Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Temps d’Aimer la Danse, à Biarritz : pourquoi cela marche si bien (depuis 25 ans)

11 septembre 2015 > > Soyez le premier à réagir !

A partir de ce vendredi 11 septembre et jusqu’au 20 septembre, Biarritz vibrera de son Temps d’Aimer la danse, festival phénomène dont le succès est porté par sa générosité.

Il y a quelques jours, plage du Port Vieux à Biarritz, quelques touristes se mêlent aux habitués des lieux, septembre déroule encore des rayons de soleil qui caressent les corps, et font suer ceux-là, outils à la main, qui montent une scène de spectacle sur le sable.

Quatre jours de préparation nécessaires, pour que s’y déroule l’ouverture ce vendredi de la 25ème édition du Temps d’Aimer (la danse) de Biarritz.S’y produiront les chouchous d’une région qui ne cesse de s’étendre, le Ballet Biarritz Malandain offrant son bouleversant Estro (avec le spectacle Monger du Ballet Junior de Genève) aux 3 à 4.000 spectateurs qui s’y presseront, bien avant 21h30.

estro-malandain-2

Estro, du ballet Biarritz Malandain

Le boulot pour cela, c’est du délire, du genre qu’affectionnent ces soutards de l’ombre, en charge de caler sur du mouvant ce qui ne devra plus bouger, après avoir érigé une barrière de sable au-devant face aux vagues, un oeil sur le calendrier météo : en septembre, sur la côte basque, on se laisse vite déborder, tout le monde sait ça, et pas que les surfeurs.

Il faut s’arrêter un instant sur la proposition faite par le directeur du Temps d’Aimer, Thierry Malandain, et l’équipe organisatrice de Biarritz Culture.

Des milliers de spectateurs qui ne verseront pas un fifrelin pour, de fait, la plus grosse affluence du Festival : on n’enseigne pas ça dans les écoles de gestion.

Et en fait, cela ne s »enseigne pas. Car ici, au mot « prendre », on a préféré ne retenir que le mot « rendre ».

temps-aimer-biarritz-6

SAMIR CALIXTO/ KORZO PRODUCTIONS – samedi 19 sept, 21h

Offrir pour obtenir, espoir et humilité mêlés : un contrat de confiance qui lie Biarritz et son envie de voir évoluer les plus grands noms de la danse sur cette petite ville de 30.000 habitants.

Gagner, ce serait donc donner, comme tous ces répétitions du midi au Jardin Public, chaque jour. Offrir tous les week-ends des spectacles gratuits sur les principales places de la ville.

Et forger un solide désir d’aimer la danse, encore et encore. Dépasser ainsi la barrière psychologique qui existe pour les non-initiés, en l’affranchissant dans un premier temps de l’obstacle financier.

Cela fait 25 ans que cela dure. Comme fer.

temps-aimer-biarritz-3

Stabat Mater – Ballet de maribor – Dimanche 13 sept, 21h

Du 11 au 20 septembre, certains savent déjà que cette 25ème édition permettra de retrouver des compagnies déjà aimées, ou comprendre la sincérité du label « coup de coeur » du Ballet slovène de Maribor, dimanche soir.

Deux publics se croiseront donc, et il faudra se rencontrer, discuter, pour se laisser inviter à la découverte.

Dans les bureaux du Festival, une grande excitation règne déjà, « les réservations sont très bonnes cette année », sans que l’explication n’apparaisse encore clairement.

temps-aimer-biarritz-5

KUKAI DANTZA ET TANTTAKA TEATROA – vendredi 18 sept, 19h

En premier lieu, la formule des abonnements, instaurés depuis la 20ème édition, fonctionne de mieux en mieux : 40 euros pour deux spectacles, ou bien 6 pour 84 € (soit 16€ l’entrée), ça sent bon le coup de fil et le « on y va ensemble ? z’êtes libres aussi ? ».

Et puis il y a l’historique, les précédents, et cette atmosphère qui, chaque automne, nous murmure que c’est peut-là qu’on est le mieux, à cette période de l’année.

temps-aimer-biarritz-2

Utt – Cie Ariadone – samedi 12 septembre, 19h

Y’a aussi ces gars, évoqués au-dessus, cette armée discrète qui fait que chaque proposition de spectacle trouve sa solution (quitte à trouver des chambres climatisées pour des cygnes il y a quelques années).

Rouleaux de peinture à la main, ils surveillent la double enveloppe de bois qui va permettre ce vendredi soir aux danseurs de Malandain de ne pas risquer une blessure sur une partie trop souple, ou rigide, du plateau.

Ils ne seront pas là pour voir le spectacle, les bataillons oeuvrant là où nous ne sommes pas encore, jusqu’au lever du jour.

temps-aimer-biarritz-8Samedi matin, il faudra tout démonter. dans une bonne humeur « 5 fruits 5 légumes par jour », une habitude qui n’a pas besoin d’être dévoilée aux spectateurs.

Ils auront le sourire. Comme ceux qui, à la fin du magnifique Estro, s’en rentreront chez eux avec la banane.

Un fruit aussi, tiens…


affiche-temps-d-aimer-2015Tout le programme du Temps d’Aimer de Biarritz
Du 11 au 20 septembre

Chroniques à retrouver toute la semaine dans Eklektika


 


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.