Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Les mystérieuses coiffures de Christophe Pavia

10 septembre 2014 > > Soyez le premier à réagir !

Les rêves de gamins commencent souvent dans une chambre, refuge des désirs contrariés par sa famille et les erreurs d’antan, “Non, Christophe, tu ne seras pas coiffeur. Jamais”. Sans doute est-ce le point de départ de son envie de coiffer ces gens qui n’en avaient pas l’intention, par une révérence baroque’n’roll qui porte désormais ses lettres de noblesse, et son nom.

Les mystérieuses coiffures dont Christophe Pavia est le concepteur ont pour décor une grande cage à oiseaux, où il invite ces demoiselles et ces messieurs à prendre place sur un trône princier : là, quelques minutes lui suffisent pour imaginer une sculpture capillaire nourrie d’un univers où la première clé d’entrée semble être un monde merveilleux conçu par Tim Burton.

pavia-2Toute tentative d’identification de son parcours artistique est pourtant vouée à l’échec, l’homme n’étant de mèche qu’avec cette idée toute simple de transformer la gravité en élévation. Un cône en carton disposé sur une tête, les cheveux relevés et épinglés tout en haut, pour la création d’une figure irréelle, au-dessus du sourire émerveillée de la personne qui se découvre dans le miroir.

Les rencontres décisives et les anecdotes multiples, les festivals de rue ou les théâtres dont il est désormais l’invité régulier, dans toute la France, mais aussi en Belgique, aux Pays-Bas, en Amérique du Nord. Ou encore, plus près de nous, les récentes Rencontres Improbables à Bayonne où il composa l’hallucinante chevelure de l’Andromaque code Breuer, ou encore le bal de Polytechnique, à l’Opéra Garnier, où il fut le compositeur des coiffes de ces demoiselles dévorées du regard.

pavia-3Christophe Pavia pourrait estimer avoir trouvé sa voie, celle d’un voyageur demandé et désiré, dont les yeux et les mains défient les postures raisonnables. Mais il n’en est rien.

Pour celui qui est né Bayonnais et vit à Hendaye (où il est le responsable de l’espace culturel et artistique Mendi Zolan), la question s’est imposée de confronter ses coiffures au territoire et aux rites de son Pays Basque.

Sa nouvelle collection de coiffes “Zortzi” (“huit”, en basque) revisite le “thuntturoa”, la coiffe traditionnelle des joaldunak, ces protecteurs d’antan qui agitent leurs lourdes sonnailles et leur fouet pour chasser les mauvais esprits, annoncer le retour du printemps, et tenir à distance des troupeaux et des populations l’ours sorti de son hibernation.

Il les a rhabillés de tissus, de bois, de boutons et autres objets identifiant les 7 provinces basques, plus une, pour la diaspora, dont l’élément central est une racine enveloppante.

Cate-BlanchettDans quelques semaines, il saura si le réalisateur anglais Kenneth Branag lui confirmera son désir d’une coiffe pour la mère de son Cendrillon en préparation, interprétée par Cate Blanchett.

Mais avant, une perspective plus personnelle illumine ses yeux : en juin prochain, malgré les diplômes qui rythment son parcours, il passera le CAP de coiffure. Sa famille l’a enfin accepté. Et son frère lui a murmuré : “Tu me coifferais ?”.

Souvenir d’une expo ce printemps à Bidart.Et ? Oui… Christophe a obtenu son CAP Coiffure en juillet. Zorionak.

Les Mystérieuses Coiffures de Christophe Pavia, c’est là


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.