Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

A la Librairie de la Rue en Pente de Bayonne, 7 coups de coeur entre petites et grande Histoire(s)

12 mai 2017 > > Soyez le premier à réagir !

Dans un lieu où l’on est invité à partager ses enthousiasmes, ses libraires ont un goût affirmé pour l’humain et l’échange : petite liste subjective de livres coups de coeur, à placer dans vos envies de lecture, avant d’aller en discuter avec eux.

Cela fait 37 ans désormais que le lieu a en quelque sorte rebaptisé la rue Poissonnerie de Bayonne : animée avec flamme par Marie et Gérard Felices et leur fille Jeanne, la Librairie de la Rue en Pente propose, en plus d’un choix exigeant de livres, des CD jazz et classique de la prestigieuse maison Harmonia Mundi et, dans une petite salle au fond, un espace d’exposition d’affiches et de reproductions.

Ici, ce qui identifie le nom de l’une des 5 librairies généralistes de la ville, c’est sa vitrine peuplée de courtes notes de lecture, qui expriment en mots choisis et percutants les qualités et particularités des livres aimés ou détestés. Et la formule : les 12 coups de cœur et le 13e, « le livre qu’il ne faut pas acheter ».

Et les anecdotes sur cette pratique maison sont presque aussi nombreuses.

Gérard Felices raconte avec des yeux rieurs sa note de lecture incendiaire sur Da Vinci Code « le pire livre de l’été » il y a quelques années, mise bien en évidence en vitrine. Le libraire en profitera pour  rediriger les clients venus acheter le best seller de Dan Brown vers Le testament des siècles d’Henri Loevenbruck, un livre à la trame très proche, mais « réussi » .

En 1980, pour accueillir à l’époque leur projet de création d’une librairie, deux couples choisissent Bayonne (où ils n’ont pas d’attaches) et décident de placer leurs économies dans un local rue Poissonnerie. « A déconseiller, l’ouverture d’une librairie dans une ville où l’on ne connaît personne ! Cela demande beaucoup beaucoup de temps », en sourit Gérard Felices.

Lorsque l’autre couple prend sa retraite, il y a une dizaine d’années, les Felices continuent leur chemin, dans le projet de laisser leur fille poursuivre l’activité quand ils s’arrêteront à leur tour, avec toujours ce fort esprit de conseil, propre aux librairies indépendantes.

Un réseau fédérateur s’est d’ailleurs créé entre elles : le site Librairies atlantiques, devenu « Librairies indépendantes en Nouvelle Aquitaine », qui permet, lorsqu’on est à la recherche d’un livre, de voir très vite dans quelle librairie il est disponible dans sa ville.

A l’écoute dans la librairie, ce qui transparaît à l’évidence est ce goût du partage et de la rencontre avec l’autre, qu’il soit de papier ou en chair et en os.

En une heure, ce matin pluvieux, la porte s’ouvre de plus en plus fréquemment : une commande à passer, une autre à venir chercher, un conseil à demander, sans parler du touriste perdu venu demander son chemin.

La Librairie est un lieu hors du temps et pourtant en prise avec son temps, un lieu où l’on est invité à partager ses enthousiasmes.Les libraires de la Rue en Pente ont un goût affirmé pour l’humain, et en particulier pour « les rapports entre la petite et la grande Histoire ».

Cela transparaît dans le choix des livres exposés en vitrine et dans ceux qui sont présentés ci-dessous : petite liste subjective de livres coups de coeur, à placer dans vos envies de lecture, avant d’aller en discuter avec eux.


Geneviève Brisac, Vie de ma voisine

C’est le récit poignant – une histoire vraie – que fait une femme âgée à sa voisine. Née dans les années 30 de parents juifs immigrés, elle se retrouve, petite fille, au Vel d’Hiv’ en 1942. Lorsqu’une annonce dit que les enfants nés en France vont pouvoir sortir, la mère de cette enfant se met à lui transmettre en deux heures une leçon de vie, des choses les plus concrètes aux plus abstraites, pour sa future existence de femme libre et indépendante.

Une histoire poignante, très forte, écrite avec talent et pudeur.

Editions Gallimard, paru le 4 janvier 2017, 14,50€


Rao Pingru, Notre histoire

Rao Pingru, tour à tour soldat, comptable et éditeur, s’est mis à 85 ans, après la mort de sa femme, à écrire sa vie, pour ses enfants et petits-enfants. C’est un siècle de vie en Chine qui transparaît à travers ces récits quotidiens qu’il a lui-même illustrés d’aquarelles. Soldat dans la Chine nationaliste de Tchang Kaï Chek, il fait 25 ans de camp puis à sa sortie reprend sa vie aux côtés de sa femme.

L’auteur raconte au jour le jour des évènements parfois terribles mais sans prendre position, ce qui peut faire penser par moments à La Vingt-cinquième heure du roumain Virgil Gheorghiu. L’ensemble donne un très beau livre, étonnant, édité avec beaucoup de soin et de respect, qui a été traduit dans le monde entier.

Editions du Seuil, paru le 12 janvier 2017, 23€


Laurent Chalumeau, V.I.P.

Nouveau livre, sorti en mars, de l’auteur des remarquables Kiff, Fuck et Bonus. Scénariste, Laurent Chalumeau, né en 1959, écrit des romans captivants, percutants et rapides. V.I.P. brasse intrigue policière et clins d’œil à l’époque avec un style et une invention littéraire époustouflants, à la Audiard ou Céline. Une actrice sort de sa salle de bains et se retrouve nez à nez avec des cambrioleurs. La scène est photographiée par un paparazzi depuis l’immeuble en face. Puis arrive l’amant de la jeune femme, qui n’est autre que le président de la république…

Les évènements s’enchaînent à un rythme décoiffant jusqu’aux derniers mots où surgit un véritable coup de théâtre.

Editions Grasset, paru le 8 mars 2017, 18,90 €


Histoire mondiale de la France, sous la direction de Patrick Boucheron

Un des succès du moment, travail collectif d’une trentaine d’auteurs, coordonné par Patrick Boucheron, enseignant au Collège de France. Le parti-pris est original : chaque chapitre de quatre ou cinq pages montre comment l’histoire du monde est venue interférer dans l’histoire de la France, de 34000 avant JC à 2015.

Par exemple : « Un esclave noir à Pamiers », qui se déroule en 1446, raconte comment un homme noir en fuite, esclave d’un grand Bourgeois de Barcelone, retrouve la liberté en France. Ce sont des récits étonnants qui tissent des liens entre des histoires singulières et l’Histoire collective.

Editions du Seuil, paru le 12 janvier 2017, 29€


Jean-Louis Desbordes, D’ébène et d’or

L’auteur, médecin à Saint-Jean de Luz depuis 25 ans, raconte avec beaucoup de virtuosité et d’élégance l’histoire hors norme de son père ébéniste parti de Dax à Paris en vélo pour travailler chez Blériot puis, en 1927, au Gabon où il finit par se marier avec une métisse.

C’est un livre plein d’humour, très agréable à lire et l’éditeur a eu la très bonne idée de demander à Jean-Louis Desbordes d’écrire sa biographie, publiée à la fin de l’ouvrage. Il a été l’un des premiers médecins au Mali en lien avec l’institut Pasteur et le dépistage du Sida. L’auteur sera présent à la randonnée littéraire organisée par la librairie en septembre.

Editions La Cheminante, paru en avril 2016, 20€


Sofia Tchouikina, Les gens d’autrefois

Un livre d’histoire passionnant sur la noblesse russe dans la société soviétique, écrit à partir d’interviews réalisées dans les années 1980-1990.

Le livre, qui présente des photographies très émouvantes, reconstitue le trajet de ces nobles passés d’un monde à l’autre, s’adaptant à une vie sans privilèges. On voit par exemple comment un aristocrate est devenu conducteur de tracteur et mécanicien etc. C’est très fort.

Editions Belin, paru le 22 mars 2017, 23,50€


Françoise Hamel, Un palais de papier

Un livre qui renouvelle le style du roman historique et qui met en scène l’effervescence monétaire dans la France du XVIIIe siècle, à travers la rencontre entre une jeune orpheline de la noblesse, rebelle, chassée de Saint-Cyr, et John Low qui va lancer le premier papier monnaie en France.

Editions Fayard, paru le 15 mars 2017, 19€


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *