain (SNSA), dirigé par Dominique Burucoa.

theatre-rivage-snsa-1Une proximité acquise depuis 2001 et leurs premières créations, puis, à partir de 2012, la signature d’une convention de compagnonnage, pour trois ans, qui a « consolidé notre existence ».

#JAHM en a bénéficé, qui a pu y être travaillé du 16 au 27 novembre 2015 pour sa seconde résidence de création, et qui sera programmé en avril prochain dans le cadre de la saison de la SNSA.

« Cette idée de compagnonnage s’est imposé afin d’unir nos destins », a résumé Dominique Burucoa, « ce soutien fait partie des obligations d’une Scène Nationale mais aussi de notre envie, et de notre confiance dans le Rivage ».

Cette fin de semaine marque donc la fin de cette aventure commune, qui a permis au Rivage de bénéficier d’un soutien financier essentiel pour leurs créations, mais aussi pour mener de nombreuses actions de médiations.

theatre-rivage-snsa-une« Cette protection professionnelle vitale nous a donné la sérénité de travail dont nous avions besoin », complète la metteur en scène, « une grande chance », résume-t-elle, et qui ne marquera aucunement la fin de leurs collaborations.

Car ce soutien de la SNSA a valu crédit et patte blanche pour intégrer en profondeur un réseau de salles de théâtre, publiques ou privées, et bénéficier aujourd’hui d’une nouvel accompagnement, aussi inespéré que jubilatoire : le Rivage est devenu l’heureux bénéficiaire d’un Convention avec l’Etat, sur 2016-2018.

« On a tiré de ce compagnonnage SNSA une énergie folle », s’empresse de rajouter Pascale Daniel-Lacombe, « un truc complètement dingue qui nous a permis de trouver un équilibre dans un territoire où l’on s’était beaucoup engagé ».

Elle rajoute « c’est complètement dingue », elle vous regarde, elle comprend sans doute que les histoires d’amour peuvent valoir une fière chandelle au hasard, ou aux destins unis.


#JAHM, sortie de résidence

jeudi 26 novembre à 18h, rencontre avec l’équipe du Rivage pour la sortie de résidence (entrée libre) au Théâtre Quintaou d’Anglet.

Plus de renseignements sur le site du Théâtre du Rivage


 

 


Commentaires

Une réponse à #JAHM, Théâtre du Rivage : augmenter l’amour, réduire le hasard [et Marivaux]

  1. Sarrade Nicolas dit :

    JAHM !… vu ce début de mois d’avril 2016 au théâtre de BAyonne.
    Sans jamais pouvoir tomber amoureux de ce qui s’est tramé, je me pose la question de la légitimité du discours de Marivaux aujourd’hui : selon lui, finalement les bourgeois aiment les bourgeois et les gueux aiment les gueux (de manière quasiment génétique) ET L’HONNEUR EST SAUF ! Belle conclusion sociale fort inquiétante !!! Quel intérêt à mettre en scène un propos aussi ringard ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.