Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

La haute couture française élevée au rang des Beaux Arts à Bilbao

30 mars 2015 > > Soyez le premier à réagir !

En même temps que l’exposition consacrée au manifeste pop art de Equipo Cronica, le Musée des Beaux Arts de Bilbao ouvre ses portes à la Haute Couture des années 50 en France, de Dior à St Laurent.

Elle restera proposée jusqu’au 31 août prochain, et devrait attirer de très nombreux visiteurs : le Musée des Beaux Art de Bilbao propose une exposition exceptionnelle, organisée en collaboration avec le Palais Galliera de Paris et son directeur Olivier Saillard, autour des grandes réalisations de la haute couture française.

moda-francia-2Une centaine de pièces exceptionnelles issues des collections du musée parisien retrace l’évolution de la silhouette de 1947 à 1957, de la naissance du New Look à la disparition de Christian Dior et l’avènement d’Yves Saint Laurent.

moda-francia-5Les quelques 100 modèles et accessoires révèlent toute la beauté de l’âge d’or de la haute couture.

Fragilisée depuis la crise de 1929 et la guerre, la haute couture française « renaît pour devenir éternelle » pendant les années 50, selon Olivier Saillard.

moda-francia-3Il suffit d’égrener le chapelet mythique des noms de maisons parisiennes devenues «patrimoine national» : Jacques Heim, Chanel, Schiaparelli, Balenciaga, Jacques Fath pour les plus anciennes ; Pierre Balmain, Christian Dior, Jacques Griffe, Hubert de Givenchy, Pierre Cardin nouvellement apparues…

À ces créateurs d’une mode réservée à une élite, il faut ajouter les « Couturiers Associés » (Jacques Fath, Robert Piguet, Paquin, Carven et Jean Dessès) grâce auxquels la mode parisienne s’ouvre à d’autres classes sociales.

moda-francia-4Pour Christian Dior, la femme se doit de retrouver une silhouette harmonieuse, à la taille soulignée, au ventre creusé, aux hanches arrondies et à la poitrine marquée.

Face à cette silhouette « sablier », qui fera scandale à l’époque avant de devenir mythique, d’autres styles concurrents émergent : la ligne du couturier basque Balenciaga, dite « tonneau », au volume s’évasant dans le dos et autour de la taille ou encore, à l’opposé du New Look de Dior, la ligne Chanel au tailleur droit et strict qui crée la rupture dès 1954.
moda-francia-1


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.