Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Merci la vie !’, de nouvelles portes d’entrées depuis Biarritz vers les « Petits Plaisirs » des mots

5 janvier 2016 > > 3 commentaires

Du 4 au 7 février prochain, un nouveau festival de passerelles entre les livres, la musique et le théâtre prend place dans le calendrier de Biarritz, rencontre avec la représentante de l’association Les Petits Plaisirs qui le porte, Cathie Simon Loudette.

Il y a forcément une dimension passionnelle dans l’initiative de la jeune association Les Petits Plaisirs » de Biarritz de s’avancer vers cette nouvelle année 2016 en y inscrivant un temps fort, Merci la vie !, avec ce nom qui frotte déjà son ambition aux calendriers en place.

L’adjectif « pluridisciplinaire » est repoussoir, utile certes, mais il cède aisément sa place devant la notion de « plusieurs portes d’entrées au monde du théâtre, de la musique et des livres », comme le complète Cathie Simon Loudette, sa cheville ouvrière rencontrée il y a quelques jours.

Le désir s’est emparé d’une adaptation théâtrale d’Emmanuel Noblet, acteur et metteur en scène inconnu des talk-shows hilares, et de son travail autour du roman de Maylis de Kérangal, « Réparer les Vivants ».

merci-la-vie-biarritz-7Le roman d’une transplantation cardiaque, où comment le coeur de Simon, 19 ans, peut remplacer celui de Claire, 50 ans, au terme d’une course contre la montre captivante.

Toute une chaîne humaine pulsée durant 24 heures pour réaliser cette prouesse de la médecine moderne, racontée comme une aventure intime et collective autour d’un organe symbole de la vie et lieu de toutes les émotions.

Le voir ici, enfin, après en avoir saisi la force, bien avant sa représentation au Festival off d’Avignon l’été dernier, où, dans le public, la romancière n’a pas pu s’empêcher de frissonner, de se lever et d’applaudir la prestation donnée.

La rencontre entre Emmanuel Noblet et Cathie Simon Loudette datait d’avant, dans ces temps de visites à la Maison de la Poésie à Paris, ou encore l’émotion devant « Et vivre était sublime », lecture-musicale des Garçons Manqués (Nicolas Rey et Mathieu Saïkaly), portant déjà la marque de Noblet.

merci-la-vie-biarritz-5Rejoindre la gare Montparnasse avec un ticket SNCF à la main a laissé du temps pour se demander pourquoi ce genre de propositions ne trouverait pas un jardin d’accueil dans notre région, « c’est quoi, le risque de proposer quelque chose qui n’a pas été accueilli ici, si ce n’est de devoir travailler, avec force, pour que tout le monde puisse ne pas rater cela ? ».

L’idée d’un festival littéraire a suivi le mouvement, les réunions de présentation et les moments d’euphorie ont rythmé l’année 2014, puis 2015, avant que, en novembre dernier, tout soit à peu près remis en question, « Biarritz a finalement choisi de se positionner sur un temps fort très similaire, et la piste de financements publics s’est réduite, puis a disparu ».

merci-la-vie-biarritz-1Dans un pays où Hitza Hitz (« une parole est une parole », en basque) n’honore que ceux qui y ont mis leurs tripes, Cathie Simon Loudette a donc repris son canevas. Séparé l’ambition initial d’un grand festival littéraire en mai 2016, pour en extirper deux temps forts, dont celui-ci en premier, et le second du 26 au 28 mai prochain.

Ce premier, ce Merci la vie !, est tout entièrement tourné vers ce metteur en scène qui sera accueilli pour sa seule date 2016 dans le Sud Ouest avec son Réparer les vivants.

merci-la-vie-biarritz-4Elle a déjà vu le concert inaugural de Mathieu Saïkaly (4 février) et les deux pièces qui nous seront proposées (voir agenda ci-dessous), elle retrouve ses frissons, sans ciller des yeux, « il faut que tout le monde le voit » ré-apparait dans ses propos.

Le sens est toujours là, accompagné de sa nécessité. Pour ce rendez-vous, un financement participatif via Proarti essaiera dans les prochains jours de réduire la tension financière devant soi, « pour pouvoir accueillir les artistes dans de bonnes conditions et également pouvoir proposer des places à prix réduits pour les centres sociaux par exemple ».

Le rendez-vous s’enrichira de l’impact qu’il proposera, Cathie Simon Loudette a par son passé aux Amis du Théâtre pris à bras le corps ce désir de « rendre la culture populaire, accessible, en levant les freins qui sont souvent des peurs ».

merci-la-vie-biarritz-2« Je ne sais pas si je suis très claire, les dossiers de demandes de subventions me prennent un peu la tête », elle repart au milieu des rangées de livre de la Bibliothèque d’Anglet, s’arrête, « tiens, tu vois, c’est en tombant sur ce genre de livre de Nicolas Rey que tout peut commencer ».

Personne ne peut effectivement considérer que la rencontre avec des mots est un acte sans conséquences.

merci-la-vie-biarritz-3


logo petits plaisirsTout le programme et plus de renseignements sur le site des Petits Plaisirs


 


Commentaires

3 réponses à ‘Merci la vie !’, de nouvelles portes d’entrées depuis Biarritz vers les « Petits Plaisirs » des mots

  1. DEYHERASSARY véronique dit :

    Merci Cathie de nous offrir des spectacles si nouveaux, si riches d’humanité. A très bientôt.

  2. Alain dit :

    Bravo à Cathie pour cette initiative et longue vie à son association.

    Eklketika semble avoir un coup de mou. Que se passe t’il avec vos journalistes? Moins d’articles sur les thémes qui m’intéressait comme la littérature ou le fil musique. Je

    • Bonjour, Alain…

      Coup de mou lié aussi aux vacances de chacun d’entre eux (Noël aussi) + limites à la générosité des contributeurs (qui ont une vie plus « alimentaire » ailleurs).

      Merci pour votre commentaire,

      (et bravo à cathie, oui)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.