Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

La vie sauvage du festival Catach en invité tropical du Magneto Bayonne

4 juillet 2017 > > Soyez le premier à réagir !

Vendredi 7 juillet 2017, le Magneto accueillera en ses murs, pour la dernière date de sa saison, une programmation concoctée par les organisateurs du festival Catach, sortis de leur bois de St Martin de Seignanx pour présenter leur nouvelle édition de début septembre.

Ce jour-là seront dévoilés par mail le programme et la date exacte de ce rendez-vous à tous ceux inscrits via leur newsletter : auto-sous-tiré « Libres et sauvages », il ne faudrait pas en dire davantage sur le projet porté par cette bande de potes qu’est le festival Catach.

Si une œuvre peut se passer d’analyse, alors un festival ou un concert peuvent aussi se passer de mots risquant de les extrapoler, voire de les dénaturer.

Juanita Banana – Photo : Mathieu Prat

Ne rien espérer, vivre l’instant, oublier la représentation et bannir les « ismes », voilà le dress code psychologique avec lequel il convient de se pointer au bois de Catach, à une quinzaine de kilomètres de Bayonne, sans oublier une bonne paire de bottes en caoutchouc.

D’ici là, vendredi 7 juillet, à partir de 20h, le Magneto devient ambassade. Vous y découvrirez un condensé de Catach et le temps d’une soirée, en soutien au festival, les remparts bayonnais de Mousserolles se feront tropicaux.

Slift – Catach 2016 – Photo Francis Carrouché

Les toulousains de Slift, le parisien Prison Food Sucks et l’Amicale des DJ du Bal du Samedi Soir seront de la partie. Ils ont pour point commun de s’être croisés l’an dernier à l’orée du bois de Catach pour ce festival qui n’a décidément rien d’un festival : nous serons loin, bien loin des festivals de marchands de guano et des concerts de tourneurs philistins.

Prison food sucks – Catach 2016 – Photo Francis Carrouché

Slift présentera en prime un premier EP, Howlin Banana, oscillant entre le punch, le psyché et le kraut rock, quand Prison Food Sucks nous fera voyager dans sa galaxie de sonorités bidouillardes promptes à ravir les amateurs de Bastringues.

L’amicale des DJ du Bal du Samedi Soir, enfin, aura le privilège d’enivrer la fin de soirée, réservant au passage quelques surprises aux habitués du Magneto.

Lee Scratch Pourri – Photo : Mathieu Prat

D’ici septembre, les « vrais » festivals viendront envahir le Sud-Ouest. Tous reposent sur un principe simple : allier système concentrationnaire, divertissement encadré et bouteille d’eau de 50cl à 2euros.

Effrayante, la horde de métalleux hellfestifs envahissant les travées du Leclerc de Clisson. Toute aussi déconcertante, la mue flamenquiste de Mont de Marsan, l’espace de quelques jours, tentant de nous faire oublier que Flamenco et Festival sont quasi antinomiques.

Magneto Bayonne

Ils sont innombrables ces « rendez-vous immanquables », ces « expériences inoubliables », à n’être en fait que de vastes gabegies financières, dont le prétexte culturel masque mal le fait que la fête est devenue une hantise : sécuritaire, organisationnelle, sociale.

Pour celles et ceux qui essayent encore de fêter ce qu’ils veulent, quand ils le veulent, faire la fête n’est plus un droit, c’est un sport de combat : lucha libre y salvaje.


Catach Magnéto Tropical Party

Vendredi 7 juillet 2017 – 21h30 – Entrée : 8€

Tous les renseignements sur le site du Magneto Bayonne


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *