Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

La place de l’Agglo Cote Basque Adour entre cour et jardin

8 octobre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

La bataille pour une éventuelle compétence culturelle de l’Agglomération Côte Basque Adour (l’ACBA, regroupant les villes de Bayonne, Anglet, Biarritz, Bidart et Boucau) fut réglée en amont des élections municipales de mars dernier : à ce projet poursuivi par certains et honni par d’autres, par le passé ou pour l’avenir, seule la notion de collaboration culturelle a fait l’objet d’un consensus politique. Les années qui s’avancent au devant des deux principales compagnies de théâtre de ce bassin de vie, les Chimères et le Versant, ne s’en trouvent pas facilitées.

Les deux compagnies de théâtre se connaissent bien. Le fait que leurs centres géographiques ne soient distants que de 950 mètres n’en est pas la seule explication. Pour le Théâtre des Chimères et celui du Versant, Biarritz n’est qu’une rampe de lancement vers l’ailleurs, qu’elles se sont en quelque sorte partagé, autant sur la mappemonde que sur l’agglomération basque.

Avec leur festival des Translatines, les Chimères ont fait de l’Amérique latine et de l’Espagne des terres d’enrichissement autant  que de reconnaissances. Quant à lui, le Théâtre du Versant a depuis aussi longtemps dirigé sa proue vers l’Afrique, et, pour cette saison 2014/2015, a rajouté la Nouvelle-Calédonie et Tahiti sur sa feuille de route (on vous en reparlera en détail).

chimeres-3

Les chemins du brigadier, Anglet, par les Chimères

Ces itinéraires ne sont pas pour autant des lignes de fuite, quand l’un et l’autre sont porteurs de projets théâtraux de proximité, développés à partir d’engagements et de conventions signés avec les principales scènes de l’ACBA. Irréductibles à ne pas éprouver les frontières du théâtre, aucun de ces deux acteurs n’a jamais de fait considéré les limites géographiques des villes autour d’elles comme des freins à leurs actions globales.

versant-3

Le chantier Sud-Nord, Biarritz, par le Versant

Conventionnement après conventionnement, cela fait ainsi des années que l’un et l’autre est invité à (re)démontrer son savoir-faire, tout autant que son savoir-transmettre, sur les planches locales, par une activité de création et de formation (au sein des Ateliers Découvertes des Chimères ou du centre de fabrique de théâtre du Versant) et d’accompagnement des politiques culturelles de Biarritz, Bayonne ou Anglet.

La question du regard de l’un sur l’autre est un sujet tabou, quand les deux compagnies frappent aux mêmes portes des financeurs, qu’ils soient investis de responsabilités communales, départementales ou régionales.

Et ni le Versant ni les Chimères n’échappe aux discours sur les budgets contraints d’une part, et sur le « pour nous, c’est évident, c’est vous, notre interlocuteur » d’autre part.

gael-rabas-2

Gael Rabas, Théâtre du Versant

Avec le report sine die d’une compétence culturelle à même de renforcer le travail mené depuis plus de 30 ans, Gael Rabas pour le Versant et Jean-Marie Broucaret pour les Chimères ont l’intelligence de ne pas en faire une question de personnes, mais de perception de ce travail.

chimeres-2

Yves Ugalde et Jean-Marie Broucaret, Bayonne

La saison prochaine, et l’année 2016, devrait voir le Versant renforcer sa position sur Biarritz, cette assurance ayant été formulée ces jours-ci par le premier magistrat de la ville. Et les Chimères ont pu compter sur la présence de l’adjoint à la culture de Bayonne, Yves Ugalde, pour l’assurer de son soutien sur son bassin historique au moment de livrer le programme de son Transit latino-américain.

Mais une sentence a été entendue, plus fortement encore que par le passé : la condition sine qua non du maintien de chacun de ces acteurs de théâtre est la mutualisation de moyens par l’ACBA, que cela soit dans son soutien aux créations engagées, ou, à moyen terme,  dans une solution à apporter en urgence pour son bail actuel (les Chimères, expulsables au 15 janvier 2015) ou dans l’économie de ses spectacles aux antipodes (Versant).

versant-2

Gael Rabas, Théâtre du Versant

Il n’est nullement possible d’aider l’un sans léser l’autre, qui pourra logiquement exiger un traitement équivalent. Et ne rien faire ne fera crier victoire à personne.

broucaret-2

Jean-Marie Broucaret et Marie-Julienne Hingant, Chimères

Il ne viendrait également à l’idée d’aucun de leurs spectateurs d’accepter une fatale précarisation de ces jardiniers entre cour et jardin.

Alors il appartient à la classe politique de ne pas reproduire le drame de cette mise en scène d’Armand Gatti, L’enclos, où, dans un milieu sans pitié ni états d’âme, un des deux condamnés à mort ne devrait son salut qu’au trépas de l’autre au lendemain matin.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.