Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘La Ferme’ de Tom Rob Smith : voyage au bout de la démence

23 février 2015 > > Soyez le premier à réagir !

L’année 2014 a vu pas mal de romans dans lesquels le narrateur où le personnage principal souffrait d’une maladie psychiatrique, et était plus ou moins perturbé. Je ne vous les cite pas au cas où vous seriez en train d’en lire un, et n’êtes pas encore arrivés à la « révélation ».

La Ferme de Tom Rob Smith (son 4ème roman après la Trilogie Leo Demidow) prend cette tendance pour l’amener encore plus loin. Avec une part de vérité.

En effet, les parents de l’auteur retraités en Suède après avoir vécu en Angleterre, semblaient aller bien, jusqu’au jour où son père lui téléphona pour lui faire part des ses inquiétudes à propos de sa mère. Quelques heures après, elle était en Angleterre, sur le pas de sa porte, plus agitée que d’habitude. La mère de Smith fut ensuite diagnostiquée psychotique (le reste est à lire à la fin du roman)

Cet événement de la vie réelle est l’inspiration de ce dernier thriller, dans lequel son personnage est confronté à une crise similaire.

L’histoire :

La_fermeTa mère… elle ne va pas bien. Elle s’imagine des choses – des choses terribles, terribles. Elle est à l’hôpital. Elle a été internée.
Un appel de son père. Quelques mots. Et Daniel qui imaginait ses parents profiter de leur retraite dans une charmante ferme suédoise voit son monde basculer. Et puis un autre appel. Sa mère.
Je suis sûre que ton père t’a parlé. Cet homme ne t’a dit que des mensonges. Je ne suis pas folle. Je n’ai pas besoin de médecin. J’ai besoin de la police.
Deux histoires. Deux vérités. Qui croire ? Jusqu’où Daniel sera-t-il prêt à aller pour lever le voile ? Au risque de découvrir des secrets plus terribles encore…

Peu de temps après, la mère de Daniel arrive à Londres, trimballant un sac un sac bourré de preuves et d’accusations contre son père.

Tilde est persuadée que son mari a été corrompu par leur nouveau voisin Håkan Greggson, un agriculteur puissant qui a le reste du district, y compris le maire, sous son emprise.

L’adolescente Mia – la fille adoptive d’Håkan, et seule personne noire dans la communauté – a disparu. Tilde est convaincue que son mari a été initié par un groupe d’hommes qui exploitent sexuellement des jeunes femmes et qu’il couvre l’assassinat de Mia.

Sa mère prétend avoir découvert une sinistre conspiration en Suède et, à partir de là, nous sommes invités à spéculer sur les événements. Sont-ils le fruit de son imagination ?

Le mot psychotique est souvent galvaudé. Il décrit une situation où quelqu’un a créé un monde dans lequel il habite à la fois connecté et déconnecté du monde réel. Ce monde est tout à fait plausible – il n’y a pas d’éléphants roses ou des personnages de fiction – tout ce qui est décrit pourrait être réel : les voix, les odeurs, les lieux et les sensations.

Grâce à Tom Rob-Smith, il reprend son sens initial et c’est à nous lecteurs, de voir et entendre à travers une femme aux perceptions perturbées et ce, à travers le narrateur Daniel. Nous sommes donc confrontés à une narratrice peu fiable et un autre narrateur qui doute aussi.

Rien de concret ne me permettait encore de me fier au récit de ma mère, mais je tenais la preuve irréfutable que mes propres facultés de perception étaient déficiente.

Était-ce parce que je la croyais, elle ? Sa voix exprimait une maîtrise et une autorité parfaites. Je m’étais attendu à un torrent de paroles, pas à des faits précis, des phrases brèves.

Au lieu de lutter avec le point de vue d’une personne, nous devons maintenant juger la crédibilité et la partialité des deux narrateurs, et travailler à travers la confusion les contradictions flagrantes et autres erreurs.

Alors il faut que je te donne les détails l’un après l’autre. Tu dois voir comment s’assemblent les pièces du puzzle. Sans le tableau complet, tu me croiras folle. […] Beaucoup d’éléments dépendent de la foi que tu accorderas à mes paroles, plus qu’il n’est raisonnable d’exiger de toi. Je reconnais volontiers l’énormité de l’enjeu.

Mais La Ferme est un thriller, une conspiration peut être vraie et les voisins être suspects après tout. Le lieu isolé de la ferme est essentiel pour comprendre l’état d’esprit de Tilde tout au long de son récit.

L’isolement, la rudesse des éléments, et même leur pauvreté deviennent tous des personnages secondaires qui influencent directement Tilde et, plus tard, Daniel.

MidsummerEveLgeTout comme les légendes et contes scandinaves, Tilde chérit une relique de sa propre enfance, une collection de contes de fées qu’elle lisait à Daniel comme un enfant : « on n’y voyait plus qu’une illustration représentant un troll, sa paire d’yeux jaunes, menaçants et infâmes, tapie dans les profondeurs de la forêt. »

Ainsi le voisin Håkan Greggson sculpte des trolls, la hutte où Tilde croit que les hommes se rencontrent est nichée dans la forêt,  Mia disparaît peu après la mi-été quand la magie est la plus forte. (Midsummer est une des célébrations les plus importantes en Scandinavie).

Dans toute sa confusion, Tilde est consciente de l’importance de raconter une histoire dans l’ordre. Elle insiste sur le fait que Daniel suive la chronologie. Alors, la seule façon pour Daniel d’établir la vérité sur la santé mentale de sa mère et l’implication de son père dans la disparition de Mia est d’aller en Suède.

midsummerIl forge sa propre voie à travers le mystère et se rend compte qu’il ne connaît pas ses parents aussi bien qu’il le pensait. Tout comme ses parents ne le connaissent pas vraiment, lui qui leur cache son homosexualité :

Je n’ai accepté la vérité que lorsque j’ai commencé à vivre seul. Je l’ai dit à mes amis, mais pas à mon père et à ma mère : je n’avais pas honte, c’était plutôt une lâcheté bien intentionnée. Je tremblais à l’idée de ternir la mémoire de mon enfance.

C’est un thriller intelligent, avec tout ce qu’il faut de sensations fortes et de capacité de surprendre.

Mais plus qu’un thriller que le lecteur lirait pour passer le temps, c’est un roman psychologique qui se développe pour révéler progressivement les détails intimes de la vie, montrant comment ils deviennent cachés non seulement des étrangers, mais de ceux plus proches d’eux.

Jusqu’à révéler les effets toxiques des mensonges et des secrets.

C’est un roman avec de la substance.

tomrobsmith


La_fermeLa Ferme, de Tom Rob Smith
Littérature Étrangère – Belfond noir
Paru en octobre 2014
22,50 € – 348 p.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.