Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

L’Institut Culturel Basque avance malgré l’incertitude des scrutins électoraux

2 mars 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Le casse-tête des recompositions électorales passées ou à venir impactant le Pays Basque ne freine pas la volonté de l’Institut Culturel basque de poursuivre son travail de sensibilisation, en particulier dans le champ patrimonial de la danse.

C’est face à une totale recomposition du paysage politique local que l’Institut Culturel Basque (Euskal kultur erakundea, Eke) a souhaité présenter les grandes directions de sa défense active de la culture basque, auprès du plus grand public possible, face à des institutions renouvelées, ou en voie de l’être.

Aux élections municipales de 2014 se rajoutent en 2015 les scrutins des Départementales, les 22 et 29 mars prochains, puis les Régionales en décembre, rendant les volontés politiques actuelles susceptibles d’évoluer, dans un budget national qui ne cache pas ses contraintes budgétaires.

Un constat qui, après 25 ans d’existence, ne freine pas la réflexion d’un Institut doté à ce jour d’une enveloppe de fonctionnement et de possibilités financières de coopérations de 960.000 €.

eke-culture-basque-2

De gauche à droite, Mailys Iriart, Pantxoa Etchegoin et Jakes Larre, de Eke

« Ce constat ne nous appartient pas en propre », a souligné le directeur d’Eke, Pantxoa Etchegoin, « les aides financières sont assurées en 2015 à la hauteur des engagements de 2014, que cela soit du côté du Département, de la Région ou de l’État », dans un paysage par ailleurs marqué par des volontés différentes de structurer ses nouvelles compétences d’inter-communalités.

Et de compléter :

« Il nous faut imaginer des scenarii futurs pour la place de la culture basque, en continuant de travailler auprès de nos interlocuteurs habituels », que cela soit l’Office Public ce la Langue Basque (Oplb) ou du Conseil de développement du Pays Basque, désormais présidée par Caroline Phillips : un nouveau contrat territorial sera en effet signé cette année, sur la base des propositions de l’État et après expertise des élus du Pays Basque.

Le 17 janvier dernier, le Conseil d’Administration d’Eke a de fait voté les 5 grands axes du projet 2015, qu’un vote de l’Assemblée Générale le 18 avril prochain à St Palais, sera chargé de valider définitivement.

Instrument d’audit des politiques publiques au service de la culture basque, Eke accentuera son travail de diagnostic des besoins ressentis, que cela soit vis à vis des publics scolaires et des aménagements du nouveau calendrier, ou bien par des journées de sensibilisation et de formations.

eke-culture-basque-1D’une façon générale, il s’agira également de continuer à soutenir des projets structurants ou en fragilité, du spectacle en langue basque aux besoins qui leur sont adressés en terme de conservation du patrimoine (une demande de certification EthnoPôle sera ainsi instruite)

lasa-eta-zabala

Lasa eta Zabala, de Pablo Malo

Après une première expérimentation encourageante en partenariat avec le Cinéma L’Atalante de Bayonne, autour du film Asier eta Biok d’Aitor Merino, la distribution de nouveaux films basques sera poursuivie, en particulier avec le film Lasa eta Zabala, de Pablo Malo, qui ouvrira dans quelques jours le festival Rencontres sur les Docks (on vous en reparlera très vite).

Mais c’est bien la danse basque qui formera le grand événement de l’année 2015 pour EKE, à travers le programme transmedia Soka (« la corde »).

Reprenant le principe de déambulation dans une exposition multimédia itinérante déjà réalisée pour le chant basque, Kantuketan, Soka sera dévoilée le 10 septembre 2015 à la crypte Ste Eugénie de Biarritz, en ouverture du festival Le Temps d’Aimer la Danse.

Technique, cette pratique est également porteuse d’un patrimoine social et culturel qu’un site dédié complètera, afin de pouvoir devenir un outil fondamental pour les chercheurs, et les nombreux curieux.

eke-culture-basque-4Il ne s’étendra pas sur la question lors de la conférence de presse du vendredi 27 février, mais Pantxoa Etchegoin n’aura pas refermé ce dossier de présentation sans adresser un coup d’œil gourmand vers cette année 2016, qui verra Eke travailler au plus près de Donostia-San Sebastian pour cette année de Capitale Culturelle Européenne.

eke-culture-basque-3


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.