Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Palmarès World Press Photo : la Syrie, les réfugiés, et ce qu’il reste de l’amour d’Aragon

18 février 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Syrie, migrants, industrialisations sauvages, détresses sans aucune frontière : le World Press Photo a rendu son palmarès 2016, illustration sidérante par la photo de ce qui a fait l’actualité durant ces derniers mois.

L’annonce officielle du 59eme World Press Photo Contest a été rendue ce matin, une bonne habitude prise depuis 1955 par cette organisation indépendante et non lucrative basée à Amsterdam, qui entend mettre à l’honneur les meilleures photographies de presse de l’année.

Avant que ce travail sélectionné et primé soit exposé dans plus de 40 pays dans le monde, rassemblant des millions de visiteurs, un coup d’oeil sur les prix 2016 (dans les diverses sélections du concours) permet de rendre compte de l’illustration par la photo de ce qui a fait l’actualité durant ces derniers mois.

Syrie, migrants, industrialisations sauvages ou détresses sans aucune frontière : on y retrouve sans surprise les thèmes, parfois récurrents, travaillés sous l’angle de l’émotion et de l’impact, avec la distance nécessaire que ces professionnels adoptent à la fois avec le voyeurisme mais également avec le risque pris au moment du déclic photo.

world-press-photos-4Photographier la détresse d’un père tenant son enfant mort, victime des violences de l’armée de Bachar Al Assad, ou bien être présent quand il faut mais pas forcément en sécurité, dans un bateau de migrants, une ligne de front, ou une catastrophe humaine en cours : un regard sur ces photos interroge systématiquement notre propre distance aux mots entendus, et pas toujours correctement visualisés.

Le grand lauréat de cette édition 2016 est un photographe free lance australien, Warren Richardson, qui a fixé l’image de ce père passant sous les barbelés séparant la Serbie et la Hongrie, après avoir passé 5 jours avec eux le long de la frontière fermée, sillonnée par une police hongroise chargée de les arrêter.

world-press-photos-1Le symbolisme de ces barbelés, retrouvés au final dans de multiples prix remis, a été l’élément déclencheur retenu par le jury international, « une photo qui illustre une situation désespérée même si classique, celle d’une situation plongée dans le sens le plus aigu de notre monde ».

Une « image qui hante », selon un autre membre du jury, « entre le coeur du père qui se bat pour la survie de son fils et ce monde qui l’attend, et qui ne lui offre rien ».

world-press-photos-7Parmi les 6.000 photographes qui ont envoyé depuis 128 pays une quantité colossale de 83.000 photos, se dégage effectivement une tension permanente, et la possibilité de trouver le sens au plus près de l’humain des tragédies trop vite résumées, ou délayées jusqu’à l’écoeurement par des discours politiques ou des thèses d’experts conviés sur les plateaux éloignés des lignes de failles.

world-press-photos-9Au vu de celles qui ont été primées en 2016, peut s’immiscer dans ce moment de silence une chanson de Léo Ferré écrite il y a 60 ans, sur un poème d’Aragon.

Et moi pour la juger que suis-je
Pauvres bonheurs pauvres vertiges
Il s’est tant perdu de prodiges
Que je ne m’y reconnais plus
Rencontres Partances hâtives
Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
Et leurs baisers au loin les suivent
Comme des soleils révolus.

world-press-photos-3


Tous les lauréats du World Press Photo 2016 à retrouver sur leur site


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.