Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Le musée Chillida ouvert le 12 mars 2016 : un jour contre l’absence qui pèse sur le Pays basque depuis 2011

8 février 2016 > > 2 commentaires

Figure emblématique de l’art contemporain du pays basque sud, le musée d’Eduardo Chillida rompt son hibernation forcée depuis janvier 2011 pour une journée exceptionnelle d’ouverture, le samedi 12 mars 2016, dans le cadre de l’année Donostia 2016.

Le scultpteur basque Eduardo Chillida est considéré comme l’un des plus grands artistes au monde de son siècle (1924-2002) et Donostia a fait de l’une de ses sculptures son symbole de Capitale Culturelle Européenne 2016 : contrairement à tous les regrets et dépits entendus depuis sa fermeture le 1er janvier 2011, le musée Chillida du village de Hernani (Pays basque sud) va ouvrir le samedi 12 mars 2016, pour une journée, une seule, exceptionnelle donc, et liée au programme de DSS2016.

chillida-leku-dss2016-7Fermé au public depuis que sa femme et ses descendants aient jeté l’éponge devant les frais de fonctionnement du lieu (600.000 euros annuels, 20 employés), ce désir de partager son oeuvre a incité l’immense sculpteur à créer sur ce terrain de 12 hectares du hameau Zabalaga la plus grande exposition permanente de ses sculptures les plus aimées de par le monde.

Le « rêve de Chillida » avait été inauguré en 2000, en présence du sculpteur presque absent, très affaibli par la maladie d’Alzeihmer qui le touchait et devait l’emporter deux ans plus tard.

Malgré sa fermeture pour raisons économiques, plus de 40 grandes pièces, créées à base de fer et de granit, restent disposées dans ce « jardin tranquille », « cette utopie de trouver un espace où mes sculptures pourraient reposer et où les gens se promèneraient parmi elles comme à travers un bois », écrivait Chillida.

Dans le lieu désigné comme Chillida Leku, notamment dans le vieux corps de ferme ré-habilité qui s’y trouve, la collection comprend au total 391 sculptures et plus de 300 oeuvres en papier, entre gravitations, gravures et dessins.

Restreint depuis le 1er janvier à des visites privées et à des travaux de scientifiques, l’idée de son créateur était de refermer la porte à des achats commerciaux de ses oeuvres, une volonté aujourd’hui remise en question par ses héritiers.

En fin d’année dernière, New York a été investie d’une exposition à ciel ouvert pour ré-évaluer la valeur contemporaine de ce travail monumental (plusieurs de ces créations dépassant les 20 tonnes).

chillida-leku-dss2016-5Les héritiers ont bien essayé préalablement de négocier une sortie de crise en rencontrant à plusieurs reprises les représentants des différentes institutions locales et régionales du Pays basque sud, les solutions trouvées achoppant sur le refus d’un accord « à tout prix » en mesure de dénaturer un rêve d’artiste.

Associée à l’exposition Gaur présente au Musée San Telmo de Donostia (on vous en parle très vite), cette journée exceptionnelle portera de quoi consoler le poète basque Bernardo Atxaga, qui regrettait la fermeture d’un lieu « où les amis et la famille peuvent se balader en toute tranquillité pour parler de sujets qui ne comptent pas ailleurs ».

« La mort ne se produit par négligence, ici, mais par un vent qui souffle et traverse tout, par cette logique économique qui promet le paradis et pourtant, même dans le meilleur des cas, nous prive d’un moment important, /…/, par ce genre de disparition qui intervient lorsqu’elle seule érige les règles », écrivait-il en 2011.chillida-leku-dss2016-6chillida-leku-dss2016-8« Je suis de ceux qui pensent, et pour moi ceci est très important, que nous, les humains, sommes de quelque part. L’idéal est que nous soyons de quelque part, que nous ayons nos racines quelque part, mais que nos bras parviennent à embrasser le monde entier, que les idées de n’importe quelle culture nous soient profitables.

Tous les endroits sont parfaits pour celui qui sait s’y adapter, et moi, ici, dans mon Pays Basque, je me sens à ma place, comme un arbre adapté à son territoire, sur son terrain, mais dont les bras s’ouvrent au monde entier.

J’essaie d’accomplir l’oeuvre d’un homme, la mienne, parce que je suis moi, et puisque je suis d’ici, cette oeuvre aura des nuances particulières, une lumière noire, qui est la nôtre. »

Eduardo Chillida

 


Accéder à Chillida Leku le samedi 12 mars 2016

CHILLIDA-LEKUVisite de Chillida-Leku. Gratuit. Entrée limitée. Pour s’inscrire, envoyer un mail à gaurkonstelazioak@dss2016.eu

Adresse :
Jauregi Bailara, 66
20120 Hernani, Gipuzkoa
Téléphone :+34 943 33 59 63


 


Commentaires

2 réponses à Le musée Chillida ouvert le 12 mars 2016 : un jour contre l’absence qui pèse sur le Pays basque depuis 2011

  1. Rancelot christiane dit :

    Nous sommes un groupe de 6 à 8 personnes et nous aimerions vraiment pouvoir visiter ce jardin de Chillida. Parmis nous il y a un architecte et des artistes.
    Nous serons dans la région le 20 et 21 octobre 2016 .Pensez vous que cela est possible ?
    Merci d’avance pour votre réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.