Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Les Motivés au 20ème « Chantons sous les Pins »: dans les Landes, « on est tous chez nous ! »

3 mars 2017 > > Soyez le premier à réagir !

Mouss et Hakim, les deux frangins de Zebda, fêtent les 20 ans de la tribu des Motivés, pour une première belle fête à l’occasion de l’ouverture du festival landais du 20ème Chantons sous les pins (du 3 mars au 1er avril 2017) : présentation d’une édition nourrie de solides chansons francophones, de chlorophylle et d’adrénaline.

La chemise, l’écharpe, les gants vont devoir admettre leurs rangements dans les placards, la météo n’est jamais exacte, mais ce rendez-vous du printemps pour le festival landais Chantons sous les Pins l’est (du 3 mars au 1er avril 2017), et ce depuis deux décennies.

Le décrassage des oreilles ne sera donc pas une boutade inscrites dans le programme, puisque cette 1ère invitation de ce temps fort d’un mois consacré à la chanson francophone mettra d’entrée le cap sur la musique folk westen et le jazz manouche.

Le chiffre rond a en effet incité les organisateurs de cette manifestation (40 concerts répartis sur 20 communes) à démarrer sur les chapeaux de roues, avec l’ouverture bras en l’air  à Luxey ce  vendredi pour l’accueil sur scène de deux premières formations Wallace et Les Cotons tiges.

Co-fondateur des Hurlements de Léo, le chanteur compositeur Erwan Naour s’accoquine dans Wallace d’une violoniste, Bertille Fraise, et du guitariste Nicolas Grosso, pour une poésie mélancolique, railleuse, enragée, dont les influences de Mano Solo et Brassens ressurgissent à chaque tournant.

C’est ensuite aux Cotons Tiges de venir s’immiscer dans vos oreilles, une formation de potes rencontrés au détour des nombreux festivals écumés autour de Manu Galure (auteur chanteur contrebassiste, pianiste) et de Simon Chouffont (Chouff pour les intimes, auteur chanteur et guitariste, qui jouera aussi le 25 mars à St Vincent de Paul avec son nouvel album Volatis, et son groupe).

Tous deux Toulousains, ils avaient une carrière bien remplie chacun en solo, avant de se rencontrer et s’unir pour une musique tout en délire, « avé le sourire » résumerait-on au bord de leur Garonne.

Le Manu fut certes plus médiatisé en 2016 en se révélant sous les projecteurs de la Nouvelle Star (3ème place finalement),  mais on retiendra surtout un 2ème album solo, Vacarme, dont l’inégalable Juliette signe la direction artistique, et des premières parties devant Monsieur Higelin cette même année.

Mais c’est bien la chemise de travers et les bras en l’air que le public attendra les Motivés, formation satellite des deux frangins Mouss et Hakim qui tabassent les rimes avec Zebda, et qui, en 1997, reprenaient la formule avec une même diablerie, et leurs « Chants de lutte » nourries de musique déjantée, skattardisée à la Toulousaine, et de refrains grondants dans le public, comme Le chant des Partisans ou Bella Ciao.

Ils avaient disparu de nos radars depuis, et les élections présidentielles auront au moins servi à ça, un « en 2017, y’a toujours pas d’arrangement » vu sur leur page Facebook a fait plus parler que les excuses à 600 boules du grand Châtelain de la Sarthe, « on est tous chez nous ! » pouvait-on encore y lire.

Leur reformation à ce printemps trouvera donc dans les Landes les terres rougies nécessaires à l’éclosion d’un printemps où les feuilles verdiront et les têtes mal couronnées tomberont, « on est Motivés pour une société meilleure, plus partageuse, plus solidaire ! ».

Leo Ferré et les Clash se sont invités à la reprise des anciens titres,  « Lutter en chantant, chanter en luttant » refusant de prendre une ride.

Clairement bien inspirée, l’association organisatrice de Chantons sous les pins a invité encore une belle fournée d’artistes, à découvrir ou à retrouver, toujours dans cette ambiance portée par un public qui fait aussi la réputation du rendez-vous.

Citons Amelie-les-crayons, aussi à l’aise dans la chanson que le théâtre, aux instruments aussi variés qu’inattendus (samedi 18 mars à Mugron), Les Escrocs, de retour après leur fameux tube Assedic (à Léon le samedi 11 mars), Frappé Françoise, quartet basco-landais entre swing et jazz manouche (à Dax le vendredi 10 Mars, à Borderes et Lamesans le mercredi 15 mars), les Belges de Dalton Telegramme, racines de la musique folk et western transformées en cajun wallon (le 11 mars à Mouscardes), et pleins d’autres à dénicher dans le programme.

L’ADN du festival ne s’est jamais contenté de cela, qui propose aussi de nombreuses activités de proximités et de solidarités, ludiques et créatifs, comme des ateliers d’écritures, de chants par les artistes pour petits et grands, ainsi que des actions menées avec les festivaliers moins libres du pénitentiaire de Mont de Marsan (avec le SPIP).

L’hiver ne sera alors qu’un ancien souvenir, chlorophylle et adrénaline pourront reprendre leurs places dans nos corps sous les pins : cette année, on le sait bien, ce ne sera pas du luxe.


Tous les renseignements sur le site du festival Chantons sous les Pins


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.