Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Supernatural # 2 : le Beach art ou les œuvres éphémères de Sam Dougados

20 août 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Depuis le mois de juillet jusqu’au 20 septembre, des artistes évoluent sur le site des Serres de la Milady, où des œuvres temporaires, mouvantes, sont créées puis métamorphosées au gré de l’inspiration et de la nature.

C’est ce non-cadre qu’a choisi l’association pour planter son rendez-vous estival intitulé Supernatural. Du 20 au 23 août,  des photographies de Sam Dougados y sont exposées et permettent d’admirer le Beach Art, pratique poétique et éphémère, consistant à dessiner sur le sable à marée basse.

especes-invasives

Ce jeudi 20 août, l’artiste amènera les curieux à regarder autrement l’environnement. À 13h30, horaire décidé par la marée, au sud de la Côte des Basques, il dessinera avec un râteau un univers géométrique ou rêveur sur le sable.

ailleursSelon l’envie, la lumière et l’humeur des vagues, l’artiste évoluera en direct sur sa toile mouvante jusqu’aux environs de 15h30. Plus tard, à 19h, aux Serres de la Milady, aura lieu le vernissage de son exposition photographique, accessible durant trois jours.

Les serres de la Milady sont un lieu (bien chauffé) aux murs vêtus d’effervescences et de passions, celles des locataires pris par le bruit de leurs pensées, de la musique et des crayons.

 

C’est là que Sam Dougados accroche ses toiles pour le vernissage.

un-pont-vers-la-luneAux murs, des photographies sur aluminium blanc ou brossé, des instants, des coïncidences et  des visions prêts à s’évanouir, captés par l’objectif.

Ce sont ses dessins réalisés sur le sable que Samuel Dougados prend ensuite en photo comme on invente un peu d’éternité. Il les photographie vus d’en haut car étant donné la dimension des œuvres (plusieurs centaines de mètres carré), il ne peut pas faire autrement.

La Côte des Basque s’y prête et l‘artiste y travaille déjà depuis quelques années.

sam04

 « Ma toile est vivante. Selon la marée, il faut s’adapter au sable. La forme entraine la forme. Dans ces moments, notamment vers l’automne quand il y a peu de monde sur la plage, on sent davantage les odeurs d’embrun, de sel, on entend les cris des mouettes, on touche les vagues. Les cinq sens sont en éveil », raconte l’artiste.

Une fois ses fresques réalisées, lignes géométriques, arabesques, messages écrits comme quelques clins d’œil à une humanité plus consciente, Samuel grimpe les 100 marches pour réaliser cette fois un travail photographique.

la-colombe-au-crayonIl attend le bon moment. Celui où un couple se promène dans un certain axe de l’œuvre, celui où des enfants s’accaparent des cercles pour jouer ou bien, celui d’une vague qui mange à moitié les lignes et les redessine à sa guise.

« J’espère amener un tout petit peu les gens à regarder autrement, à prendre conscience de la beauté de l’environnement, du respect qu’on lui doit. Si cela se fait, tant mieux. Plus les choses sont éphémères, plus on a conscience qu’il faut jouir de l’instant présent. Parfois, les dessins révèlent une autre dimension du paysage, parfois j‘aime effacer les repères. Le Beach art est semblable au Street art, tous deux se fondent dans leur environnement et finissent par être effacés. ».

Tous les matins, c’est une toile à nouveau vierge, différente, qui se présente.

la-mécanique-du-coeur

L’art est un pur outil d’expression pour Samuel Dougados qui ressent, dès l’âge de 15 ans, une certaine sensibilité lui chatouiller les doigts. En autodidacte, il explore d’abord la poésie, la peinture et la sculpture grâce à de l’argile trouvé sur une plage à Bidart, puis le Land’art ou l’art environnemental. Collaborant depuis 2006 avec la galerie SpaceJunk, il se livre aujourd’hui totalement à cet art spontané sur la côte Basque, en Irlande ou au Maroc.

« Une culture du Beach Art commence à émerger, beaucoup d’artistes s’y adonnent à leur façon depuis l’américain Jim Denevan. »sam-dougados-serres-de-la-milady

Il participe à l’émission « Art et nature, conférences sur le climat » bientôt diffusée sur France 5. Parmi ses projets : une retraite d’artiste de l‘Afrique à la Norvège, pour rencontrer d’autres créateurs nourris de cette même démarche esthétique, écologique et sociale, des expos et des collaborations, notamment avec deux artistes présents à Art in House, pour inviter l’art urbain chez dame nature.

 

Le festival Supernatural, lui, continue de mêler les œuvres naturelles à celles, rêvées, de l’art contemporain, jusqu’au 20 septembre, avec au programme des « cueillettes d’histoires, des « nouveaux jardins », des moments poétiques avec Itxaro Borda et des déambulations littéraires.

 


Toutes les informations sur le site des Serres de la Milady.

Exposition de Sam Dougados du 20 au 23 août / performance jeudi 20 août à 13h30 / Vernissage à 19h.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.