Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Kulture Sport à Bayonne : un tweet qui divise, un flou financier, l’opposition demande les comptes

18 juin 2015 > > Soyez le premier à réagir !

A la polémique sur l’utilité réelle du festival Kulture Sport à Bayonne du week-end dernier vient se rajouter une interrogation sur ses comptes financiers, l’opposition socialiste ayant annoncé son intention de saisir la chambre régionale des comptes.

C’est l’histoire d’un tweet qui divise, lancé par l’un des fondateurs de l’événement Kulture Sport à Bayonne en pleine tempête (non météorologique) après la soirée de déconvenue de l’ouverture de ce nouveau festival le week-end dernier.

Pensant éteindre le contexte de polémique entourant un calendrier culturel local dont cette manifestation est le seul entrant, quand d’autres manifestations en sont sorties (Translatines, Black&Basque, Improbables,…), le producteur Vincent Maraval a réagi, le jour de la clôture du Festival, en se défendant de s’être « servi » dans les caisses de la ville.

kulture-sport-bilan-7Pour un budget annoncé aux alentours de 450.000 euros la semaine précédente par l’un des co-organisateurs, Alain Chasseriaud (dans une interview donnée le 8 juin, à Télérama), celui qui est vice-président de l’association AVA Festival (organisatrice de l’événement) annonce non pas 80% mais « la moitié de financements privés ».

kulture-sport-bilan-8

Télérama, 8 juin 2015

20% ? Ou 50 % ? Le delta est important, qui situerait donc l’aide publique à 90.000 euros ou à 225.000 euros.

Or, pour ce qui est communément admis depuis le vote municipal qui l’a accompagné, Kulture Sport a été destinataire d’une subvention de 60.000 euros par biennale (pour 2015) et d’une aide logistique de l’ordre de 90.000 euros, soit un total présumé de 150.000 euros, et donc de 30% d’aides publiques.

Au final, ni l’un ni l’autre des deux chiffres avancés par les organisateurs ne semblent correspondre à l’aide votée, à moins de considérer dans le 2ème cas des subventions complémentaires, restées discrètes.

kulture-sport-bilan-1

Au centre, Yves Ugalde, adjoint à la culture de Bayonne

Estimant pour sa part que « l’attribution de subventions n’a pas l’obligation de résultat », l’adjoint à la culture de Bayonne, Yves Ugalde, a explicité sa position : « en tant qu’élu, je ne vois pas pourquoi je demanderais à un opérateur privé de justifier son bilan sur la partie qui est du ressort de partenaires privés ».

Une contre-vérité, dans la mesure où l’organisateur est une association, créée il y a 10 mois à Bayonne (voir ci-dessous), qui peut être considéré comme un acteur économique certes, mais pas comme un opérateur privé.

Depuis cette après-midi, le contexte de flou financier se complète donc d’un mano a mano ouvertement politique : en conférence de presse, l’opposition de gauche Bayonne Ville Ouverte a demandé, par la voix de son chef de file socialiste Henri Etcheto, que toute la lumière soit faite sur le financement public réel de Kulture Sport.

kulture-sport-bilan-3

Au centre, Henri Etcheto, chef de file de l’union de gauche Bayonne Ville ouverte

Reliée à l’attente citoyenne de savoir si des subventions, en cale sèche par les temps qui courent, ont été versées pour l’intérêt général, la précision des informations attendues serait à même de dresser « un bilan à dépassionner », selon l’adjoint à la culture Yves Ugalde, ou bien de rajouter au « rejet des Bayonnais pour ce Festival hors sol » , selon l’opposition de gauche.

« La Chambre régionale des comptes peut se saisir de ce dossier », a précisé la députée socialiste Colette Capdevielle, quand, dans son camp, le conseiller régional Mathieu Bergé a choisi d’enfoncer le clou : « nous allons lui demander de s’en saisir ».

Ville de Bayonne : « un financement public de 20% », « d’intérêt général »

kulture-sport-bilan-2En marge hier après-midi de la conférence de presse pour la prochaine Fête de la Musique, la question a été posée à Yves Ugalde, Adjoint à la Culture de Bayonne, du niveau exact de soutien de la municipalité, et sur l’exigence qui serait la sienne quant à la vérification des comptes.

En souhaitant tout d’abord « des limites à l’acharnement » dont ferait l’objet la manifestation, il a rappelé sa satisfaction d’un point de vue qualitatif et sa déception devant la très faible affluence d’un « événement structurant pour la ville ».

Et la position adoptée rejoint celle du tweet de Maraval, à savoir « un financement public de 20%, qui correspond à des actions d’intérêt général pour les Bayonnais ».

Une réunion avec les organisateurs est prévue la semaine prochaine, « nous allons leur demander des comptes, bien entendu », avant de préciser qu’il n’entendait pas, pour sa part, « hurler avec les loups ».

AVA Festival n’est pas un « opérateur privé »

kulture-sport-bilan-10

Adresse physique à Bayonne de l’association AVA Festival, organisatrice de Kulture Sport

La nature de l’organisateur n’est pas privée au sens d’une entreprise, comme le pense l’adjoint à la culture, mais une association Loi 1901, sise à Bayonne dans les locaux de la peña Baionako Gazteriak au 8 rue Gosse, il y a 10 mois, comme l’atteste la publication au Journal officiel du 7 août 2014.

A ce titre, le législateur demande à un tel opérateur de fournir à l’autorité lui ayant accordée une subvention publique un compte rendu financier d’emploi de la subvention, dans les 6 mois qui suivent la fin de l’action concernée par la subvention.

Tout comme l’administration municipale, la Chambre régionale des comptes peut effectuer un contrôle sur le plan financier (examen des justificatifs comptables de l’association), administratif (suivi de l’emploi de la subvention), et juridictionnel (contrôle de la légalité de la subvention).

Dans ces conditions, le montant réel de l’aide accordée par la municipalité a son importance : entre les deux possibilités de 90.000 euros ou de 225.00 euros, il faut savoir que les associations dont le montant total des subventions atteint 153 000 € au cours d’une même année doivent publier leurs comptes annuels dans les 3 mois qui suivent leur approbation.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.