Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Ni fait ni à faire, « Rogue One » échoue sur toute la ligne, sauf sur sa communication Star Wars

15 décembre 2016 > > Un commentaire

Consternant dans son manque d’enjeux, inconsistant et artificiellement dramatique, ce nouveau volet de la la saga rate intégralement ses retrouvailles avec nos attentes, nous rappelant combien les studios Disney estiment toujours pouvoir ne pas perdre le moindre dollar en nous prenant pour des saucisses (ou des amateurs de pizzas Hut).

Les retrouvailles avec la saga Star Wars, avec ce prequel situé en son sein (entre l’épisode III, de 2005, et le IV, de 1977), pourraient se résumer à une pizza Hut dont raffolent les Américains, comestible mais sans saveurs, et qui est proposée comme un mets ultime dans le monde entier.

star-wars-rogue-one-cinema-5

Rogue One

pizza-rogue-one

Pizza Hut

Dans ce Rogue One sorti sur les écrans depuis ce 14 décembre dans (presque) toutes les salles en France, on y retrouve tous les ingrédients attendus, avec gourmandise, de la franchise de ce space opera intergalactique tel que décliné depuis près de 30 ans (en 8 volets), et désormais passée sous contrôle des studios Disney.

L’Empire est toujours peuplé d’êtres maléfiques sans états d’âme, entourés de Stormtroopers impavides, qui impose sa dictature que combat l’Alliance Rebelle, dans laquelle la Force représente l’espoir constant, incarné par ce qu’il pourrait rester ici de chevaliers Jedi.

Mais il faut imaginer que ce sont les enfants des scénaristes, peut-être immobilisés pour une longue période en anesthésie générale, qui ont finalisé le scénario en profitant de leurs absences, et en réorganisant les personnages comme on le fait dans une chambre de gamins, à même le sol, en se racontant une histoire sans autre ambition que d’en finir avec un dimanche après-midi pluvieux.

Car dans Rogue One, l’épaisseur de l’intrigue et la complexité des personnages ne dépasse celle d’une cracotte, le projet ne dépassant pas le carcan dans lequel il doit trouver sa place.

star-wars-rogue-one-cinema-13En effet, pour la première fois, il n’y a pas de suspense dans ce volet où doivent être récupérés les plans de l’Étoile de la Mort, et qui le seront, puisque c’est le point de départ connu de l’épisode suivant (le IV).

Rogue One se transforme alors en une succession de tableaux à la manière d’un jeu vidéo, où apparaissent la rebelle Jyn Erso et le capitaine Cassian Andor, dont on sait qu’ils ne passeront pas l’hiver, puisque absents du volet suivant.

star-wars-rogue-one-cinema-2Les autres personnages font de courtes apparitions, de Forest Whitaker à Mads Mikkelsen, se rajoutant à la saga comme autant d’ingrédients nouveaux à la pizza Hut spéciale Star Wars.

La consternation ne serait pas à ce point au rendez-vous si n’apparaissait pas progressivement un oubli impensable des trois piliers fondamentaux de la saga.

star-wars-rogue-one-cinema-12Le rapport père-fils(fille) est insignifiant, la Force se résume à un seul personnage mineur (aveugle et passablement illuminé), mais surtout jamais un volet Star Wars n’avait aussi peu travaillé la figure centrale du Mal absolu, totalement absente ici, le directeur Orson Krennic de l’Étoile de la Mort ne dépassant pas en vilenie la mauvaise humeur d’un fonctionnaire interpelé un vendredi à 16h45.

Et l’apparition de Dark Vador, tant vanté par la communication, ne dépasse pas en intensité celle, fantomatique, de Jean-François Copé durant la campagne des primaires de droite.

star-wars-rogue-one-cinema-16Au bout de compte, et de loin, Rogue One est une proposition boursouflée, ni faite ni à faire, servie chaude comme une pizza US et qui devrait rapidement refroidir et devenir indigeste.

Les superlatifs quasi-unanimes de la presse mondiale sur ce ratage intégral, qui ne dépasse pas l’ambition d’un Star Trek, relève peut-être du seul mystère insondable de ce film, à oublier très vite.

star-wars-rogue-one-cinema-1


La lumière était ailleurs, à Biarritz


royal-biarritz-stephanie-jaunay-licenciement-association-version-originaleVu hier dans le cinéma Royal de Biarritz, seul cinéma de la côte basque avec le Select de St Jean de Luz à le programmer en VO, l’ambiance du lieu n’atteint pas non plus des sommets de joyeusetés, avec la menace réelle de l’éviction de sa directrice Stéphanie Jaunay, toujours pas fixée sur son sort depuis sa mise à pied du 17 novembre dernier (et sans salaire depuis, également).

Une affichette l’annonce : après Souvenirs de Bavo Defurne, un second film (le dessin animé Ballerina) a été retiré du programme bricolé pour ce mois de décembre, et remplacé sans plus d’explications que cela.

cinema-royal-biarritz-sthephanie-jaunay-conflit-4Avant de prendre sa place dans la grande salle (340 sièges) parmi la petite dizaine de clients de la séance de 17h30, un spectateur en a profité pour demander à l’accueil des nouvelles de la directrice évincée.

« J’ai signé la pétition, mais cela ne suffit pas, qu’est-ce qu’il est possible de faire pour demander des explications, que soit justifiée cette menace de licenciement qui la vise ? », cri du coeur du seul apprenti Jedi finalement vu cette après-midi.

Deux heures et demie après ce film fort décevant, la partie la plus spectaculaire de cette fin de journée pouvait résider dans les préparatifs de la mise en lumière des jardins et façades de la ville, animation traditionnelle de Biarritz pour les fêtes de fin d’année.

star-wars-rogue-a star-wars-rogue-one-cinema


 


Commentaires

Une réponse à Ni fait ni à faire, « Rogue One » échoue sur toute la ligne, sauf sur sa communication Star Wars

  1. Roux dit :

    Ramuntxo, l’ambition de Star Trek est effectivement à des années lumières de ce conte pour enfants qu’est et a toujours été Star Wars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.