Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Stop War Festibala [Donostia 2016] : une zarzuela pacifiste bien loin des effets d’annonces

3 mars 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Du 24 au 26 mars, Donostia 2016 devait frapper les esprits avec son festival Stop War Festibala, mais la divulgation de son programme complet aujourd’hui dénote surtout un contre-sens événementiel, sans réelle dimension européenne.

Ce devait être un temps fort de l’année Donostia 2016 Capitale Culturelle Européenne, mais après l’annonce du programme ce matin à San Sebastian, il devrait s’en trouver bien peu à régler leur GPS sur la capitale du Gipuzkoa du 24 au 26 mars prochain pour aller se ruer depuis le Lubéron vers le Stop War Festibala.

stop-war-festibala-8Présenté comme le grand rendez-vous du message de paix véhiculé par ses organisateurs, la programmation enfile des concerts sans intérêt musical d’envergure au milieu d’activités culturelles, gastronomiques, de street art et de cirque jeune public à faire douter le meilleur cuisinier de zarzuela de la péninsule, cette recette ibérique où tout ce qui est bon s’entasse dans une marmite au risque d’en devenir pâteux et étouffant.

Trois soirs de concerts seraient donc les points d’orgue d’un généreux week-end anti-belliciste, mais encore une fois, la symbolique à l’oeuvre pour DSS2016 a produit un contre-sens évènementiel.

La venue sur scène du chanteur Bob Geldof et ses Boomtown Rats n’est plus un incontournable depuis 1985 et la séparation de ce groupe irlandais, seule la dimension d’activiste politique de Lord Geldof pour l’Afrique lui valant encore tapis rouge.

Ça échappera quand même à pas mal de jeunes gens, de ceux qui n’ont pas entendu parler de son Live Aid et de We are the World  (il y a un peu plus de 20 ans).

stop-war-festibala-7Et il faut aller chercher du côté de Wikipédia ce qui nous a échappé dans la carrière musicale de l’autre « tête d’affiche » de Stop War Festibala, l’Anglais Nick Lowe, et dans les revues plus people pour identifier le talent particulier de l’ancienne top-model puis chanteuse Franco-Malienne Inna Modja.

stop-war-festibala-1Pour un événement supposé à dimension européenne, la présence dans le programme de groupes connus essentiellement en Pays Basque sud comme Niña Coyote eta Chico Tornado, Gose et Esne Beltza, ne permettront pas d’oublier l’absence sur scène d’un pilier local bien plus attendu comme Fermin Muguruza, à la double casquette convaincante de chanteur (Kortatu, Negu Gorriak) et d’activiste politique, engagé dans bien des combats significatifs (Moyen Orient, Palestine, etc).

Alors l’emballage se fera avec les autours de la manifestation, chaque place accueillant ici des ONG ou bien des stands de jeux vidéo « anti-guerre », ainsi que « 20 food trucks, des restaurants et des terrasses de gastronomies du monde avec des stands de kebabs, des salons de thé arabes, des tavernes irlandaises, du couscous, de la nourriture indienne, etc », au Paseo del Árbol de Gernika.

stop-war-festibala-9A en avoir oublié à la fois de construire une portée événementielle européenne et de répondre ) l’attente soulevée par trois jours de concerts, Stop War Festibala peut être résumé par son seul premier terme.


logo-donostia-capital-europa

Tout le programme complet de Stop War Festibala à retrouver en espagnol sur ce lien Pdf.


 

 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.