Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Max Boufathal affole les représentations d’un futur en déclin

27 octobre 2014 > > Un commentaire

Jusqu’au 28 octobre, le sculpteur prend d’assaut avec « New World Confusion » la  Commanderie d’Irissarry avec une meute de six chiens, “The silver sextet”, escortée d’une arbalète colossale “Lady Gaga 207”.

Max Boufathal sculpte une mythologie personnelle, née de la rencontre de fragments de civilisations primitives et consuméristes. Alliant aussi bien figures religieuses, politiques ou blockbusters, son oeuvre stimule les référents visuels ancrés dans l’imaginaire : jouant de codes en opposition, elle crée le dépaysement.

The Solar Fighting Bros The Furious Snakes
Exposition « The Solar Fighting Bros/The Furious Snakes »
Art d’une guerre contemporaine qui trouve ses racines dans les pratiques ancestrales, le sculpteur se fait sorcier invoquant les esprits de ses dieux noirs, de Martin Luther King à Jimmy Hendrix (The Solar Fighting Bros/The Furious Snakes). Il puise son inspiration aux origines, alliant guerre et sacré.

Les figures de son armée thériomorphe, écorchées et dont les plumes se mêlent au filandreux du muscle, évoquent les parures des guerriers Massai ou les costumes de Navajos “Skinwalkers”. La tension anatomique est lisible dans la précision de la structure, elle sublime le matériau profane. Les regards fixent le lointain, nous montrent une autre voie.

Dans l’arène de son atelier, Max Boufathal se prépare, anticipant un futur condamné à lutter pour sa propre survie.

EXPO_NWC_BD_30Recyclant, bricolant, il exploite une société en déclin, détournant la matière qu’elle produit pour créer des sculptures d’anticipation, au dessein « sociophage ».

Ces sculptures, partie visible d’un plan martial, se construisent selon une chaîne opératoire précise, établie sur plusieurs années. À la manière d’un rituel, chaque œuvre semble un geste symbolique fédérateur, processus d’apprentissage façonnant le guerrier et l’ancrage de son projet dans les esprits.

EXPO_NWC_BD_11Le rituel final pourrait bien être une cérémonie, présentant dans son ensemble le “Triomphe de la Mort” activé grâce à une formule.

Cette exposition est la dernière d’une série de quatre, faisant partie d’un parcours « INCANTATION » proposé, entre juin et octobre  et en divers lieux par l’association bidartar, COOP.

« Enclavé entre ciel et terre, le territoire basque inspira de nombreuses créatures. Peuplé de divinités célestes, génies de la terre ou laminak, l’espace active l’imagination. La population basque créa une mythologie complexe aux filiations obscures, récits cosmogoniques qui donnèrent lieu à de nombreux rituels païens, subsistant encore de nos jours. Ces cérémonies, profondément ancrées dans l’imaginaire populaire, s’étendent de la célébration de Olentzero lors du solstice d’hiver aux rassemblements des sorgiñak dans la grotte de Zugarramurdi« , écrit Julie Laymond, directrice artistique de COOP.


 

maxMax Boufathal est originaire d’Irissarry.

Ancien élève de l’Ecole d’Art de Bayonne, il est parti étudier à Nantes, a vécu à Bruxelles, et est revenu vivre à Irissarry.

Cette exposition a eu beaucoup de succès, avec, pour l’instant, 2500 visiteurs.

Une série portant sur les nouvelles dynamiques artistiques au Pays basque

lady-gagaLady Gaga 207 – Auteur : Max Boufathal

« A travers la série INCANTATION, nous avons proposé un parcours autour de la rencontre de la mythologie basque et de l’art contemporain. Le travail de COOP pour la valorisation de l’art contemporain consiste à présenter le travail des artistes émergents diplômés des écoles des beaux-arts, à confronter leur travail aux oeuvres d’artistes reconnus internationalement, à les accompagner dans la production ; montrer le versant contemporain et les nouvelles dynamiques artistiques inhérentes au développement de ce territoire« , écrit Julie Laymond, directrice artistique de COOP

Lincantation’association COOP est créée en 2013, par des artistes (issus de l’École d’art de l’ACBA) et des habitants de Bidart pour la promotion de l’art contemporain au Pays Basque.

COOP s’inscrit également dans une logique de partenariats afin de porter avec les autres acteurs culturels du territoire le rayonnement de l’art contemporain. (co-production, collaboration, colloques, rencontres…).

Partenaire du Contrat local d’éducation artistique (CLEA), COOP accompagne sa programmation d’actions de sensibilisation à l’art contemporain. (Visite guidée des expositions, rencontre avec les artistes, interventions dans le milieu scolaire, conférences)

New World Confusion, Max Boufathal
OSPITALEA, centre d’éducation au Patrimoine
64780 Irissarry
Du lundi au samedi 10h00-12h30 / 13h30-17h30 Entrée libre
Plus d’infos : 05 59 37 97 20 ou sur www.coop-bidart.com


 

Commentaires

Une réponse à Max Boufathal affole les représentations d’un futur en déclin

  1. LARROUILH GINOU dit :

    Je découvre votre travail SUPERBE Je n en dis pas plus C est magnifique ET D UNE PERSONNALITE INOUBLIABLE Je vous verrai quand je rentrerai au PAYS Cordialement GINOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.