Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« La Belle Peinture » à Spacejunk Bayonne, beau salon pop surréaliste derrière la porte d’entrée street art

5 mai 2017 > > Un commentaire

Détournant en les respectant admirablement les grands maîtres d’antan, les toiles exposées à Spacejunk Bayonne affirment une nouvelle dimension d’une création à l’impact aussi exceptionnel que mal connu, le détour s’impose jusqu’au 27 mai prochain.

La vingtaine d’oeuvres actuellement exposées à la galerie Spacejunk de Bayonne et regroupées sous le nom La Belle Peinture (jusqu’au 27 mai 2017) n’aurait jamais pu franchir l’entrée du lieu, reconnait son directeur Alban Morlot, sans l’aide d’un collectionneur ami, qui a ainsi permis à une belle et impressionnante proposition d’être visible au Pays basque.

« From Madona to Maddona », Nicola Verlato

Alabn Morlot, Spacejunk Bayonne

Les Américains Christian Rex Van Minnen, Travis Louie, Joe Sorren, Dan Witz, et Shawn Barber ; le Taïwanais Mu Pan, l’Italien Nicola Verlota, le Français Turf One, les Canadiens Martin Wittfooth et Peter Ferguson : chacun d’entre eux a pris une place de choix dans la veine artistique du Pop Surréalisme, faisant désormais les beaux jours des plus grands lieux d’exposition du monde entier.

Issu du « front baissé » (Low Brow) théorisé par le peintre américain Robert Williams au début des années 80, le jeu de création et de détournement de tout ce qui n’était pas considéré comme de nobles Beaux-arts a nourri un intense instinct de création associé à une exécution de virtuoses, désormais totalement ré-évalué par l’explosion des talents, tel que véhiculés, front relevé, par l’explosion virale du Net.

« Agnostic Front », Dan Witz

Connectés totalement à l’histoire de l’Art, les artistes ont pour la plupart commencé par des fresques et dessins street art, pour ensuite offrir aux regards éberlués leurs filiations directes avec les maitres d’antan, par des compétences techniques proches des Ingres, Jerome Bosch ou Le Caravage.

« David et Goliath », Le Carvage (1607)

« Pagan Pop », Nicola Verlato

« La réaction des spectateurs venus voir l’expo fait plaisir », commente Alban, « par leur sentiment de surprise devant ce mélange d’académisme un peu désuet apparent et ce détournement qui l’accompagne ».

A l’orée du 10ème anniversaire de l’espace Spacejunk Bayonne, Alban se remémore cette envie d’initiale de débarquer avec cette veine pop surréaliste, qu’il lui a fallu tout d’abord faire patienter par le street art pour sensibiliser ce public à faire naître localement.

« Le jugement dernier », détail de l’oeuvre de Jérôme Bosch (1482)

« Tylosaurus and the 108 outlaws », Mu Pan

« Le street art doit finalement être considéré comme une des portes d’entrées d’une vaste création artistique, très importante, faite dans les studios des artistes », il admet que ce bouleversement des codes a littéralement surpris la quasi-totalité des amoureux d’art, qui ne s’attendait pas cette imagerie punk et sarcastique s’emparer avec autant de talent de peintures à l’huile, un esprit carnavalesque guidant la main des artistes.

La jeune mariée est trop belle, soupire Alban, il aurait aimé bénéficier de 300 m2 supplémentaire pour en exposer bien davantage, « il y a encore du boulot pour que l’on fasse connaitre et reconnaitre, au bout de 10 ans », chaque année se situant désormais par un niveau de fréquentation de 10.000 visiteurs pour 5 expositions proposées.

« Claire and her Forest Schnook », Travis Louie

« Gueule d’amour », Turf One

En octobre prochain, l’équipe de Spacejunk proposera un festival street art « partout dans Bayonne » pour saluer leur anniversaire (dans la même démarche que leur fantastique expo Les Enfants Terribles en 2012), « notre idée est de maintenir le cap d’une telle qualité », l’exposition La Belle peinture reste visible jusqu’au 27 mai prochain.

Ray Caesar, Les Enfants Terribles, Bayonne 2012


 


Commentaires

Une réponse à « La Belle Peinture » à Spacejunk Bayonne, beau salon pop surréaliste derrière la porte d’entrée street art

  1. bruno richer dit :

    magnifique expo! ne ratez pas ça

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *