Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Mojo Workin’  » : quatre jours de festival « Black and Donostia » au Pays Basque, c’est donc possible

10 mars 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Du 17 au 20 mars prochain, le festival Mojo Workin’ fera résonner la soul et le r’n’b dans le quartier Egia de Donostia, pour une 7ème édition qui vient de recevoir un appui décisif de la municipalité et de Donostia 2016.

C’est un fait avéré : il existe encore des villes au Pays Basque (Donostia) qui, en 2016, pensent qu’un festival de musiques afro-américaines soul et r’n’b porte en soi un événement populaire à conforter (et à ne pas supprimer, comme à Bayonne, dont le public est orphelin de son festival Black and Basque depuis avril 2015, on t’embrasse, Moustic)

C’est ainsi que, à sa septième édition du 17 au 20 mars prochain, le festival Mojo Workin’ vient d’être renforcé par l’appui du département culture de la ville (Donostia Kultura), de l’organisation Donostia 2016 et d’un partenaire privé (la banque Kutxa) pour proposer une série de concerts soul dans la lignée de ceux qui, les deux dernières années, ont fait salles pleines.

mojo-workin-donostia-5

Mojo workin’, édition 2015

Pour le principal responsable Jokin Arizmendi de l’association Gure Gautza, « un pas de géant a été apporté », et « l’édition de cette année produit un avant et un après dans la trajectoire du festival, qui peut désormais regarde son avenir avec confiance ».

Les invités de cette 7ème édition ont certes pris quelques années au compteur depuis leurs carrières afro-américaines flamboyantes, mais ces dinosaures ont représenté ce que la soul a insufflé dans le monde entier depuis les années 70.

mojo-workin-donostia-6Detroit, Chicago, ou New York dans ces années-là, c’était assurément le meilleur endroit pour se produire, à condition de résister aux regards méprisants sur votre couleur de peau, sur vos cuisses trop félines, et à cette criminalité omniprésente qui semblait être le seul destin réservé par l’Amérique blanche à ceux qui vivaient repoussés dans les quartiers pauvres de la ville.

La soul a affronté cela, et s’est même permise d’en chanter les bras levés, les hanches dégainées, et la nuque raide.

mojo-workin-donostia-2

The Flirtations, dans les 70’s

mojo-workin-donostia-1

The Flirtations, 2015

Retrouver ces irréductibles avec un plaisir intact de mettre le feu aux dancefloors a le pouvoir de mythes éternels, à célébrer un grand sourire aux lèvres.

Cela commencera par une première soirée gratuite, ajoutée le jeudi 17 mars grâce au soutien de Donostia 2016, pour une fête baptisée Gumbo Night où le pianiste jazz de Donostia, Paul San Martin, se produira avec la légende Guitar “Lightnin’” Lee de la Nouvelle Orléans (bar Dabadaba, quartier Egia, à partir de 20h).

Guitar_Lightnin_Lee_2_4861_DaphneNabors_t670

Guitar “Lightnin’” Lee

mojo-workin-donostia-3

Darrow Fletcher

Le vendredi 18 mars, le « génie de Chicago » Darrow Fletcher et les New-yorkaises de The Flirtations seront les invités programmés dans le centre culturel Gazteszena à partir de 21h30.

Le samedi 19 mars, le centre d’art contemporain Tabakalera accueillera divers DJs soul à partir de 17h, avant que, au centre Gazteszena, la « voix mythique de Détroit » William “Billy” Prince et « le chanteur soul aux yeux bleux » de Detroit, Mitch Ryder, soient à l’honneur (chacune de ces deux soirées se continueront pas des Djs r’n’b jusqu’à 6 heures du matin).

mitch_ryder

Mitch Ryder

Sans désir de s’en tenir là, le premier invité, Darrow Fletcher, sera à pied d’oeuvre le dimanche 20 mars à partir de 12h30 au bar A Fuego Negro dans le vieux quartier de la ville pour un concert gratuit.


mojo-workin-donostia-7

Tout le programme du 7ème Mojo Workin’ à retrouver sur leur site

Gratuit le jeudi et le dimanche

Tarif : 20 euros pour une soirée du vendredi et du samedi, 30 euros pour les deux.

Attention : paiement possible en ligne par carte bleue, puis billets à aller retirer dans un distributeur de banque Kutxa de Donostia

 


The Flirtations – Nothing But A Heartache (1968)


Darrow Fletcher – (Love Is My) Secret Weapon (1970)


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.