Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Jean-Claude Cimelière : l’art oseur ou l’art osé, enfin sur le web

19 janvier 2016 > > Un commentaire

Suite à une première découverte de l’univers surréaliste de Jean Claude Cimelière à Biarritz en novembre dernier, retour d’Eklektika dans son atelier de « curiosités », désormais sur Internet.

Une rencontre comme celle-là n’est pas sans conséquence, à l’image d’un poème dont on oublie ni les mots ni les souffles. Une fidélité irréfléchie, sensitive, en découle.

Quelques mois après son exposition aux Serres de la Milady à Biarritz, Eklektika retrouve le détourneur d’objets délaissés, Jean-Claude Cimelière, chez lui, dans son atelier, l’esprit affairé à plusieurs créations aux tourments souriants.

cimeliere-biarritz-9Au programme de la discussion, entre autre « parlé vrai » : une exposition prévue à Labastide Clairence du 13 au 28 février, et un nouveau site Internet, consacré aux œuvres de l’artiste, et dont on ose dire après visite qu’il est juste incontournable.

cimeliere-biarritz-8Sculptures en noisetier flottant, morceaux de robinet destiné à l’improbable, bouts de ferrailles et têtes de poupées, nous ne nous sommes pas trompés d’adresse.

L’atelier sent bon le décor de théâtre, là où tout se prépare et repose, là où se matérialisent les pensées dont quelques métaphores veulent bien se faire entendre. Il sent bon l’antre d’un écrivain qui écrirait des contes avec ses dix doigts, inspiré de la COP 21, des impôts et de la politique, en passant pas le nez de Cyrano de Bergerac.

cimeliere-biarritz-1Pour ceux qui ne le connaissent pas, Jean-Claude Cimelière est un artiste, plasticien, menuisier, mécanicien, enchanteur d’objets délaissés, conteur, penseur, depuis plus de vingt ans.

Le regard décalé, tendu vers une dérision réconfortante, il transforme l’objet et les ressentis en un tout.

Le ludisme de ses créations enveloppe l’ironie et l’angoisse des vérités qui s’y matérialisent. Son humour enfante des sourires certes, mais jamais dénués de réflexions et loin d’une pensée « empirique ».

cimeliere-biarritz-4Enfant, son professeur de musique lui assurait qu’il fallait écouter les notes car « alors, elles disent leurs noms » et cela n’est pas tombé par hasard dans l’oreille de Jean-Claude Cimelière, plus qu’habile pour entendre derrière les mots, les choses et les gestes.

Ici, les notes contiennent bien des mots et inversement. Il s’agit d’une certaine écoute, en soi, autour, au loin. C’est ainsi que les mots laissent des traces, en acier, en vertèbres, en ampoules grillées, qu’il faut faire attention à ce qu’on écoute, et que personne ne peut rien redire à ça, au fond.

cimeliere-biarritz-7Un serpent en bois, luminaire d’une autre jungle suspendue au plafond, ou, du même bois, le profil de Léo Ferré, le fer en plus, annonce la sinuosité de la pensée et l’entrée subtile d’un monde à part entière, où l’intensité n’est pas dispensée de profondeur.

L’artiste capable de vous parler de la mort de Georges Brassens les larmes aux yeux n’a pas à en dire plus.

Dans l’atelier, on retrouve entre deux étagère L’Hydre Musical, illustrée de la phrase de Quignard « Ouïr ,c’est déjà obéir », avec un clin d’œil à Ulysse, contraint de s’attacher au mât de son bateau pour ignorer le chant des sirènes.

cimeliere-biarritz-6Le Serrurier des angoisses et son pendentif en bouchon d’évier pour évacuer l’eau de ses tourments, une fois la vaisselle faite. En réparation, Le passant qui repasse, symbolisant nos allers-retours dans la vie et se moquant de ceux qui pensent fuir la leur, oubliant que la terre est ronde et qu’ils y reviendront un jour où l’autre.

Jean-Claude Cimelière expose depuis 2002, de San Sébastien à Gottingen, d’Hendaye à Pau.

cimeliere-biarritz-2Bien que la plupart de ses œuvres soient actuellement rangées dans son atelier, il est possible d’en découvrir quelques-unes en flânant du côté de la librairie Le Festin Nu, ou du côté de Labastide Clairence, du 13 au 18 février, dans le cadre de l’exposition « coquine » : L’Art…Oseur, L’Art Osé (salle d’exposition Arkua, maison Darrieux) organisée par l’association Arkua.

Il ne faut pas hésiter non plus à visiter son nouveau site Internet : les œuvres y sont répertoriés, légendées d’un texte signé de l’artiste ou accompagnées d’une petite vidéo montrant la création en mouvement, le tout ponctué par la voix de Jean-Claude Cimelière qui raconte.

Un vrai voyage immobile.

Le site : http://jccim.com


Commentaires

Une réponse à Jean-Claude Cimelière : l’art oseur ou l’art osé, enfin sur le web

  1. anne mathieu dit :

    – Continue à t’interroger sur le monde qui t’entoure pour y vivre mieux
    – ne compte pas sur une connexion au premier serveur venu pour répondre
    – trouve la bonne distance pour garder le sourire face à toute réalité

    Tu ne sais pas faire ? Alors visite au plus vite « cimelière » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.