Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Kulture Sport en passe de redéfinir la donne culturelle de Bayonne

27 janvier 2015 > > Soyez le premier à réagir !

L’arrivée en juin prochain d’un nouveau Festival, Kulture Sport, ravit ses futurs participants et acteurs culturels, une réflexion sur son impact dans le territoire ne devant pas pour autant être exclue de l’enthousiasme ressenti.

Ce samedi 24 janvier 2015, l’association AVA organisatrice du futur festival Kulture Sport, du 12 au 14 juin prochains à Bayonne, n’a annoncé que les grandes lignes d’un programme dont l’ambition et la mixité sportivo-culturelle sont les deux mamelles d’appel.

Cinéma, musique, théâtre, littérature et jeux vidéo ont ainsi été mis en avant dans un spot de communication de 3 minutes projeté dans la salle du cinéma L’Atalante qui les accueillait, devant un parterre particulièrement fourni de conseillers municipaux.

A cet effet d’annonce spectaculaire, reprenant tout ce que le cinéma « grand public » a pu véhiculer du monde sportif (de Rocky Balboa à Invictus de Clint Eastwood, du Fight Club de Fincher à des vidéos de glisse), ponctué d’images de l’Aviron Bayonnais, il aura été adjoint une prise de paroles explicatives de Vincent Maraval, l’homme duquel est partie l’ossature de ce nouveau rendez-vous.

kulture-sport-maraval-1En juin 2015, Bayonne tiendra donc « son » Festival, celui à même de lui donner l’aura qu’aucun édile ne saurait repousser sans s’en mordre les doigts. Sans doute l’image se superpose-t-elle à celle du BIG Festival de Biarritz, venu lui aussi de sphères de programmation inédites sur la côte basque, et qui a fait de ce rendez-vous le phare estival de cette cité balnéaire.

La sincérité et la légitimité de la volonté de ses organisateurs provoquent à l’évidence une « nouvelle donne » de la notion d’évènement culturel, désormais identifiable, qui fixe un appel d’air médiatique et partenarial, mais peut aussi faire courir le risque à notre bassin de vie de voir son territoire s’assécher.

Les principaux acteurs culturels ouvriront leurs portes et leurs espaces à une billetterie qui reviendra au Festival. Samedi soir, ceux qui étaient associés espéraient que cet accueil leur permettra d’être également mieux identifiés sur un plan national, par ricochet.

Et que tout ce qui a germé ici gardera l’attention du jardinier en chef, à qui il est demandé de continuer à irriguer ce territoire et ses acteurs, sans leur réserver un coup de faux.

« La distinction entre culture et sport relève du snobisme »

kulture-sport-maraval-etcheDans un contexte de budgets « hiérarchisés » pour reprendre son expression, le Maire de Bayonne Jean René Etchegaray n’a laissé à personne le soin de manifester son plus grand enthousiasme face à ce projet pour lequel le conseil municipal a versé à l’unanimité une aide financière de 30.000 euros annuels (pour une formule en biennale), et environ 95.000 euros de soutien logistique et humain par édition, valorisés dans un budget global annoncé à environ 450.000 euros par ses organisateurs.

« Le sport et la culture forment l’ADN de cette ville », a-t-il annoncé, une courte démonstration sur l’idée que « à Bayonne, c’est tellement lié qu’on ne sait plus si on est présent face à du sport ou de la culture » fournissant un hors-piste un poil hasardeux durant la soirée.

« On est convaincu qu’on va réussir » se révéla la rampe de lancement attendu et accueilli avec satisfaction par les organisateurs, pour un projet à l’étude depuis deux ans et demi, et déjà présenté (et également bien accueilli) à l’ancien Maire Jean Grenet.

Le programme, connu au fur et à mesure dans les prochains jours

Sans qu’il soit encore connu, mais juste esquissé, le programme s’attachera à faire de Bayonne un Global Village sur toutes ses places à même de recevoir toutes sortes de propositions clairement exceptionnelles pour la cité labourdine : une ouverture et une clôture cinématographique aux Arènes de Bayonne (si le temps le permet, à moins d’un repli salle Lauga), la présence attendue d’un parrain-champion d’exception (le nom de Teddy Riner bruissant déjà sans confirmation), une intervention du délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémeaux, ou une exposition exceptionnelle d’images de sport d’un photographe qui l’est tout autant (Raymond Depardon, voir réserves identiques que pour Teddy Riner).

Un Village du Festival sera dressé sur le quai Chaho Pelletier, « pour des journées intenses où tout le monde pourra se croiser, et mêler les liens sportifs et les curiosités culturelles », a précisé Vincent Maraval, pour « un projet d’ambition nationale, voire internationale » qui doit faire « le lien entre les acteurs culturels invités et le tissu local », ont complété ses compagnons d’aventure à ses côtés.

Plusieurs commissions locales sont en état de travail, déterminées par discipline artistique, et un appel du pied à été lancé il y a quelques jours pour accentuer cette collaboration par capillarité.

Tout sera dévoilé au fur et à mesure sur le site de Kulture Sport, ont-ils promis, la présentation à la presse à Paris permettant de cerner « des partenariats importants en termes de couverture médiatique », et puis, celui-ci à Bayonne, pour lancer un appel clair vers des partenaires privés locaux.

Photos : Yon Garbisu, pour Eklektika


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.