Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

So long, Leonard Cohen, le monde a perdu l’un de ses plus vibrants poètes et chanteurs

11 novembre 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Il avait fêté ses 82 printemps le 1er septembre dernier, deux ans après avoir sorti un ultime album toujours marqué par sa folk aussi sombre qu’infiniment élégante : le poète canadien Leonard Cohen est mort cette nuit, figure essentielle d’un songwriting auquel peu ont pu à ce point légitimer une telle place dans l’histoire du folk rock, aux côtés d’un Bob Dylan, d’Un Jonathan Richman ou de Nick Cave.

Par sa voix grave et mélancolique dont il habillait ses compositions, Leonard Cohen avait abordé dans ses disque des thèmes sur la religion et l’amour, l’histoire, l’engagement politique, le suicide et la drogue, depuis que, plongé dans les années 60 aux côtés de Allen Ginsberg, Andy Warhol, Lou Reed et Nico, il fit sa première apparition scénique à New York le 30 avril 1967, au moment de son premier album Songs Of Leonard Cohen.

mort-de-leonard-cohen-8Il effectuait d’incessants voyages entre la musique et la littérature, alternant entre de précieuses apparitions sur scène ou dans les bacs à disques du monde entier et des grandes périodes plongées dans le silence

Il y a quelques jours, son tout dernier album, You want it darker, a pris au mot la première phrase de la première chanson-titre, Hineni, Hineni / I’m ready, my Lord. (Me voici, me voici / Je suis prêt mon Seigneur)

mort-de-leonard-cohen-5Interrogé toute sa carrière durant sur la tristesse qui était l’adjectif revenant sans cesse pour tenter de définir son oeuvre, il se justifiait avec élégance :

« Lorsqu’une chanson paraît parler de souffrance, c’est que vous souffrez vous-même. A vrai dire, j’étais plutôt de très bonne humeur et bien dans ma peau lorsque je les ai écrites. Mais je crois que dans toutes les chansons que l’on aime profondément, il existe toujours une certaine tristesse ».

mort-de-leonard-cohen-2Il aimait évoquer la mort, mais au rythme de sa guitare, avec cette conclusion « un peu à contrecoeur, que je vais mourir un de ces jours. Ça donne à réfléchir. J’espère le faire sans être trop morbide ».

Morte le 28 juillet 2016 à l’âge de 81 ans, Marianne Ihlen avait inspiré à Léonard Cohen la chanson So long Marianne en 1967, dans une émouvante lettre d’adieu : « Je veux juste te souhaiter un très bon voyage. Au revoir ma vieille amie. Mon amour éternel. Rendez-vous au bout du chemin. »

mort-de-leonard-cohen-6Celui qui a vécu « Comme un oiseau sur le fil/Comme un poivrot dans une chorale de minuit/J’ai essayé à ma façon d’être libre » laisse un immense vide.


Ses plus grands titres


Leonard Cohen – Suzanne

Leonard Cohen – Dance me to the end of love

Leonard Cohen – Hallelujah

Leonard Cohen – The Partisan

Leonard Cohen – So long, Marianne


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.