Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Théâtre, ballet, musique classique, livres et cinéma : quelques idées pour revoir ses contes de Noël en famille

13 décembre 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Parce que Noël est une fête incontournable, et parce que les adultes ont envie de prendre du plaisir lorsqu’ils font des sorties avec leurs enfants (sic), voici quelques idées de spectacles enthousiasmants pour tous les âges sur la côte basque : des contes revisités avec grand talent, des créations artistiques fortes, de jolis moments de théâtre, de danse, de musique, de lecture et de cinéma.

Loin des édulcorations de Walt Disney, les spectacles (et films, car comment oublier le magnifique Peau d’âne de Jacques Demy), qui parviennent à dépasser les contes dont ils s’inspirent et à faire œuvre pleinement, sont l’œuvre des magiciens d’aujourd’hui.

La « matière première » semble inépuisable (Perrault, Andersen, Grimm etc.), d’autant plus quand elle permet à des metteurs en scène ou chorégraphes de se l’approprier et d’en faire un objet artistique original.

Éclairage sur quelques sorties entre le 15 et le 29 décembre, de Bayonne à Orthez en passant par Biarritz :

Peau d’âne au Théâtre de Bayonne, Le Grenier de mon enfance au Carreau des Halles à Bayonne et à la médiathèque d’Orthez, La Belle et la Bête à la Gare du Midi de Biarritz, le magnifique film d’animation Louise en hiver de Laguionie dans vos bonnes salles, deux livres à se procurer sans hésiter, et, pour ceux qui préfèrent se jouer la comédie chez eux, Pinocchio, en livre-disque.


Théâtre : « Peau d’âne », mis en scène par Jean Michel Rabeux, à Bayonne


sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-2Peau d’âne est le deuxième conte de Perrault adapté au théâtre par le metteur en scène Jean-Michel Rabeux (après La Barbe-Bleue). Il y crée un univers exubérant, féroce et plein d’humour : avec moins de comédiens que de personnages, le spectacle joue du travestissement, jusqu’à faire interpréter la Fée marraine par un comédien et non une comédienne. Ce personnage revisité n’en est que plus piquant.

Spectacle pour « adultes à partir de six ans », cette Peau d’âne promet d’être éclatante et électrique (à découvrir en particulier, les fantastiques robes que le père offre à sa fille).

sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-4 sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-5« Je jubile de ce magnifique parcours initiatique qu’est l’échappée d’une jeune fille hors des griffes du père, vers le monde. Comme toute enfance, celle-ci doit s’achever en s’opposant aux désirs insensés, aux possessivités impitoyables », explique le metteur en scène, qui aime la « gourmandise de la cruauté » et offre un spectacle décoiffant.

sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-1Avec une de ces propositions rares qui s’adressent aux enfants sans leur cacher la brutalité du monde et aux adultes avec un humour revigorant, ce spectacle sillonne les routes depuis plusieurs saisons. Jean-Michel Rabeux continue par ailleurs son exploration des contes de Perrault et vient de présenter La Belle au bois dormant au TNBA (Bordeaux).

Peau d’âne, d’après Charles Perrault
La Compagnie – Jean-Michel Rabeux
Les 15, 16 et 17 décembre, Théâtre de Bayonne, Scène Nationale du Sud-Aquitain, de 12 à 18€
Site de La Compagnie


Théâtre : « Le Grenier de mon enfance », par la Cie Jour de Fête, à Bayonne et Orthez


sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-8La compagnie bayonnaise Jour de Fête investit cafés, bibliothèques, places, pour jouer un spectacle pétillant, où un frère et une sœur (Paul et Virginie), joués par Charlotte Maingé et Ludovic Estebeteguy (qui en signe la mise en scène), se racontent des histoires, en prenant pour accessoires les objets de leur enfance.

Trois contes de Noël dont un d’Andersen, Le sapin, sont ainsi joués par les deux comédiens : il y est question de peur, du père Noël, du destin d’un sapin, de train, de la part d’enfance que l’on arrive à garder adulte.

Les comédiens théâtralisent les histoires qu’ils racontent, et l’on passe du conte au jeu avec joie. Le fil est habilement tissé entre chaque histoire, la mise en scène est ludique et maligne. Les enfants sont suspendus aux lèvres des comédiens et jubilent quand ils sont pris à partie. Un joli moment tous publics.

Le Grenier de mon enfance, d’après trois contes : Un message pour le père Noël de Hiawyn Oram et Tony Ross, Le Sapin d’Andersen, Boréal-Express de Chris van Allsburg.
Proposé par la Cie Jour de Fête

Durée : 45 mn / A partir de 3 ans / Gratuit
Le dimanche 18 décembre à 15h en extérieur au Carreau des halles à Bayonne, le jeudi 29 Décembre à 15h30 à la médiathèque Jean-Louis Curtis d’Orthez


Ballet : « La Belle et la Bête » de Thierry Malandain, à Biarritz


belle-bete-malandain-uneLe Malandain Ballet reprend pour les fêtes de fin d’année son admirable ballet, dévoilé il y a tout juste un an, et qui a obtenu une volée d’applaudissements enthousiastes à la dernière Biennale de danse de Lyon, dont il a fait l’ouverture en septembre dernier.

belle-bete-malandain-12Dans ce conte revisité par le chorégraphe Thierry Malandain, les 22 danseurs de la compagnie rivalisent de raffinement et de précision dans l’énergie de la musique de Tchaïkovski, pour l’orienter vers une puissante réflexion sur la création artistique, la Belle devenue danseuse continuant de ressentir un mélange d’effroi et de fascination pour la Bête représentant son chorégraphe : sur le plateau nu, d’immenses rideaux noirs, partagent l’espace mais aussi le temps.

belle-bete-malandain-2MBB_LaBelle_Visuel_2L’Artiste est le premier spectateur de cette mise en abyme, de ces jeux d’apparitions/disparitions, et d’inattendus flash-backs : plongée somptueuse dans la grâce des corps, alliant légèreté et puissance, ce tout dernier ballet de Malandain est une réelle merveille à proposer à tous les yeux.

« La Belle et la Bête » du Malandain Ballet Biarritz
Les mercredi 21, jeudi 22 et vendredi 23 décembre à la Gare du midi, de 10 à 35€
Site du Malandain Ballet


Cinéma : « Louise en hiver » de Jean-François Laguionie


sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-15Louise, c’est une petite vieille dame telle qu’on en connaît tous. Une charmante mamie avec des perles aux oreilles, un fichu sur la tête, et les seins qui dégringolent comme deux boules de glace fondue.

Ayant raté le train qui doit la mener loin de la petite station balnéaire où elle réside, comme elle le fait chaque hiver, elle doit se résoudre à affronter seule, dans une ville devenue fantôme, l’arrivée des grandes marées. Commence pour cette mamie, plus résistante qu’elle ne le croyait elle-même, une vraie vie de Robinsonne.

sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-21L’un des plus beaux des voyages immobiles, à la fois invitation à la vie et flirt facétieux avec la mort, où les souvenirs sont comme la marée, qui se retirent, puis reviennent.

Quand tous les studios du monde se repaissent de couleurs et de technologie, Jean-François Laguionie, grand héritier de Paul Grimault, peint comme on respire et capte l’essence d’une existence et d’un décor avec des pastels et de la gouache.

sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-18 sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-17Sa Louise représente toutes les vieilles dames qui marchent à petits pas dans le monde et que l’on croise sans y prêter attention. Sans penser une seconde qu’un jour elles ont été jeunes, amoureuses ou cruelles.

sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-19Cette impression d’éternité, de merveilleux flottement, nourrit l’émerveillement de tous ses spectateurs, avant d’alimenter de douces confidences entre ceux qui l’ont vu, et l’ont aimé avec des âmes forcément touchées, mais pas de la même façon.

« Louise en hiver », Jean-François Laguionie (2016, 1h15), dans les salles françaises depuis le 23 novembre 2016.


Livre-CD : Pinocchio, adapté en conte musical par Edouard Signolet


sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-9Spectacle devenu livre-disque, l’adaptation du conte de Carlo Collodi par le metteur en scène Edouard Signolet compose un mélange très réussi entre jeu d’acteurs-bateleurs et musiques, où l’histoire, jouée par Elsa Lepoivre et Elliot Jennicot, tous deux de la Comédie-Française, est menée tambour battant.

Edouard Signolet n’en est pas à sa première adaptation de conte (on se souvient de sa Princesse au petit pois ébouriffante il y a quelques années) : il met régulièrement en scène des concerts éducatifs dans lesquels il parvient à rendre la musique classique accessible et ludique.

Cette adaptation de Pinocchio est à la fois fidèle au conte original et particulièrement novatrice : le conte est théâtralisé et joué comme un spectacle forain, ponctué musicalement par des airs classiques et contemporains réorchestrés.

sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-10De Mozart à Jacques Dutronc en passant par Vivaldi, Chopin ou Ravel, les morceaux sont interprétés par un trio violon, piano, violoncelle dirigé par Laurent Petigirard, et les chants par la soprano Kate Combault. Laurent Petitgirard a lui-même composé certains des morceaux et notamment le fil musical reliant chaque étape de l’histoire.

sorties-noel-2016-theatre-cinema-livres-6Le livre est également un bel objet, coloré, avec des illustrations très réussies de Laëtitia Le Saux, à base de peintures et de collages : ce Pinocchio-là, c’est la possibilité d’écouter un spectacle sans sortir de chez soi et, ce qui ne gâte rien, un joli cadeau à faire, qui permet d’enchanter les oreilles des enfants et des parents.

« Pinocchio », Conte d’Edouard Signolet d’après Carlo Collodi
Editions Didier Jeunesse, octobre 2016. 23,80€


Roman graphique : « Le Bois dormait », de Rébecca Dautremer


0Deux personnages, dont l’un semble un prince, s’engagent sur un chemin. Ils bavardent, remarquent un papillon, une grenouille, un lièvre, un éléphant… un cavalier – tous endormis. Pénétrant dans les faubourgs d’une ville, ils découvrent cette fois un enfant sur une balançoire, tout un orchestre et plus loin un balayeur, deux boxeurs, un roi et une reine – guère plus éveillés.

le-bois-dormaitBienvenue dans l’univers étrange de La Belle au bois dormant, avec cette mise en lumière et en scène qui fait la patte immédiatement reconnaissable de son auteure. « 100 ans, à ce qu’on dit ? Mais qu’attendent-ils pour se réveiller ? Il n’y en a pas un qui ait envie que ça change… ? Et donc, un baiser d’amour suffirait à secouer ce monde-là ? Tu y crois, toi ? »

sorties-noel-2016-theatre-cRébecca Dautremer s’empare du conte avec la sensibilité et la finesse qui la caractérisent, et son album est une splendeur.

Sur la page de gauche, des croquis microscopiques et croquignolets de deux lascars qui lisent le livre en même temps que vous, et, sur la page de droite, les dessins aux allures d’estampes japonaises de figures figées dans leur sommeil, attendant qu’un prince mette fin aux cent ans d’un monde endormi.

estampe-japonaise-le-bois-dcouv-le-bois-dormait-620x704La conclusion, qui est de laisser la porte ouverte aux contes de fées et à la magie, et de croire au pouvoir d’un baiser d’amour, clôt magnifiquement le livre

Le Bois dormait, de Rébecca Dautremer
Editions Sarbacane, sorti le 2 novembre 2016
64 pages, prix: 18 €


Roman graphique : « Une berceuse en chiffons : la vie tissée de Louise Bourgeois », d’Amy Novesky


capture-d-e-cran-2016-04Louise Bourgeois (1911–2010) est une artiste moderne de réputation internationale, connue pour ses sculptures faites de bois, d’acier, de pierre et de caoutchouc moulé. La plus célèbre, Maman, est une araignée de plus de dix mètres de hauteur, et c’est sur celle-ci que va s’attarder le récit.

Tout comme l’araignée qui tisse sa toile et la répare, la mère de Louise était tisserande et réparait des tapisseries. Pendant son enfance, Louise a fait son apprentissage auprès d’elle, avant de devenir elle-même artiste tapissière. Et cet album biographique est une illustration de l’expérience qui lui a inspiré ses œuvres les plus célèbres, celle de l’enfant tissant aux côtés d’une mère aimante et attentionnée.

capture-2016-04-27Louise comparait sa mère à cet insecte, elle était « aussi utile qu’une araignée », dont l’une des plus célèbres représentations, qui mesure plus de 9 mètres, est installée devant le musée Guggenheim à Bilbao.

Quand la mère de Louise Bourgeois meurt, celle-ci se sent comme « un fil, brisé ».

screenshot2016-01-07at1L’artiste se tourne alors vers la peinture sans abandonner le tissage ni la sculpture.

L’art est pour elle protéiforme et elle y trouve un exutoire en même temps qu’une consolation.

L’art la guérit, l’apaise…

Une berceuse en chiffons : la vie tissée de Louise Bourgeois
Auteur : Amy Novesky ; Illustrateur : Isabelle Arsenault
Editeur La Pastèque, sorti en septembre 2016
42 grandes pages, 18 euros


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.