Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Jo Dahan, la vie en solo après La Mano et les Wampas

16 mars 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Ce jeudi 19 mars, le Magneto à Bayonne accueille Jo Dahan, pour une tournée avec ses « trucs à lui », après La Mano Negra ou Les Wampas.

Jo Dahan sera à Bayonne le 19 mars. Une bonne vieille salle voûtée et pierreuse, avec le son rock qui ira bien dans l’antre du Magneto : « je vais adorer », prévient-il, « j’ai repris la route des vieux clubs pour ça, des lieux que je ne connais pas, retrouver l’émotion ».

Sa route a emprunté le meilleur du rock alternatif depuis les années 80, « des potes », de La Mano Negra aux Wampas, de Gaétan Roussel aux tournées sud-américaines avec Royal de Luxe.

jo-dahan-bayonneÇa a pris fin, pour mieux démarrer, mais en solo.

« Depuis le début des Hot Pants, j’ai toujours chanté des trucs que je faisais trainer sur mes étagères », le gars a donc repris la route, « faire mon bazar, plein de fantasmes musicaux que j’avais envie de réaliser ».

En juin dernier, il a donc gravé son premier album avec son nom à lui en grand dessus, Ma langue aux Anglais, « c’est pas une posture, mais j’ai toujours chanté en français ».

ph-couv-vinylLa presse qui s’y est intéressé a salué le peps du gars sur la scène, mais le plus important était (aussi) ailleurs, « je repars à zéro, c’est super excitant, on joue, on joue sans arrêt ».

Il s’est gardé la basse, mais a convié trois autres musiciens avec lui, « c’est très ouvert, ça peut changer d’un lieu à un autre, ça dépend aussi de leurs disponibilités », les années avec tous les potes ont permis ça.

jo-dahan-etait-mieux-avantLe premier titre phare montre le musicien à l’aise sur le registre « c’était mieux avant« , accouchement goguenard malicieux d’une ritournelle entêtante, et puis il y a aussi le beau clip de Que c’est beau, une petite fierté de l’avoir réalisé lui-même, avec cette évocation charmante du P’tit Bal de Decoufflé.

Alors, jeudi prochain, l’émotion commencera avant même de prendre place face au public, quand il rencontrera les organisateurs de La Loco de Tarnos, membre des 4 Fantastik à l’œuvre ici, « ça fait plaisir de constater que, partout, y’a des gens qui se bougent pour proposer des concerts un peu underground ».

Il va ressortir ses trucs de l’étagère, le moteur dans les tripes, « là, c’est le moment », conclut-il, on a envie de le croire sur paroles, en français.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.