Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Un début de saison finlandais (et réussi) pour l’Orchestre Symphonique d’Euskadi à Bilbao (avant le Malandain)

6 octobre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

L’Orchestre Symphonique d’Euskadi a lancé sa nouvelle saison en rendant un hommage au compositeur finlandais Jean Sibelius, avec un grand poème symphonique inspiré d’une mythologie finnoise qui inspira également le grand JRR Tolkien.

Le choix de Kullervo du compositeur Jean Sibelius (1865-1957) pour marquer la rentrée de l’Orchestre Symphonique d’Euskadi, le 30 septembre dernier à Bilbao, s’est avéré opportun à plusieurs titres.

Il a tout d’abord permis de se joindre aux célébrations entourant le 150e anniversaire de la naissance de Sibelius et de représenter pour la première fois au Pays Basque une des créations légendaires de la musique finlandaise.

Kullervo-euskadi-1En effet, l’histoire de Kullervo est plus que jamais d’actualité : The Story of Kullervo, un manuscrit inachevé d’il y a 100 ans, est aussi le premier texte en prose de l’auteur du Seigneur des anneaux, J.R.R. Tolkien, qui vient d’être édité au Royaume-Uni.

Et à cela s’ajoute l’intérêt qu’il peut y avoir de représenter au Pays Basque une oeuvre musicale d’une grande qualité chantée dans une langue minoritaire, le finnois, et inspirée de l’épopée nationale finlandaise Kalevala.

« Je suis persuadé que le temps n’est pas loin où nous commencerons à apprécier nos vieux, nos authentiques chants finlandais. Nous découvrirons alors que les anciens Finlandais qui ont créé le Kalevala étaient aussi des grands musiciens. Je travaille maintenant à une symphonie qui respire entièrement la Finlande. Le monde primitif finlandais a pénétré ma chair et mon cœur », écrivait Jean Sibelius.

Première oeuvre importante d’un Sibelius alors âgé de 26 ans, Kullervo (1892) raconte l’histoire du personnage homonyme du mythologique Kalevala.

Kullervo-euskadi-2

Crédit photos : Frederik Verbeke

Un des rares personnages tragiques de la mythologie finlandaise, Kullervo étant le fils infortuné de Kalervo : unique enfant mâle né de la seule survivante d’un massacre entre familles rivales, il rencontre une mendiante qu’il séduit sans savoir qu’il s’agit de sa sœur. Quand ils découvrent par la suite qui ils sont, la soeur se suicide de honte. Pour finir, Kullervo se suicidera également.

Ce poème symphonique pour soprano, baryton, choeur d’hommes et grand orchestre n’est que rarement programmé en dehors de la Finlande, à cause de la difficulté linguistique.

Pour sa première représentation au Pays Basque, l’oeuvre de Sibelius a pu compter sur la participation de trois grands musiciens finlandais, notamment le chef-d’orchestre Ari Rasilainen et les deux solistes, la soprano Marjukka Tepponen et le baryton Markus Nieminen, qui ont rendu à merveille la beauté, le rythme et la douceur de la langue finnoise.

Crédit photos : Frederik Verbeke

D’un côté, la voix de Marjukka Tepponen, une voix de soprano dotée d’une assise ferme dans le grave, capable de belles vocalises, et, de l’autre côté, celle de Markus Nieminen, une voix puissante et bien timbrée.

Le choeur d’hommes Easo et l’orchestre, par contre, étaient du Pays Basque, mais ont relevé le défi d’interpréter cette rareté chorale de Sibelius avec brio.

Pour mieux recevoir les mots chantés, l’oeuvre a été sur-titrée en trois langues: le finnois, le basque et l’espagnol. Sans doute un événement exceptionnel de voir ces langues se côtoyer à parts égales dans un même endroit.

Avant de jouer Kullervo, l’Orchestre Symphonique d’Euskadi a interprété Finlandia, le poème symphonique que Sibelius a composé en 1899 et qui deviendra un symbole de l’aspiration finlandaise à l’indépendance.


Une saison 2015-2016 qui s’annonce prometteuse

Ce premier concert n’est que le début d’une saison symphonique qui, pour sa 34ème année, propose davantage de concerts à Bilbao, Vitoria-Gasteiz, Donostia-San Sebastian et Pampelune, revenant ainsi au nombre de concerts symphoniques qu’elle proposait plusieurs saisons auparavant.

En outre, elle misera fortement sur le renouvellement de la liste des directeurs et des solistes, pour la plupart des noms nouveaux sur les scènes basques, mais toujours d’une grande qualité.

La programmation est marquée par une grande variété, avec des œuvres fondamentales du répertoire symphonique, mais aussi de la musique contemporaine et de la danse.

L’Orchestre Symphonique d’Euskadi accompagnera également le Malandain Ballet Biarritz qui présentera sa nouvelle création, La Belle et la Bête, en décembre à Biarritz et au Château de Versailles.


orchestre euskadiTous les détails et renseignements sur le site de l’Orchestre Symphonique d’Euskadi


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.