Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Le portail culturel Eklektika s’arrête là : pourquoi, comment, et une dernière soirée rétro à Quintaou Anglet

5 juillet 2017 > > 5 commentaires

Jeudi 6 juillet 2017 s’arrête l’aventure de notre portail culturel après 3 ans d’existence, on prend le temps de vous expliquer pourquoi et comment, et, pour ceux qui le peuvent, on vous invite à venir nous rejoindre pour un pot de l’amitié le soir-même au Théâtre Quintaou : y ont été décernés à partir de 20h30 les Trophées Eklektika, dont on ne retiendra dans ce dernier article que le talent des artistes Petits Poucets retenus. On a fermé le ban, on remercie ceux qui nous ont appréciés.

Au démarrage du projet il y a près de 3 ans, les fondateurs du portail culturel Eklektika avaient légitiment deux ambitions : se faire les rapporteurs d’une actualité permanente et fournie de la côte basque élargie, et envisager de gagner assez d’argent pour s’acheter une Mustang 1968 décapotable, avec fauteuils en cuir léopard et frigo à bières dans la boite à gants.

Après plus de 1.000 articles et 1.700 dates d’agenda retenues pour 900.000 pages vues en 1.000 jours, la première partie du contrat que nous nous étions fixée nous permet de nous retourner avec fierté sur cette date du 11 septembre 2014 à Anglet, lorsque, à 17h00, nous l’avons lancé, d’un index fermement appuyé sur la touche « Enter ».

De fait, seule une mauvaise foi crasse peut caractériser celui ou celle tentant de résumer à rien ou presque l’éventail très large, autant thématique que géographique, des propositions faites sur la partie atlantique du territoire basque, des deux côtés des Pyrénées.Ces milliers d’heures passées dans les salles de spectacle, festivals et autres rendez-vous culturels, suivies d’autant d’heures sur les claviers par les 14 contributeurs du portail, ne nous ont pas permis d’atteindre notre deuxième ambition, d’en vivre avec un minimum de désinvolture élégante : comme beaucoup d’autres médias en ces temps difficiles pour la presse, Eklektika cesse de fonctionner à cette date du 6 juillet 2017.

Toute l’équipe en ressent du regret, sans céder à de l’amertume : notre ligne directrice initiale, « tout ce qui est à voir, ou à éviter », a été une prise de risques lucide, que nous souhaitions porter jusqu’au bout, sans jamais en perdre de vue les éventuelles conséquences.

Nous n’aurions pu faire autrement, et nous le relancerions de la même façon si cela était possible.

L’engagement confiant et tout aussi lucide de nombreux acteurs culturels, qui nous ont ouvert leurs salles et leurs temps forts, puis l’ont refait après avoir lu les papiers les concernant, a nourri l’élan d’Eklektika.

Et ceux, rares, qui nous ont fermé leurs portes en visant nos doigts dans l’entrebâillement ne nous ont jamais entendus nous excuser de notre liberté rédactionnelle, quand bien même les répercussions sur notre frêle équilibre financier ensablaient notre route.

Mais depuis la fin de l’an passé, est apparue pour nous la difficulté de porter la partie très chronophage et gratuite de l’agenda, dans son ambition de regrouper sur un seul portail ce que nous allions rechercher sur de multitudes de sites de villes, d’organisateurs, ou ce que nous recevions par brouettes sur notre mail.

Cette partie-là d’Eklektika a occasionné de multiples demandes de rendez-vous auprès des services et des acteurs culturels de la côte basque, mais, pour l’essentiel, la convergence de l’utilité de ce service aux habitants de la région n’a pas dépassé les grandes exclamations verbales d’enthousiasme.

Et dans les mails que nous recevions nous parvenaient dans le même temps des demandes permanentes de présences à des conférences de presse, à des expos ou des festivals, les souhaits de multiples inscriptions de dates à rajouter dans l’agenda, etc, sans que jamais ne pointe son nez l’ombre d’un engagement mutuel d’alimenter cet eco-système culturel.

Ce 6 juillet 2017 marque donc la fin de ces discussions, avec, ce jour-là, la fin des publications sur Eklektika : l’agenda culturel restera en l’état jusqu’au 10 septembre 2017, puis le site devrait fermer à 17h00 précises, à son 3ème anniversaire.

Le conditionnel trouve encore sa place dans cette phrase, car des perspectives, assez hypothétiques, existent de reprendre son activité à la fin de l’été, avec une nouvelle direction rédactionnelle et, peut-être, un angle différent.

L’heure est arrivée de souhaiter bonne chance à tous ceux et celles qui font la vitalité culturelle de notre bassin de vie ; de remercier tous ceux qui ont consacré du temps à ce portail ; à ceux qui ont répondu à notre campagne de soutien depuis un an ; et à tous ceux qui nous ont lus, jour après jour depuis près de 3 ans.


TROPHÉES EKLEKTIKA « PETIT POUCET »


pour ceux que l’on peut suivre les yeux fermés pour leurs talents.


Petit Poucet de bronze : Vincent « Botibol » Bestaven


Accueilli par Eklektika en septembre 2015 pour notre Pop Terrasse#1, le garçon a considérablement agrandi son territoire pop naturel, troquant avec un talent identique sa guitare folk pour un piano à queue, et participant désormais à de multiples collaborations artistiques (Radiators, Petit Fantôme, Crâne Angels, etc…) depuis son camp de base entre Boucau (64) et Bordeaux.

Il n’a pas filé la chair de poule qu’aux seuls Inrocks en octobre dernier, et l’ascension musicale de ce songwriter de talent n’a jamais atteint ni la bonne humeur ni la générosité de l’homme.

Toute son actu à surveiller attentivement sur sa page Facebook.


Petit Poucet d’Argent : Mathieu Prat


Ce « curieux de tout » Bayonnais a l’immense talent de photographier le connu ou le lassant avec un oeil tel qu’il en révèle les coins et recoins dans une dimension picturale qui laisse admiratif, de ces premières expos temporaires jusqu’aux commandes « alimentaires » qui sont les siennes.

Ses amis et admirateurs n’ont pas la légitimité artistique nécessaire pour l’affirmer, mais ce garçon mérite bien plus qu’une simple page Facebook ou des expositions très ponctuelles pour rendre visible son travail inlassable.

Toute son actualité à suivre pour l’heure sur sa page Facebook


Petit Poucet d’Or : Thierry Malandain


Eklektika n’a nul besoin de vous répéter ce que tout un chacun connait du chorégraphe normand installé depuis 1998 à Biarritz : son talent acclamé dans le monde entier (Magifique, Cendrillon, Estro, et son chef d’oeuvre, La Belle et la Bête, etc…), son travail frontalier instinctif avec Donostia mené par son équipe du Malandain Ballet Biarritz depuis tant d’années,  les multiples rendez-vous mis en place pour nous faire aimer toutes les danses (Temps d’Aimer, Regards Croisés, Estivales, …).

Une anecdote suffit pour saisir l’intelligence du coeur de l’homme, et lui décerner ce Trophée symbolique, avec émotion.

En début d’année 2017, un lecteur d’Eklektika et ami de Thierry lui avait partagé son étonnement d’avoir lu sur notre média un article moins enthousiaste que espéré sur sa dernière création, Noé, qui devait recevoir quelques mois un accueil critique et public enthousiaste au Théâtre de Chaillot.

« Je l’ai lu, oui », lui a répondu Thierry », « mais ce n’est pas parce que la critique n’est pas positive que cela me donnerait le droit de contester l’intelligence du média pour cela ».


Nous ne serions sans doute pas en train de vous expliquer la fermeture d’Eklektika si, autour de nous, de telles personnalités pouvaient se rencontrer dans les lieux culturels majeurs de notre région, ou dans les bureaux feutrés des villes de la côte, ou de l’Est du département.

ll est désormais temps de vous dire au revoir ou adieu, sans oublier les mercis que méritent beaucoup d’entre vous.

#onestEklektika.


 


Commentaires

5 réponses à Le portail culturel Eklektika s’arrête là : pourquoi, comment, et une dernière soirée rétro à Quintaou Anglet

  1. bruno richer dit :

    à demain

  2. Sarrade Nicolas dit :

    Des super-héros trop humains face à la masse croissante de super-vilains (et de LEUR POUVOIR).

  3. Maité dit :

    Quels regrets, on ne vous oubliera jamais…..mais peut-être qu’ Eklektika revivra…..dans un monde meilleur.

  4. Donostiatik dit :

    On va dire en basque ce qu’on sait pas exprimer trop bien en français: pena handia zuen itxieraz jakitea, uda honetarako oraindik martxan zaudetela irakurtzearekin konformatu behar. Iparraldera behin baino gehiagotan egunpasa (gaupasa osorik ezin esan) joateko tresna paregabea izan degu. Laster arte!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *