Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Musique et 7ème art », par Gast Waltzing et l’Orchestre de Bayonne, à écouter « les yeux fermés »

8 juillet 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Les 15 morceaux qui composent le programme du chef d’orchestre et compositeur Gast Waltzing, invité ce samedi 9 juillet à Biarritz par l’Orchestre Régional Bayonne Côte Basque, ont un dénominateur commun aux dimensions aussi vastes que celles d’un continent.

Maintes fois parcouru, mais en constant agrandissement, ce Musique et 7ème art proposé par l’ORBCB n’embrassera pas 100 ans de cinéma dans les deux heures envisagées, ni ne fera le tour de tous les désirs des spectateurs.

orbcb-7eme-art-Waltzing-6« Cela fait une dizaine d’années que je le fais avec divers orchestres dans le monde entier », introduit Gast Waltzing, les Anglais en ont particulièrement une longue tradition, « pour ce concert-ci, parmi les 50 morceaux adaptés, on m’a laissé le libre choix ».

Celui a a reçu en début d’année 2016 un Grammy Awards pour son spectacle Pop Symphonique avec Angélique Kidjo, qu’il avait donné ici même il y a 12 mois, sait que ce genre de proposition orchestrales est parsemé d’embûches, dont il faut prendre conscience une fois vue l’affiche de la soirée.

pop-symphonie-2

Pop Symphonique avec Angélique Kidjo, juillet 2015

Il a construit la set list en privilégiant les compositeurs européens, dont Morricone et son The Mission, « Morricone !!! » répète-t-il en levant les bras au ciel, « magnifique ».

Revenons aux difficultés du genre, présenté en début d’article, et déjà trop esseulé dans son développement.

orbcb-7eme-art-Waltzing-4La première d’entre elles consisterait à ne pas pouvoir déterminer ce qui différencierait « la musique d’un chef d’oeuvre de film »  de « le chef d’oeuvre de musique d’un film ».

La question ne se pose pas totalement, l’un venant rarement sans l’autre, les plus grands compositeurs du genre ayant rarement été exclus des réalisations les plus ambitieuses, de ses figures éternelles aux coriaces super-héros (à cape et moules-fesses).

La seconde, qui en découle, consiste à se débarrasser au plus vite de l’idée que la composition pour le cinéma serait une « sous-musique ».

Gast Waltzing (à qui on ne l’a fait pas, relire ci-dessus l’évocation sur son Grammy Awards 2016) s’emporterait presque : « beaucoup de musiciens pensent qu’il s’agirait d’une sorte de sous-musique, techniquement et musicalement, avant d’être totalement surpris par les partitions ».

Le public a le droit de se retrouver dans le même esprit, qui écarquillera sans doute les yeux en re-découvrant la puissance orchestrale de la bande originale de Spider Man, de Pirates des Caraïbes ou de Gladiator.

orbcb-7eme-art-Waltzing-2Sauf à considérer que, pour « Musique et 7ème art », des couples cinéaste/compositeur existent depuis la naissance de la petite lucarne.

John Williams, jamais loin de Spielberg pour Les Aventuriers de l’Arche Perdue, ou Attrape moi si tu peux, mais également à l’oeuvre sur les Star Wars : le grandiose Hans Zimmer, dont on peut pardonner d’avoir traîné chez Disney quand on écoute ses compositions faites pour Gladiator, La Ligne Rouge ou Interstellar ;

John Barry, monsieur « James Bond », tout de même, James Horner (Titanic), Joe Hisaishi (Miyazaki), Nino Rota (Fellini), Bernard Hermann (Hitchcock), Danny Elfman (Tim Burton) et bien d’autres, et encore, et etc…

 

orbcb-7eme-art-Waltzing-3« Il faudra écouter les yeux fermés », conseillera Gast Waltzing, comme à chacune de ses représentations.

Mais il faudra lui donner tort là-dessus, indiscutablement : le plaisir des musiciens de l’ORBCB, qui s’éclatent à répéter le final de Mission Impossible, loin des répertoires habituellement travaillés, fera aussi partie du spectacle de samedi à la Gare du Midi.


Quand l’Orchestre Philharmonic de la BBC rend hommage à l’un de ses plus nobles représentants du grand écran



 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.