Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Et sinon ? », jouissif réflexe anti-Amazon

7 novembre 2013 > > 3 commentaires

Cela commence par une déambulation vers une librairie, sans doute guidée par l’actualité littéraire de ces jours-ci.

Autant discutables que discutés, les Prix Goncourt et Renaudot (Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre, et Naissance, de Yann Moix, je ne vous apprends rien) flèchent des instincts de lecture que l’insistance des médias a prolongé de considérations commerciales immédiates, devant lesquelles nos appétits renâcleront peut-être d’être intégrés sans réflexion.

Une librairie de quartier reste cet espace de discussion où le virtuel s’épaissit d’un regard, d’une moue ou d’un sourire, et d’une phrase définitive.

chalandonA Bayonne, à Elkar, la présence dès l’entrée du 4ème Mur de Sorj Chalandon indique assez clairement un autre choix, et, partant, une frustration certaine, qu’il est possible de partager instinctivement.

« Le Pierre Lemaitre est bien, oui, même s’il n’a pas l’âpreté et la force incarnée de certains autres récits de ces gueules cassées« , un autre livre est tendu, sans le liseret rouge, mais l’évidence s’est déjà glissée dans l’échange : ce n’est pas forcément le thème que nous demanderons à la littérature de nous proposer.

Un monsieur un peu âgé avance sur la pointe des pieds, il ne voudrait pas déranger, « et celui-là ?« , le libraire se tourne vers lui, « je ne l’ai pas lu, mais il semble être porté par la même veine que ses précédents« , la personne acquiesce, sourit, garde le livre sous son bras.neuhoff

Vous est revenue pendant cette suspension l’envie de repartir de votre côté avec Le dictionnaire chic du cinéma d’Eric Neuhoff, et, sans plus crier gare, Un homme dans la poche d’Aurélie Filippetti, promis à un ami, un midi automnal de Biarritz.

Il n’a aucun des deux livres cités, « je peux les commander« , il tapote sur un clavier, et, là, vous le savez, les livres arriveront peut-être plus tard que si vous ne les aviez commandés sur Amazon, cette caverne habitée tout autant par Ali Baba que par Barbe Bleue, lieu virtuel aux ressources infinies, mais également fossoyeur des endroits comme celui dans lequel vous vous trouvez, et au sein duquel vous avez trouvé votre place.

Un moment de flottement…

« Et sinon ?« , proposez-vous au libraire.

Son visage s’illumine, il traverse les étalages et se saisit d’un livre au titre souriant L’humour est dans le pré (éditions Versilio).

Humour dans le pré RoyerVous le regardez, sa joie est perceptible, il évoque la réception presque par hasard de l’ouvrage dans les livraisons récentes. Et vous ouvre les premières pages comme on détache le cordon d’une surprise, avant vos premiers gloussements de plaisir : le versant iconoclaste de l’imagerie rurale déployée sur le petit écran, des photos ré-investies par l’humour furieux d’un inconnu, Jean Christophe Royer, dont les biographies les plus extravagantes circulent désormais sur Internet (« En septembre 2010, il a l’idée d’écrire la Bible, mais devant l’ampleur de la tâche et aussi, peut-être, parce que cela avait déjà été fait, il a changé de projet« ).

Dans vos mains, 200 pages d’une bouffée de rire salvatrice, un petit frère français des immenses Plonk et Replonk, dont vous n’aviez pourtant jamais parlé avec ce libraire.

humour pré royerEt, là, vous comprenez deux choses essentielles.

Ce livre est pour vous, parce que c’est le livre dont vous aviez besoin, sans même que le libraire ne le sache, mais l’a instinctivement pressenti. Il ne connait de vous que votre refus d’être considéré comme un portefeuille à deux pattes, vous l’en remerciez depuis longtemps déjà. Et aujourd’hui a la chaleur d’une poignée de mains.

Et puis vous ressentez fortement pourquoi Amazon n’a pas à avoir ce monopole écrasant : leur moteur de recherche est incapable de comprendre la question « Et sinon ?« . Outil de satisfaction de votre demande non alimentée par le hasard, ce monstre virtuel se révèle ce qu’il est, profondément, essentiellement : un dialogue impossible. Une vitrine sans le reflet de vous-même. Un algorithme, et, derrière, une machine de guerre qui broie son environnement avec des armées d’esclaves. Une impasse. N’en faisons pas un boulevard.

Vous sifflotez en sortant de la librairie. Vous savez déjà que ce livre est un merveilleux objet de partage, et que vous aimerez décrire ce hasard combattu avec ferveur, « malheureux celui qui connait son chemin, car il court le risque de ne pas se perdre« .

humour dans le pré royerhumour pré royerhumour pré royerhumour pré royer

L’HUMOUR EST DANS LE PRÉ, Jean Christophe Royer, Editions Versilio, 17,95 €


Commentaires

3 réponses à « Et sinon ? », jouissif réflexe anti-Amazon

  1. Sarrade dit :

    Bonjour Jean-Christophe. Bonjour Ramuntxo. Existe-il une version numérique (lisible sur tablette et/ou smartphone) de ce chouette ouvrage ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.