Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Mise en Bouche’ de Léon Lachamp : un court dans les sorties des longs

27 mai 2015 > > 4 commentaires

Une fois n’est pas coutume, c’est un court-métrage qui est mis en avant ce mercredi, Mise en bouche de Léon Lachamp, projeté vendredi 29 mai à partir de 19h à l’Atalante de Bayonne, alors que les écrans de la côte basque restent ouverts aux films révélés par Cannes (La Loi du Marché de Stéphane Brizé, Trois souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Desplechin et L’ombre des femmes de Philippe Garrel).

leon-lachamp-1

Léon Lachamp, ‘Mise en Bouche’ au Magneto de Bayonne

Avant de vous présenter ce projet global porté par ce tout jeune réalisateur qui a tourné son court entre octobre et décembre 2014 au Pays Basque, il reste à noter les séances du film d’Emmanuelle Bercot, La Tête Haute, aimé par Eklektika (voir ci-dessous), et l’avant-« seconde » du film colombien Los Hongos d’Oscar Ruíz Navia.

Il l’avait présenté devant une salle enthousiaste au dernier Festival de Biarritz : il sera présent à nouveau pour rencontrer le public, et lancer ainsi le chronomètre qui nous sépare d’une édition prochaine de ce rendez-vous de la culture latino-américaine, du 28 septembre au 4 octobre prochain.

Parce que les films ne valent souvent que ce que vous en cherchez, au moment de rentrer dans la salle, on vous souhaite de bonnes séances.


Mise en bouche

Lachamp-MEB-3Réalisé par Léon Lachamp, avec Ludovic Zeller, Eric Gateau, Ludovic Estebeteguy – 12 mn – Projection unique à l’Atalante de Bayonne le vendredi 29 mai (entrée libre), à partir de 19h – suivie d’une soirée zik au Magneto de Bayonne, en collaboration avec La Souche Rock

… Un matin, des lions, l’habitude, le temps, des ronces, du formol, un gâteau,…

Le pitch assume le ton à l’oeuvre pour ce premier court-métrage de Léon Lachamp, arrivé à sa 20ème année avec un parcours d’autodidacte nourri des films de Wes Anderson, David Lynch ou John Waters.

Lachamp-MEB-1Et son nom ne doit rien au hasard : « le court mêle expérimental et fiction, pour se rapprocher dans son intention du format d’une bande annonce pour Crazytown, un long-métrage actuellement en cours d’écriture », précise-t-il.

Un Hitchcock-like, quand celui réalisait des films courts pour présenter d’un point de vue extérieur (souvent interprétés par le maître lui-même) le thème et les ambiances du film à venir.

Ici pourtant, La mise en bouche possède son propre scénario, qu’un homme borgne en smoking blanc fera découvrir à ses spectateurs.

Lachamp-MEB-2Tourné en low-économie du court-métrage, le film a été tourné cet automne du côté de la Villa Beatrix Enea d’Anglet (transformé pour l’occasion en bureau de psychiatre), dans un parc privé d’Itxassou et dans une vieille borde d’Urrugne, idéale pour y construire le décor d’un club de chasse.

« Ce qui a été vraiment important, malgré cette auto-production », confie Léon Lachamp, « cela aura été de soigner les plans, et la qualité d’images », le court étant tourné en format HD 4K, une qualité rendue possible par le travail de recherche de mécènes par l’association Pink Flamingo, basée à Bayonne, et avec divers soutiens dont le Crédit Agricole ou Art and Project.

muirParce qu’il n’est pas envisageable qu’un film court ne produise pas un plaisir bien plus long, la soirée entamée au cinéma à 19h, en présence du réalisateur et de l’équipe du film, sera prolongée d’un concert de Krista Muir.

Et elle se prolongera dans les entrailles du Magneto de Bayonne : au programme, deux groupes de garage rock, Oromocto Diamond et The Divirders, puis une fin de soirée avec un DJ set proposé par La Souche.

L’entrée est libre au Cinéma L’Atalante, et ne vous coûtera que cinq euros pour prolonger avec votre ticket la soirée au Magneto.

Tous les renseignements sur la page FB de Mise en Bouche, à L’Atalante ou sur la Souche Rock


La loi du marché

cine-loi-marcheRéalisé par Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon, Yves Ory, Karine De Mirbeck – 1h33 – A L’Atalante de Bayonne, au Royal de Biarritz, au Sélect de St Jean de Luz

À 51 ans, après 20 mois de chômage, Thierry commence un nouveau travail qui le met bientôt face à un dilemme moral. Pour garder son emploi, peut-il tout accepter ?

Le pitch est assez classique chez un cinéaste comme Brizé, récompensé à Cannes par le Prix d’Interprétation remis « pour la 1ère fois » à Vincent Lindon. Mais la déception pointe son nez dans une histoire qui, malgré une durée habituelle, ne cesse de s’étirer en longueurs attendues (la précarité, la tronche du Thierry, les difficultés).

Au final, un film absolument conventionnel, lorgnant vers un sous-Dardenne, sans charme particulier ni émotions surprenantes, et qui ne changera que le regard de ceux qui n’avaient pas fait attention aux humains, aujourd’hui, sur le bord des trottoirs.


Trois souvenirs de ma jeunesse

cine-3-souvenirsRéalisé par Arnaud Desplechin, avec Quentin Dolmaire, Lou Roy Lecollinet, Mathieu Amalric – 2h – A L’Atalante de Bayonne, au Royal de Biarritz, au Sélect de St Jean de Luz

Paul Dédalus va quitter le Tadjikistan. Il se souvient… De son enfance à Roubaix… Des crises de folie de sa mère… Du lien qui l’unissait à son frère Ivan, enfant pieux et violent…Il se souvient… De ses seize ans… De son père, veuf inconsolable… Et surtout, Paul se souvient d’Esther. Elle fut le cœur de sa vie…

Le prolongement en flash back de la matière déjà romanesque de ce Comment je me suis disputé signé par le réalisateur en 1996. Desplechin raconte ici le drame des amours de jeunesse à l’agonie, qui, pour achever la mue, doivent trancher les derniers fils d’attachement. Sorti le 25 mai, un film assez injustement boudé par le public (pour l’instant).


L’ombre des femmes

cine-ombres-femmesRéalisé par Philippe Garrel, avec Stanislas Merhar, Clotilde Courau, Lena Paugam – 1h13 – A L’Atalante de Bayonne

Pierre et Manon sont pauvres. Ils font des documentaires avec rien et ils vivent en faisant des petits boulots. Pierre rencontre une jeune stagiaire, Elisabeth, et elle devient sa maîtresse. Mais Pierre ne veut pas quitter Manon pour Elisabeth, il veut garder les deux. 

Le cinéaste français à l’oeuvre, dans cette veine d’un cinéma introspectif, soutenu par une image en noir et blanc qui fait signature. Le film est court, 1h13, mais l’impact de cette transformation de l’homme, fébrile puis odieux, vu par deux femmes, semble pouvoir imprégner longuement nos souvenirs de cinéma.


 


Commentaires

4 réponses à ‘Mise en Bouche’ de Léon Lachamp : un court dans les sorties des longs

  1. Non présent vendredi dernier à l’Atalante, j’aimerai savoir si il est possible de revoir « mise en bouche » sur un support quelconque sur le net. Merci d’avance pour votre réponse.

  2. colette & robert LACHAMP dit :

    nous sommes heureux , que tu ais eu la possibilité de réaliser ce cours métrage, qui te tenait à cœur ? Dommage , que l’on n’est pas pu le visionner .
    On n’a pas pu le voir avec INTERNET .
    On a pu le découvrir qu’aujourd’hui ( le 21/08/2016 ) .

    On t »aime , on pense à toi ……………….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.