Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« L’intérêt général et moi » : un film sur la démocratie des grands projets publics « inutiles »

22 mars 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Ce samedi 26 mars à 19h à l’espace Mendi Zolan d’Hendaye sera projeté ce documentaire revenant sur les « grands projets inutiles » (autoroute, LGV, Notre Dame des landes) et la réaction citoyenne des territoires traversés.

Une autoroute construite mais vide (l’A65 Langon-Pau), un projet ferroviaire pharaonique (la Ligne à Grande Vitesse du sud-ouest), un projet d’aéroport vieux de plus de 40 ans (Notre Dame des Landes).

Sous ces infrastructures, des vies, des territoires, des espaces naturels sacrifiés ou devant l’être, au nom de l’intérêt général.

interet-general-film-10Malgré des expertises associatives incontestables, le nombre et l’ampleur des mobilisations, la pertinence des alternatives proposées, la marche en avant de l’appareil productiviste semble se poursuivre au mépris de toute forme de contestation pacifiste.

Mais qui détermine l’intérêt général ? Comment ? Prévu en sortie officielle le 1er juin 2016, L’intérêt général et moi est un film sur la démocratie des grands projets, sur la façon dont on prend et ressent ce type de décisions, aujourd’hui, en France.

interet-general-film-3Et sur cette violence, au moins symbolique, parfois psychologique et physique, d’être dans la minorité, quand les routes ne sont pas suspendues en l’air, ni les lignes à grande vitesse, ni les aéroports, mais traversent des territoires bien concrets où des gens habitent.

Réalisé sur une durée de six ans par Julien Milanesi, économiste et chercheur dans le domaine des politiques publiques d’environnement, et Sophie Metrich, réalisatrice, les deux auteurs partent d’un conflit qu’ils connaissent bien (la construction de l’autoroute A 65 Pau-Langon, près de leur commune des Landes), pour enquêter sur d’autres grands projets inutiles, comme la LGV et le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.

interet-general-film-8

Autoroute A65 Langon-Pau

« Au moment où on a compris que le combat était perdu, on s’est dit qu’on allait en faire un film », justifient-ils dans le dossier de presse.

Sans vouloir refaire « le match perdu » de l’autoroute A65, le propos est invité à s’élargir par une réflexion sur la nature même de notre démocratie dans un monde globalisé, « c’est en réalité un film sur la démocratie, la façon dont les décisions se prennent ».

interet-general-film-6Élus, dirigeants politiques nationaux et locaux, militants associatifs, journalistes, fonctionnaires exposent leurs points de vue et le spectateur devient lui-même interpellé
par la question, naturellement.

« On a envie que, à la fin du film, tout le monde arrive à réfléchir à cette question : qu’est-ce que cette idée d’intérêt général ? Et que l’on ressorte de ce film l’esprit concerné pour longtemps », espèrent les deux auteurs.

interet-general-film-11« Faire ce film-là et le projeter en salle, c’est vivre ce moment ensemble et pouvoir en discuter après », est leur conclusion, et leur espoir.

A voir ce samedi à Hendaye pourrait ne pas être comptabilisé dans les « projets inutiles ».


Prochaines séances en avant-premières

interet-general-film-1– le 26 mars 2016: à Hendaye (64), Espace Culturel Mendi Zolan, à 19h,  en présence de Sophie Metrich et Julien Milanesi.

– le 29 mars 2016: au cinéma Le Royal de Mont de Marsan (40), à 20h15, en présence de Sophie Metrich et Julien Milanesi.

– le 1er avril 2016: au cinéma Le Royal de Mont de Marsan (40), à 18h.

– le 12 avril 2016: au cinéma Utopia de Bordeaux (33), à 20h30

– le 19 mai 2016 : au cinéma Utopia de Toulouse (31), en présence de Geneviève Azam, Sophie Metrich et Julien Milanesi, horaire à préciser.


Musique du film par Artús

kalakan-arthus-3Le groupe béarnais Artús a composé la musique originale du film, qui défend ce territoire à travers leur musique, qui part de textes en gascon et envoûte par une musique extrêmement contemporaine, avec des instruments amplifiés électroniques.


Extrait vidéo du film


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.