Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Les mondes suspendus de Prunelle se prolongent à la Galerie Microcosme de Bayonne

27 juin 2016 > > Soyez le premier à réagir !

L’exposition Ethologie de l’artiste Pru Nelle proposée par la galerie Le Microcosme à Bayonne est prolongée jusqu’au 7 juillet prochain : ceux qui ont franchi les portes du lieu par le chant de ces muses mi-femmes mi-animales de l’artiste vous conseillent de ne pas traîner.

Des femmes nues aux têtes cornées, des géométries mystiques, un univers vaudou et lunaire appelle un regard profond à se poser sur lui. A moins que ce soit ces déesses exposées qui vous regardent, derrière leur chevelure de laine dissimulant ou encadrant les visages, fières représentantes d’un monde allégorique.

prunelle-microscome-16Prunelle Giordano, plasticienne bayonnaise signant Pru Nelle, a choisi finement le titre de son exposition Ethologie, cette étude du comportement animal qui embrasse une nature humaine complète mais refoulée.

Difficile de ne pas penser, en contemplant ses personnages et en toute subjectivité, à l’ouvrage Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estès (psychanalyste et conteuse), qui va chercher, voire libérer, de contes en légendes, « celle qui sait », extrayant des pages une féminité forte et ensorceleuse.

Ou de réfléchir sur les rôles mythologiques de ces animaux sauvages comme le cheval de Prsewalzki, le caribou ou bien la chèvre, protectrice ou souvent symbole de sorcellerie lié au désir et à la pulsion.

On pense au personnage de Pan (divinité protectrice de la nature dans la mythologie grecque, mi homme mi bouc) qui serait devenu ici une femme.

Et cette femme évoluerait à travers les périodes de l’artiste comme elle semble le faire à travers les âges.

prunelle-microscome-5Pru Nelle travaille au rotring (porte-plume permettant de travailler avec plusieurs pointes et de la patience) et chaque trait est d’une finesse minutieuse.

Laine, fourrure, crâne, cornes donnent leur volume aux créations. La dévotion de l’artiste pour ses déesses inventées émeut, notamment lorsque le regard parvient au travail photographique qui en émane.

prunelle-microscome-9Pru Nelle va jusqu’à incarner physiquement son personnage. La force hybride et la vulnérabilité qui se dégagent des clichés réalisés par Grégoire Lavigne renvoie à un soi entier et sauvage.

Ainsi, la féminité et la mémoire rejoignent une conscience primitive commune, liés charnellement aux éléments, à la violence et à la sérénité des jours. Et qui dit retour aux sources dit enfance, comme semble le rappeler les petits personnages géométriques de l’artiste.

Plusieurs périodes sont alignées ici, reliées par un seul personnage imaginaire. On sourit.

Il est temps de tourner la tête de l’autre côté, vers les autres murs de la galerie

Les regards sautent à yeux joints d’un univers à un autre tout le long de ce couloir artistique, comme autant de nuages à fixer un instant pour leur découvrir d’autres formes.

Affiches, sérigraphies, peintures, dessins, collages, photos d’artistes en résidence y sont exposés : des comics et des vinyles venus du Carburateur, des diptyques de l’artiste Douglace les traits d’encre minutieux de Vanessa Rey-Coyrehourcq, les photographies métaphysiques de Guillaume Lamazou dont les projections déformantes rivalisent de sincérité avec l’imaginaire.

prunelle-microscome-18Mais aussi les toiles pastelles, japonisantes et oniriques de l’artiste espagnol Alberto MC, pour lesquelles nous partageons à notre tour la tendresse du Microcosme.

Laurent Platero, qui nous accueille à la galerie, sait parler des artistes exposés, de leurs univers singuliers et respectifs. Le Microcosme est fidèle à ceux qui s’accrochent à ses murs.

prunelle-microscome-20Il est aussi un endroit où s’asseoir pour prendre un café devant une autre vision. Comme si l’art était finalement un lieu plein où prendre un peu de temps, une correspondance entendue entre les hommes.

Bientôt, les toiles de Prunelle seront décrochées pour laisser place à un autre univers, une autre couleur, un autre café comme tous les mois au Microcosme depuis son ouverture en 2015.

Tant mieux, mais accélérez quand-même un peu le pas avant le 7 juillet, l’exposition actuelle ne se rate pas.


microcosme-bayonne-galerieTous les renseignements et heures d’ouverture sur la page Facebook du Microscome


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.