Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Une soirée Riot Grrrls avec « Janis » Joplin au cinéma Itsas Mendi d’Urrugne

20 janvier 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Samedi 23 janvier à 21h, le cinéma Itsas Mendi d’Urrugne a l’excellente idée d’associer le documentaire « Janis » d’Amy Berg à la voix en concert de la chanteuse basque Anari Alberdi, votre agenda à sortir d’urgence.

Il y a ces deux dates clés dans la vie de Janis Joplin, déjà pourtant fournie pour celle devenue avant cela une star incontournable de la musique américaine, et pas que pour ses boas de plumes multicolores dans les cheveux.

janis-itsas-mendi-2Le 19 août 1969, à Woodstock, ses tubes Mercedez Benz, Cry Baby ou Summertime avaient déjà traversé les frontières du monde entier.

La jeune femme de 26 ans s’enfile une piqure d’héroïne dans le bras, et monte sur scène y interpréter Move Over et 9 autres titres, sans anticiper le fait qu’elle va définitivement changer le monde.

14 mois plus tard, le 3 octobre 1970 à Los Angeles, elle enregistre les chansons de son nouvel album, Pearl.

Le ciel est gris, elle rejoint son hôtel y sacrifier le temps nécessaire à son principal défaut : près de 200 dollars par jour en héroïne. Le sachet qu’elle s’injecte est 10 fois plus concentré que d’ordinaire, elle rejoint le club des 27 qui arrêtent là leurs vies fulgurantes.

janis-itsas-mendi-5Près d’un demi-siècle plus tard, Janis Joplin est restée l’une des artistes les plus impressionnantes et une des plus mythiques chanteuses de rock et de blues de tous les temps.

Mais elle était bien plus que cela, et le documentaire sorti le 6 janvier en France le montre.

Devenue, presque par accident, l’icône de toute une génération, c’est par les lettre qu’elle a écrites à ses proches durant sa courte vie que le film la raconte finement. Et la résume avec force : pour Janis, monter sur scène, c’était faire l’amour.

Lorsque le public dansait en transe sur sa musique, elle et lui ne faisait plus qu’un. Quitte à payer le prix de la descente, à la fin du concert.

Plus d’argent, plus de gloire ? C’est de l’amour que Janis n’avait jamais assez.

janis-itsas-mendi-4Et les millions de fans hurlant son nom n’y changèrent rien : jusqu’à la toute fin de sa vie, Janis se sentira seule et exclue, dans la peau d’une absente à son adolescence, en quête d’une affection que la musique, le speed et l’alcool permettaient finalement d’oublier, un temps.

Les témoignages sans fard de nombreux musiciens, notamment ceux de son premier groupe, Big Brother and the Holding Company, permettent aussi de mieux cerner la complexité du personnage : fragile et despotique, pleine d’énergie et manquant de confiance.

janis-itsas-mendi-6La très bonne idée de la réalisatrice chevronnée Amy Berg, même obligée de satisfaire à une facture un peu académique, c’est d’être allé chercher chez Chan Marshall (la chanteuse Cat Power) la voix permettant de ramener au coeur la douloureuse quête d’affection d’une excentrique, délurée, mais surtout fragile comme une petite fille un peu triste.

La marge restera sa seule patrie, la reconnaissance, le succès n’y changent rien. Plus rien ne fait fun, plus même la drogue.

Incapable de surmonter ses démons, Janis s’écroule sous la pression de l’enjeu et termine sa course à pleine vitesse avant même d’avoir sorti Pearl, son chef d’œuvre.

janis-itsas-mendi-7


Une soirée avec Anari Alberdi

janis-itsas-mendi-8Pour accompagner la projection du film Janis, le cinéma Itsas Mendi a eu la bonne idée d’inviter sur scène la chanteuse basque Anari Alberdi.

S’il y a bien une voix personnelle et particulière, notamment dans la scène de la musique basque, elle doit être celle d’Anari, née en 1970 à Azkoitia.

Anari a participé depuis un très jeune âge à des projets et des groupes très différents. Elle a franchi une première étape en tant qu’artiste solo avec l’album Anari en 1996. Plus tard vinrent Habiak, Zebra, et son dernier CD à ce jour, Izan Irla.

Dès le début, Anari a reçu un chaleureux accueil public et critique, donnant ensuite de nombreux concerts chez elle, puis dans de nombreux coins d’Europe, au cours des dernières années.

Au cours de sa carrière, elle a travaillé avec de nombreux musiciens et groupes, y compris Fermin Muguruza, Lisabö, Ruper Odorika, Inoren Ero Ni et Petti, et des auteurs, comme Bernardo Atxaga ou Iñigo Aranbarri.

Toujours étroitement liée à l’univers de la musique, elle est l’une des fondatrices et membres du collectif Bidehuts, dans ce projet dédié à la production et à la création, devenu une référence au Pays Basque.


‘Janis’

Documentaire réalisé par Amy Berg, avec Janis Joplin, Cat Power – 1h43 en VO.

Janis Joplin est l’une des artistes les plus impressionnantes et une des plus mythiques chanteuses de rock et de blues de tous les temps.

Mais elle était bien plus que cela : au-delà de son personnage de rock-star, de sa voix extraordinaire et de la légende, le documentaire Janis nous dépeint une femme sensible, vulnérable et puissante. C’est l’histoire d’une vie courte, mouvementée et passionnante qui changea la musique pour toujours.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.