Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Opération Correa, de Pierre Carles : les ânes ont le sabot solide

10 octobre 2014 > > Un commentaire

Le nouveau documentaire de Pierre Carles ne devrait pas tarder à être diffusé dans un cinéma du Pays basque, tant son nom y est depuis longtemps associé à une caustique remise en question de la diversité affichée des médias français. La venue à Paris du Président équatorien Rafael Correa en novembre 2013 a engendré un nouveau épisode du face à face que ce réalisateur entretient depuis plus de 30 ans avec ces « nouveaux chiens de garde« , pour notre plus grand enrichissement (non capitaliste).

pasvupasprisDe son bureaux montpelliérain de CP-Productions sont sorties les charges les plus déterminées sur cet « entre-soi » qui régit les liens chaleureux entre le pouvoir et les grands médias de ce pays. En particulier, en 1998, son premier long-métrage documentaire Pas vu pas pris signa son retour sur les grands écrans (indépendants) après avoir été déclaré persona non grata sur le petit, une bien maigre punition pour celui qui, vous vous en souvenez, avait démonté en 1992  la fausse interview de Fidel Castro par Patrick Poivre d’Arvor.

A son carnet de chasse, composé d’une bonne douzaine de films dont Juppé, forcément (1995), Pierre Bourdieu – La sociologie est un sport de combat (2001), Attention danger travail (2003), Vie et mort du professeur Choron et de Charlie Hebdo (2009) et Hollande, DSK, etc (2012), s’ajoute donc ce nouveau projet de feuilleton-documentaire que la télévision française ne devrait pas plus diffuser que les autres.

hollandeCar il semblerait bien que Pierre Carles ait enfin trouvé un véritable « ennemi de la finance », mais pas forcément à l’intérieur de la République française. Ou alors seulement pour une courte visite officielle.

Opération Correa : les ânes ont soif (44 mn) avait pourtant démarré sous la forme d’un projet plus court et modeste, qui consistait initialement à demander aux médias une explication sur la censure effectuée contre Le Monde Diplomatique : vendu à un tirage deux fois supérieur à celui de Libération, jamais n’est cité un moindre de ses articles, ou n’est invité un journaliste de cette parution mensuelle, spécialiste du décryptage des grands phénomènes macro-économiques.

« Alors que nous travaillions sur ce projet », a confié Pierre Carles à Eklektika, « Le Monde Diplo publia in extenso et en Une le discours du président Rafael Correa fait à La Sorbonne, sur les résultats de son pays en matière de redressement économique face à la crise ».

correa-fmiEt de constater qu’aucun des grands médias désignés n’avait fait de cette venue un moment exceptionnel ou important de l’actualité.

elisabeth-quin-arte

Elisabeth Quin, Arte

Le résultat est en ligne, mis depuis quelques jours en consultation gratuite sur le serveur de CP-Productions, « l’objectif est d’inciter les internautes à financer la suite de l’enquête outre-Atlantique, la faire circuler en 2015 et ainsi de suite… « Trois ou quatre épisodes devraient voir le jour d’ici l’élection présidentielle française de 2017 ».

calvi

Yves Calvi, France 5

On y découvre les arguments alambiqués d’une presse toujours plus empressée d’aller recueillir les conseils des mêmes apprentis sorciers élevés aux critères Merkelliens, quand pourtant, confie Pierre Carles, « Rafael Correa est pourtant un excellent client pour les médias, économiste de formation et parfaitement francophone. Cette absence totale de curiosité est à l’évidence une forme plus fine de censure par des gens que nous avons choisis parce qu’ils sont censés représenter la diversité du paysage médiatique français ».

levai

Yvan Levaï, France Inter

Au grand chambellan de France Inter, Ivan Levai, reviendra le mérite d’inspirer un nom à ce premier épisode : face à la caméra d’une collaboratrice de Pierre Carles, il assène qu’il ne sert à rien de parler aux citoyens français de l’exemple équatorien de Correa, « il est inutile de donner à boire à un âne qui n’a pas soif » assurant un bon moment de fou rire et de colère dans le film.

Et cette Opération Correa porte effectivement une voix bien différente des discours européens, droite ou gauche désignée comme telle, quand le président équatorien semble (lui) avoir réellement fait du capital un ennemi qu’il parviendrait à terrasser. Et que les progrès sociaux sont notables et spectaculaires, comme le confie l’un des très rares journalistes qui a traité cette venue, Patrick Bèle, spécialiste de l’Amérique Latine pour le Figaro (sic).

patrick-bele-figaroCe premier épisode est assurément une nourriture essentielle pour tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans les seuls discours dominants, et la suite n’en est que plus attendue.

« La vidéo est mise en ligne depuis quelques jours à peine », explique Pierre Carles, « et nous avons déjà des retours très enthousiastes de gens qui souhaitent organiser des projections du 1er épisode dans des réseaux indépendants de cinéma comme Utopia, et qui participent financièrement au budget nécessaire pour le 2ème épisode« .

CP Productions a établi un budget très minime de 25.000 euros pour permettre à Pierre Carles et son équipe d’aller tourner en mars 2015 en Equateur, et éprouver par eux-mêmes « le miracle équatorien ».

correa-colonialismeDans cette attente, Pierre Carles s’est essayé à un exercice démocratique simple et direct : son coup de fil au Conseil Constitutionnel pour demander la possibilité d’avoir pour la France un Président de nationalité étrangère ne donne pas le résultat escompté, « mais rien ne semble s’opposer à ce que puisse être désigné comme Premier Ministre une personne non-Française ».

pierre-conseil-constitutiondon cp productionsTous ceux qui auront vu ce premier épisode, et auront choisi de soutenir de projet de feuilleton documentaire, n’en seront que plus impatients.

« Ce projet devrait nous amener jusqu’en 2017, date à laquelle s’achèvera le second mandat de Correa et le premier de François Hollande », complète-t-il.

En rajoutant « s’il n’a pas démissionné avant ».


Commentaires

Une réponse à Opération Correa, de Pierre Carles : les ânes ont le sabot solide

  1. […] une soirée Eklektika autour de la programmation exceptionnelle du nouveau film de Pierre Carles, Opération Correa, épisode 1 : les ânes ont soif, en sa […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.