Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Shubhendra Rao avec l’Orchestre de Bilbao : « l’autre » bienvenu [#AttentatsParis]

16 novembre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

A l’heure des attentats épouvantables sur Paris, Bilbao vibrait de l’invitation faite par son Orchestre Symphonique au musicien indien Shubhendra Rao, pour un mariage des différences contre tout choc de civilisation.

Une belle rencontre musicale entre l’Occident et l’Orient a été proposée ce vendredi 13 novembre à Bilbao quand le joueur de sitar indien Shubhendra Rao a interprété le Concerto pour Sitar et Orchestre Symphonique de Ravi Shankar avec l’Orchestre Symphonique de Bilbao.

Shubhendra-Rao-bilbao-1Dans les années 1960, des grand musiciens comme Ravi Shankar, Georges Harrison ou Yehudi Menuhin ont provoqué une rencontre entre les musiques de l’Est et de l’Ouest dans le cadre d’un projet artistique intitulé East meets West.

Cinq décennies plus tard, Shubhendra Rao, qui fut le protégé de Ravi Shankar, essaie de pérenniser cet esprit.

ravi-shankarCe virtuose du sitar cherche sans cesse le dialogue des cultures au travers de ragas d’une grande beauté et à repousser les limites conventionnelles de son instrument, mélangeant la musique européenne et la musique folk indienne.

Ces dernières années, Subhendra Rao se produit souvent en duo avec Saskia Rao-De Haas, virtuose du violoncelle d’origine hollandaise, avec qui il s’est marié.

Shubhendra-Rao-bilbao-4

Crédit photo : Frederik Verbeke

À Bilbao, par contre, il s’est fait accompagner par l’Orchestre Symphonique de Bilbao, placé sous la direction de Jordi Bernacer, pour interpréter le Concerto pour Sitar et Orchestre Symphonique de celui qui a réussi à « hisser la musique classique indienne au plus haut sur l’échelle occidentale et à rendre accessible l’art du raga dans le monde entier ».

Cette oeuvre n’avait plus été exécutée en public depuis la mort du grand maître en 2012.

Digne successeur de son maître, Subhendra a séduit le public de Bilbao, en établissent un dialogue constant et étroit avec les instruments de l’orchestre.

Crédit photo : Frederik Verbeke

Si le premier des quatre mouvements du Concerto, le plus dur, a enthousiasmé un peu moins, les autres mouvements ont été applaudis chaleureusement.

Puis advint l’intégration « en réciprocité » de Tableaux d’une exposition, une pièce du compositeur russe Moussorgski en 1874, présentée à Bilbao sous sa version orchestrale créée par Maurice Ravel en 1922, comme cadeau de cohérence universelle et de bienvenue adressé à l’invité Shubhendra Rao.

Une belle expérience donc que ce dialogue et cette rencontre harmonieuse entre traditions musicales, entre Occident et Orient…

Shubhendra-Rao-bilbao-2

Crédit photo : Frederik Verbeke

Et tellement nécessaire.

Une telle initiative devrait se produire plus souvent pour éclairer cet indispensable chemin de résistance face à la barbarie dont Paris a été la scène ce même vendredi soir.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.