Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Miniaturiste’ de Jessie Burton : l’obsession XXL d’une femme dans un siècle trop petit pour elle

3 juillet 2015 > > Un commentaire

Best-seller en Grande-Bretagne, Miniaturiste de Jessie Burton s’inspire d’une maison de poupée de Petronella Oortman conservée au Rijksmuseum. Achevé en 1686, ce meuble plus haut qu’un homme et large comme quatre reproduit à l’identique la demeure de cette Néerlandaise fortunée.

Salué désormais dans le monde entier, c’est un premier roman qui nous transporte dans l’Amsterdam du 17e siècle et dans les tableaux des maîtres hollandais. Et de penser que les préoccupations des femmes et des hommes n’ont que peu changé.

L’histoire :

Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur.
En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l’habitent et mettant au jour de dangereux secrets.

Les maisons de poupées sont des curiosités atmosphériques merveilleusement effrayantes mais quand les objets commencent à arriver, ce sont des articles lilliputiens exquis qui, en quelque sorte, imitent, annoncent et commentent les événements qui se déroulent dans la maison.

Les secrets débordent, les trahisons apportent le danger et Nella devient de plus en plus obsédée par la quasi-présence énigmatique du miniaturiste, proche d’un prophète, guide ou espion.

La toile de fond calviniste d’Amsterdam est un lieu de contradictions fascinant, une ville marchande habitée par des prêtres hypocrites, où la cupidité et le puritanisme coexistent difficilement. « Le régime des Amstellodamois : argent et honte. »

jessie-burton-6

La maison de poupée de Petronella Oortman

Presque tous les types de bigoterie sont exposés – le sexe, la race, la sexualité – rendant la vie de nos personnages du 17ème siècle presque insupportable et formant un contraste saisissant face au libéralisme du 21e siècle.

Il devient vite évident que Nella a une sensibilité plus proche de celui d’une adolescente du 21e siècle que du 17ème : franche, déterminée, par réflexe féministe.

Dès le moment où elle reçoit son cadeau, elle le considère comme un «monument à son impuissance, au coup d’arrêt porté à sa vie de femme. » Même si, comme on va le découvrir, cette modernité n’est rien en comparaison de son attitude radicalement sympathique à la sexualité humaine.

jessie-burton-7

La maison de poupée de Petronella Oortman

Même Marin, vision de piété qui se moque de l’amour de Nella pour la pâte d’amande parce que le sucre « rend les âmes des gens malades», harcèle son frère de le vendre.

« Qu’en est-il du lekkerheid, Marin — cette appétence coupable pour les mets sucrés ? Que dirait ton pasteur ? Ma sœur, explique Johannes à Nella, considère que le sucre n’est pas bon pour l’âme, mais elle veut pourtant que j’en vende »

L’écriture est limpide, il n’y a pas de place pour les longueurs. Telle une miniaturiste elle-même, Jessie Burton porte toute son attention aux détails.

jessie-burton-2

Veermer

Chaque phrase est finement tournée, avec un je ne sais quoi d’ancien sans que cela soit désuet et les instantanés domestiques viennent tout droit des tableaux de Vermeer ou des natures mortes hollandaises.

Miniature et réalité romanesque se rejoignent. Les personnages sont des poupées que l’on déplacerait dans une maison grandeur nature appelé Amsterdam.

Nous savons leurs goûts mais pas ce qui se trouve au délà des apparences, nous savons leurs échecs mais pas leurs motivations intérieures, qui restent insaisissables.

Et de fermer ce roman en pensant que Nella, Marin et Johannes – qui se battent tous pour leurs propres libertés personnelles – sont nés à la mauvaise époque.


jessie-burton-3Miniaturiste, Jessie Burton
Éditions Gallimard, sorti le 26 mars 2015
512 pages, 17 €


 

 


Commentaires

Une réponse à ‘Miniaturiste’ de Jessie Burton : l’obsession XXL d’une femme dans un siècle trop petit pour elle

  1. Laurent dit :

    Je le prends comme un livre de filles pour les filles. J’ai sans doute tort?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.