Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Comment assister gratos aux spectacles du TEMPS D’AIMER

9 septembre 2014 > > Un commentaire

Ça semble mal commencer, cette 24ème édition du Festival du Temps d’Aimer de Biarritz (du 12 au 21 septembre), avec cette affiche qui nous rappelle un monde sans essence (et la joie de cette créature découvrant l’un des derniers barils de pétrole). C’est normal. Il y a par essence un dilemme face à la danse. La nôtre peut n’intéresser personne, et celles des autres sont en butte avec une hésitation. La peur de l’incompréhension devant l’art de l’autre, jusqu’à l’incertitude du regard que l’on jettera sur ce(s) corps en mouvement.

Et cette invitation faite, au deuxième week-end de septembre, de faire nous-même un premier pas vers cet évènement.

Ce n’est pas une question de confiance. L’on sait les confidences rapportées d’année en année par ses spectateurs extrêmement nombreux. Et le nom de Thierry Malandain, son Directeur (chéri) du Centre Chorégraphique National Ballets de Biarritz, a cimenté des itinéraires sûrs vers la Gare du Midi, ou vers le Casino Municipal, pour prendre nos places devant des chorégraphes du monde entier.

danse-1Non. Le problème ne vient pas de là. Mais d’une assurance. La danse, c’est beau. Donc, forcément, ça doit être cher ? Vous avez bien remarqué les renseignements utiles sur la billetterie sur le site du Temps d’Aimer, mais, tout comme ce falot Thomas Thévenoud, vous éprouvez peut-être une phobie administrative à l’idée de ressortir votre carte bancaire.

C’est normal, on ne fera la leçon à personne, sur ce sujet (sauf au pitoyable Thévenoud). Mais tout comme pour les soeurs Labèque, vous savez déjà que Eklektika est là pour vous accompagner. Et oui, un clik suffit pour « assister gratos aux spectacles du temps d’Aimer ». Vous avez bien fait d’ouvrir cet article, c’est ici.

Prenons le programme de ce premier week-end du Temps d’Aimer

Photo Madeline Harms

Dantzaz – Photo Madeline Harms

C’est absolument normal que la compagnie donostiar Dantzaz Elkartea soit l’une des attractions fortes de la journée, à 19h ce samedi. Ils ont fait le plein l’an passé avec leur spectacle Arte-an, et, cette année, avec Sequences, cette troupe regroupant de jeunes danseurs venus de Toute l’Europe récoltera la même quantité (abondante) d’applaudissements.

A un détail près, qui apporte une différence fondamentale, et riche de sens : leur spectacle est gratuit. Place Bellevue, loin des studios feutrés et des grandes scènes qui les accueillent dans le monde entier, ces jeunes-là apprennent à laisser déferler leur énergie, et s’alimentent du plus grand plaisir du public, confronté à leurs désirs de danse, dans des espaces souvent non conventionnels, et parfois de manière brute. Comme un instinct de survie.

Et cette différence identifie totalement le Temps d’Aimer. Aimer, même quand la vie vous laisse penser que n’y est pas inscrite votre place, sociale ou éducative. Aimer effacer les frontières, celles des pays, et celles de nos itinéraires.

Ambra Senatore, dimanche 14/09, 19h

Ambra Senatore, dimanche 14/09, 19h

Et il en sera ainsi durant une grande partie du programme offert ce premier week-end.

entresols

Cie Entresols, samedi 13/09, 15h

De la répétition initiale chaque midi au Jardin public, à midi, qui permet de voir ceux qui se produiront le soir. Apprécier. Et échanger.

De ces jeunes danseurs lauréats du concours UPPA, le dimanche au Casino (fantastique spectacle de jeunes étudiants non-danseurs, qui bluffent le public chaque année).

De la compagnie Ex-Nihilo sur la Grande Plage quelques temps après, à 17h.

Ou de ce bal, samedi à 15h, sous la houlette de la Compagnie Entresols, qui ne fera aucune différence entre les puissants et les riens du tout. Tous danseurs.

Renoncer à faire de nous de simples porte-feuilles à deux pattes. Parce qu’est venu le Temps d’Aimer.

Pour les organisateurs, comme pour nous, ce temps-là est fragile. Et incertain. Mais il est essentiel. Si nous y croyons fermement avec eux.

perrault_1403515526

Sébastien Perrault, lundi 15/09, 19h

Bien sûr, beaucoup de propositions de cette 24ème édition se produiront après le passage à un guichet. Et tout ne sera pas gratos. Soit. Mais cherchez. Fouillez dans le programme. Et écoutez. Sentez votre corps vous pousser vers ces Blérots de Ravel, dimanche, ou vers le solo de Sébastien Perrault, lundi.

Tout ne sera pas gratos. Ok. Va falloir compter entre 16 et 20 € à l’entrée, en se rendant disponible pour 2 ou 4 spectacles (sur 10 jours). Mais les tarifs réduits sont légion, pour peu que vous soyez déjà impliqués dans la (sur)vie d’une autre association culturelle comme les Amis du Théâtre, la Gau Eskola, celle des Chimères ou de la saison culturelle d’Hendaye.

Cie Delente, samedi 20/09, 21h

Cie Delente, samedi 20/09, 21h

Le Temps d’Aimer est un moment multiple, pour ce grand nombre d’entre nous qui crachent d’un air mauvais quand n’est pas compris ce que la culture (et donc les impôts, saleté de Thévenoud !) peut embellir dans nos vies.

Multiple. Et à partager.

14kirsten-debrock_1403520162

KD Danse – mercredi 17/09, 19h


Tout le programme sur le site du Temps d’Aimer


Commentaires

Une réponse à Comment assister gratos aux spectacles du TEMPS D’AIMER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.