Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« La sociologue et l’ourson » : retour (réussi) sur la folle année du Mariage pour Tous

15 avril 2016 > > Un commentaire

Sous-titré « Pourquoi tout le monde s’est engueulé pendant un an sur le mariage homo », le film « La sociologue et l’ourson » est un documentaire atypique, essentiel et plein de charme, à privilégier dans vos sorties cinéma.

Aussi surprenant que réjouissant dans sa forme, « La sociologue et l’ourson » de Mathias Théry et Etienne Chailloux (sortie en salles le 6 avril dernier) relie avec sensibilité le documentaire et l’animation, l’intime et le collectif, l’absurde à la raison au moment, entre septembre 2012 et mai 2013, des débats houleux sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels, à travers le parcours de la sociologue Irène Théry.

sociologue-et-ourson-2Directrice de l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales), elle s’intéresse depuis trente ans aux évolutions de la famille. Elle introduit le terme de « famille recomposée » et est une ardente partisane du mariage pour tous.

Directement sollicitée par les politiques et les associations, Irène Théry a participé aux réflexions qui ont influé sur le contenu de la loi de 2013, permettant aux homosexuels de se marier.

sociologue-et-ourson-11C’est par le biais de son travail que nous accédons aux salons de l’Elysée, aux plateaux tv, et c’est par sa voix qu’explications et quotidien illustrent une seule et même histoire en perpétuel mouvement, celle de la famille avec un grand ou un petit f.

Ni reportage ni film sociologique : le déroulé des débats à l’assemblée nationale, entre tensions et passion, est remis en scène dans un monde de peluches et de jouets. Une idée gracieuse pour aborder le thème de la famille dans sa définition intime et nationale.

Allant d’une tarte à mettre au four au combat amer d’une journée, les conversations téléphoniques entre Mathias Théry et sa mère-sociologue nous font ainsi pénétrer doucement mais sûrement à l’intérieur de leur univers familial.

Ces échanges, qui ponctuent tout le film, gardent l’authenticité du réel, et les vérités historiques, analytiques de la famille, du mariage ou de la procréation, à travers les générations et leurs mœurs, nous sont contées via cet échange mère-fils.

sociologue-et-ourson-5Et l’analyse et la connaissance, souvent, contiennent des réponses apaisantes.

Irène Théry évoque alors le passé du mariage social qui, au 19ème siècle, condamnait les laissées pour compte au statut de « fille perdue » et faisait des enfants illégitimes, des « bâtards ». On est revenu de ce temps où les homosexuels se mariaient, avaient des enfants et menaient double vie.

On est également revenu de cette époque où les femmes qui ne pouvaient pas avoir d’enfants s’en voyaient donner un par la femme d’à côté qui en avait eu sept.

Le documentaire nous fait alors observer les mutations des familles qui vont trouver des existences hors mariage et s’affranchir doucement de leurs fantômes, tabous et hypocrisies, par le rappel de ce réflexe plus qu’humain qui de transmettre au monde quelque chose qui va nous survivre.

La sociologue et l’ourson se révèle alors un conte social tendre mais implacable, qui relie des mouvements nationaux filmés caméra au poing, à une réflexion profonde illustrée par des acteurs en peluche.

Que ces jouets et nounours relèvent de l’élévation ou de la régression, ils nous permettent la distance et la possibilité de s’approprier un terrain dénué de mépris, d’agressivité, au profit de l’humour, de l’observation et de l’analyse.

sociologue-et-ourson-9Un peu de finesse dans un monde de brutes, incarné en grande partie par les figures du mouvement de protestation conservateur, de Frigide Barjot à Christine Boutin, et autres suiveurs virulents, considérant le mariage et les parents biologiques comme le seul socle d’une civilisation, n’ayant pas trouvé de piliers plus solides et reniant la légitimité des parents « d’intention ».

« Vous devez être fatiguée de désinformer les gens, vous voyez, je suis bien plus en forme que vous » lâche d’une voix sereine et rieuse Irène Théry lors d’un face à face avec une Frigide Barjot décontenancée, adepte du « touchez pas à mon code civil » et autre « il n’y a pas d’ovule dans les testicules ». Une scène, parmi d’autres, jubilatoire de bon sens et d’élégance.

Et on rit, on sourit, on dévore les images et les bons mots.

sociologue-et-ourson-10La France est devenue un monde de peluches mais sans appartenance avec celui des Bisounours. Hollande est une marionnette, Christine Taubira un tigre agile dans la jungle politique, Irène, une oursonne, pour ne citer qu’eux. C’est tendre et ironique, jamais figé dans son savoir.

2013 a été une année violente et blessante pour beaucoup.

sociologue-et-ourson-6Si le film dépasse la douleur provoquée par ces manifestations haineuses, s’il dépasse la haine tout simplement, c’est dû au fait que l’’utilisation de personnages lavables à 40 degrés permet de la raconter avec du recul et de l’apaisement.

Les peluches agissent ici souvent comme des masques chargés de libérer la parole tout en l’allégeant de ses vrais visages et de ses émotions.

sociologue-et-ourson-4Ce film invite les plus réfractaires à comprendre pourquoi il fallait s’approprier cette loi, pourquoi le mariage pour tous est la résultante logique de nos mœurs passées, un message compris plus tôt par quelques voisins européens.

Quant à une société en péril, elle peut l’être pour de multiples raisons, mais surement pas lorsqu’elle légifère pour que des minorités aient des droits.

sociologue-et-ourson-3Le film, partenaire de l’association des Familles Homoparentales de France, est un bel outil pédagogique plein d’humour, une finesse, dans le fond et la forme.

Il vous laisse souriants, voir plus, que le mariage en général vous fasse rêver ou fuir.

Après tout, on ne parle là que d’amour et de mêmes droits pour tous.


Bande annonce du film


sociologue-et-ourson-0La sociologue et l’ourson, actuellement au Cinéma L’Atalante de Bayonne


 


Commentaires

Une réponse à « La sociologue et l’ourson » : retour (réussi) sur la folle année du Mariage pour Tous

  1. fourrier dit :

    Chronologique et thématique, l’originalité du documentaire réside dans une distanciation formelle vis-à-vis des événements, de ses partisans et de ses détracteurs. Le montage alterne images frontales, filmées avec le regard du témoin et un récit naïf fait de peluches, de jouets, de cartons et de ficelles. Irène tantôt sociologue spécialiste de la famille et de la vie privée arpentant les médias, tantôt oursonne, François Hollande, tantôt lui-même, impénétrable, tantôt marionnette guignolesque ; la vérité ne réside pas dans le tournage mais dans le dialogue des peluches.
    https://apresprojection.wordpress.com/2016/04/16/527/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.