Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Expo « Rock is dead » par Carole Epinette : Lemmy, Bowie, the Hives ou Bashung, et niquer la Grande Faucheuse

27 mai 2016 > > Un commentaire

Jusqu’à fin juin dans le hall d’accueil de la pépinière d’entreprises Olatu Leku d’Anglet, une trentaine de clichés noir et blanc de grandes dimensions et de belle facture est regroupée sous le titre « Rock is dead », selon le désir de sa photographe, Carole Epinette.

Le nom-même de l’expo  est une gourmandise de provocation, dans le droit fil des ces visages d’icônes qui ont jeté un tel cri sur les scènes du monde entier et continuent de le faire, comme ce portrait de Iggy Pop pris en concert il y a quelques semaines.

Marylin Manson en séance studio, the Hives, Coldplay ou les Rolling Stones : eux ont encore la chance de se vanter d’avoir été magnifiquement immortalisés, pour avoir pu ou su reculer le moment de casser leur pipe.

Pour autant, l’exposition prend un double sens plus grave et tout aussi conscient, devant les superbes photos d’Alain Bashung, de David Bowie ou de Lemmy « Motorhead » Kilmister, dont la vie éclatante sur les tirages rappelle combien leurs disparitions resteront douloureuses.

Près de celui du moustachu avec son chapeau sudiste vissé sur la tête, Carole Epinette ne peut s’empêcher de repenser fortement à celui qui aurait préféré dans un premier temps la poser sur ses genoux lors de leur rencontre.

rock-is-dead-epinette-10Le 30 décembre dernier, c’est son cliché de Lemmy exhibant son sein gauche que choisit Libé pour annoncer sa mort, un souvenir particulier pour celle qui a commencé ce métier en autodidacte à partir de 1993.

A cette époque, le choix ne se pose pas, elle abandonne son cursus entamé de droit, constate l’impossibilité financière de suivre une formation photo coûteuse, mais l’envie s’est accrochée à son corps.

Celle d’y aller, d’en être, avec son appareil dissimulé dans ses vêtements, obligation disparue aujourd’hui avec la prolifération de clichés depuis les téléphones portables qui ont rendues caduques les fouilles à l’entrée des salles de concerts.

Carole engrange une trentaine de photos qui la satisfont, entame le tour des revues qui pourraient s’y intéresser, puis, à partir de 1994 et les premiers achats de clichés qu’elle engrange, elle se retrouve autorisée à ne plus planquer son matériel.

Rock and Folk, Best, Rocksound, ou, très vite, les agents des groupes qui l’appellent directement : son regard photographique est recherché, elle passe de l’argentique à la pellicule diapo, plus photosensible, les tours du monde s’enchainent.

« J’ai raté Nirvana à cette période » est son seul regret, le métier s’affine, elle recherche toujours « un peu d’âme » dans la conjugaison de l’expression du chanteur et de la lumière.

Non sans un gros pincement au coeur, 2005 la voit devoir basculer vers le numérique, elle reste adepte du « one shot », et ne voit toujours pas l’obligation de mitrailler façon paparazzi.

Et nul logiciel de retouche n’aura le droit d’imaginer recadrer ce qu’elle a choisi de faire.

En ce printemps maussade angloy, elle a trainé ses Doc Martens du côté du Pays basque, dans un endroit qui n’est pas spécialement réputé pour accueillir une telle expo, qui pourrait avoir un retentissement autrement plus spectaculaire dans n’importe quelle capitale mondiale.

rock-is-dead-epinette-2La première explication tient en l’intervention d’un ami sur place, qui lui a proposé d’occuper un trou de souris dans le calendrier d’accrochages du lieu, et la deuxième est plus personnelle,  « mon père était basque ».

C’est lui qui a collé son premier appareil photo entre ses mains de gamine, à 6 ans, « il n’est plus là, depuis 7 ans maintenant », la perte reste aussi sensible que ses tirages.

Elle murmure « comme un hommage », il aurait adoré, cette évidence peut lui être offerte devant ces superbes tirages granuleux de ceux qui, sur les 20 dernières années choisies par Carole, nous ont aidés à grandir, sans nous sentir seuls.

Comme des pères, effectivement.


rock-is-dead-epinette-9Rock is dead, exposition de photos de Carole Epinette
Hall d’accueil de Olatu Leku, Anglet

Horaires d’ouvertures : du lundi au jeudi de 8h30 à 17h30 / Vendredi 8h30 – 16h30. Fermé le week-end

Tous les renseignements sur la page Facebook de l’événement

Site internet (en travaux) de Carole Epinette



Commentaires

Une réponse à Expo « Rock is dead » par Carole Epinette : Lemmy, Bowie, the Hives ou Bashung, et niquer la Grande Faucheuse

  1. Deboffe dit :

    Hello Carole ! tes photos sont superbes ! je vais venir voir ton expo le plus vite possible ! suis dans la musique depuis + de trente ans ! suis fan d’ac/dc depuis la première heure ! j’ai d’ailleurs un tribute qui s’appelle TNT ! j’y joue le rôle d’Angus Young ! ta photo qui traite d’ac/dc je suppose que c’est Bon Scott ! Je vais faire la pub pour ton expo auprès de tous mes éleves en cours de guitare ainsi que tous les gens que je connais dans le milieu de la musique ! J’ai des photos de salons de music à Los Angeles au Namm ! avec Bono , santana, Slash, Satriani, Marcus Miller,Steve Lukather , Malmsteen,Steve Vaî, Steve Morse etc ! des musiciens que j’ai eu la chance d’approcher ! Merci encore …. Didier ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.