Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« No(w) Hope » de Thierry Escarmant et Ko.com au Théâtre de Bayonne, l’alchimie réussie pour « crier sans utiliser de mots »

24 novembre 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Présenté hier et ce soir au Théâtre de Bayonne, puis à l’Espace Pluriels de Pau les 7 et 8 décembre 2016, le pari de Thierry Escarmant d’un récit fragmenté et multiforme pour cette nouvelle création avec le collectif KO.com est aussi fragile que pleinement réjouissant.

Amis du théâtre bien ficelé, à « message » ou « fable »,  n’allez pas voir No(w) Hope, ou « j’aimerai quiconque entendra que je crie », il s’agit ici d’autre chose, de l’ordre de l’expérience physique et sensorielle.

now-hope-thierry-escarmant-ecrire-en-mouvement-pau-collectif-ko-marseille-theatre-bayonne-espaces-plutiels-28Est ici fait le pari risqué d’échapper au discours et de parvenir à créer, grâce à la présence exceptionnelle des acteurs, une esthétique des fragments qui parle du monde contemporain.

Les phrases projetées sur les panneaux en plexiglas au début du spectacle donnent le ton : « Ce qu’on sait, ce qu’on ne sait pas ». Le spectateur pourrait les décliner au fur et à mesure de la soirée en « ce qu’on voit, ce qu’on ne voit pas » ou bien encore « ce qu’on dit, ce qu’on ne dit pas ».

now-hope-thierry-escarmant-ecrire-en-mouvement-pau-collectif-ko-marseille-theatre-bayonne-espaces-plutiels-4Une comédienne décrit les photos de l’activiste russe Piotr Pavlenski en train d’être torturé : on ne verra pas ces photos, mais l’imagination fait son œuvre avec force et violence. C’est le corps de la comédienne et la puissance de son évocation qui subjuguent.

Thierry Escarmant, à peine descendu de l’avion en provenance de Marseille, où le spectacle vient d’être créé, est souriant et un brin lunaire. Il répond volontiers aux questions, cite des auteurs et des livres inspirant pour ce spectacle (La préparation du roman de Roland Barthes, les livres de Bernard Stiegler, le sous-titre du spectacle venu de Marguerite Duras) et le lent processus de création de No(w) Hope.

now-hope-thierry-escarmant-ecrire-en-mouvement-pau-collectif-ko-marseille-theatre-bayonne-espaces-plutiels-1Troisième spectacle d’une collaboration de six années entre sa compagnie Ecrire un mouvement basée à Pau et le collectif KO.com de Manon Avram à Marseille, No(w) Hope a débuté sa gestation en janvier 2015, dans un moment troublé qui a immédiatement ancré le travail dans le questionnement.

Est-ce le choc de l’attentat de Charlie Hebdo, son traitement dans l’actualité, toujours est-il que le principe du spectacle a été clair très vite : quitter le rapport au discours. Principe ambitieux et périlleux dans un spectacle où la parole est présente, « pas facile de crier sans utiliser de mots » comme le dit un personnage.

now-hope-thierry-escarmant-ecrire-en-mouvement-pau-collectif-ko-marseille-theatre-bayonne-espaces-plutiels5Pendant ces deux années de recherche, au gré des résidences (Pau, Marseille, quelques jours à Bayonne…), des présentations publiques ont été proposées, qui ont dessiné certaines lignes du spectacle, par fragments. C’est cette forme fragmentaire qui subsiste.

Théâtre, danse, projections, entretien vidéo se mêlent avec une grande précision. Il y a la plupart du temps une sorte d’évidence de l’instant qui permet d’échapper à la volonté d’intellectualiser le propos.

now-hope-thierry-escarmant-ecrire-en-mouvement-pau-collectif-ko-marseille-theatre-bayonne-espaces-plutiels-26Les acteurs-danseurs ancrent le présent dans les corps, même quand une scène s’étire en longueur, entourée de papiers froissés.

L’alchimie entre les projections vidéo sur des panneaux mobiles, les danses où les corps semblent se débattre et lutter contre un ennemi invisible, et les prises de parole, fonctionnent, toujours sur un fil fragile.

C’est un pari qu’ont fait les coproducteurs du spectacle.

Que la Scène Nationale partage ce pari en soutenant le processus de création a quelque chose de réjouissant : c’est cette fragilité qui fait le cœur de la création.

now-hope-thierry-escarmantScénographiant l’alternance visible/invisible, des panneaux articulés en plexiglas deviennent cabine, vitrine où sont exposés les corps, ils sont aussi utilisés comme support de projection pour les vidéos.

La marchandisation est traitée de manière humoristique et décalée par la répétition des mises aux enchères  des choses et des personnes, ou encore par le casting humiliant auquel est soumis « Bertrand ».

now-hope-thierry-escarmant-ecrire-en-mouvement-pau-collectif-ko-marseille-theatre-bayonne-espaces-plutiels-2-9Venu pour la reprise d’un rôle féminin, il est submergé de questions : « Est-ce que tu peux travailler sous pression ? », « Est-ce que tu es quelqu’un d’équilibré ? », « Combien est-ce que tu penses que tu vaux ? », jusqu’au tourbillon final.

Les fragments fonctionnent en écho les uns par rapport aux autres, dans une cohérence esthétique forte.

C’est ce qui permet à No(w) hope de ne pas perdre le fil même quand il se distend.

« Pluriel, vert… » (selon les mots du metteur en scène), le spectacle aborde des questions existentielles que chacun reconnaîtra, « l’espoir, aujourd’hui, c’est peut-être de ne pas avoir d’espoir », ajoute-t-il avec douceur et presque optimisme

now-hope-thierry-escarmant-ecrire-en-mouvement-pau-collectif-ko-marseille-theatre-bayonne-espaces-plutiels-2A chacun de choisir ou de mêler « No » / « Now » et de méditer sur ce programme : donné les 23 et 24 novembre à la Scène nationale du sud-aquitain, le spectacle sera joué à la Scène Conventionnée Espace Pluriels à Pau les 7 et 8 décembre 2016.


Crédit photos : No(w) hope

De nombreux extraits vidéo de spectacles sont visibles sur les sites des deux compagnies :

site de la compagnie Ecrire un mouvement et site du collectif KO.com.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.