Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Un envol complice à New-York avec les sœurs Bizjak

10 août 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Lundi 10 août à 20h30 à l’Espace Bellevue à Biarritz, le Festival International de piano classique accueillera Lidija et Sanja Bizjak.

Ce sont deux jeunes sœurs virtuoses, originaires de Belgrade qui, malgré leur 12 ans d’écart, ont suivi le même chemin pour former ce duo pianistique d’envergure, à quatre mains.

Actuellement en pleine tournée, Eklektika les a interviewées avant leur arrivée à Biarritz.

vol-pour-nyc- lidija-et-sanja-bizjak

A la question posée sur l’origine de leur passion, Lidija Bizjak répond : « C’était un hasard ».

Sans philosopher sur l’existence d’un destin (ou pas), rien ne laissait penser que ces deux jeunes femmes là deviendraient un duo de pianistes reconnues de par le monde (Cité de la Musique, Radio France, Salle Gaveau, Genève, Londres, Venise, Rome, Belgrade, Tokyo, USA)… Leurs parents, bien qu’aimant la musique, n’en pratiquent pas.

C’est Zlata Males qui va leur enseigner le piano et leur transmettre la passion avant que les deux virtuoses ne partent pour le Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Lidija ouvre le chemin. Sa cadette la rejoint quelques années plus tard, à l’âge de 12 ans.

« Nos parents nous ont apporté la persévérance, la discipline. C’était alors la fin de l’éducation traditionnelle communiste en Serbie et ce monde strict aujourd’hui n’existe plus, ou presque plus. Tout était très encadré, sur des rails et l’école de musique était une véritable institution », raconte Lidija Bizjak.

Quant aux influences musicales, les sœurs parlent de périodes, d’apprentissage, d’écoute et de leur ouverture à d’autres instruments, d’autres styles, comme le jazz.

« Nous sommes loin de faire du jazz mais nous aimons cette musique qui enrichit la notre. »

soeur-bizjak-piano-2

© www.anjou-maine.fr

Un thème parfait donc pour le concert de ce lundi, intitulé « Vol à New York », où elles se livreront à un jeu puissant et tout en swing.

Au programme, quatre compositeurs : Barber, Gershwin, Bernstein, Glass et autant d’œuvres aussi fières et entêtantes que la fameuse ville qui ne dort pas.

Créé depuis 2002, le duo se produit ensemble de par le monde. Leur premier disque est publié en 2012. Elles reçoivent le Prix « Pro Scientia et Arte ». Elles sont invitées trois fois au Festival de Piano International de Biarritz, la dernière fois en 2005. Mais elles se produisent aussi en soliste, un équilibre important pour les deux musiciennes.

soeur-bizjak

« Bien sûr, c’est une force de jouer avec sa sœur. Nous sommes directes l’une avec l’autre, nous nous comprenons et avançons vite surtout que nous avons les mêmes bases, le même enseignement. Mais cela n’est pas toujours facile non plus d’être si proches et de tout se dire », rit Lidija Bizjak, « On joue avec d’autres musiciens, d’autres instruments. On ne peut pas rester centrées sur le piano. »

Lidija est d’ailleurs invitée dans de nombreux festivals européens mais aussi aux USA, au Japon. Elle enregistre pour ARTE, Mezzo, France 3, RTE-Irlande, la Radiotélévision serbe, France Musique, Radio Classique, Radio Prague, SWR Stuttgart. Son premier disque paru en 2006 a été récompensé d’un Diapason d’or « Découverte ».

Quant à Sanja, elle n’a pas 20 ans lorsqu’elle débute sa carrière de soliste. Elle se produit en France, en Amérique du Nord, au Brésil, en Ukraine et au Japon et multiplie tout autant les apparitions à la radio ou sur les écrans.

« Avec notre écart d’âge, chacune a travaillé seule et à suivi son chemin. Nous n’avons pas le même parcours que les sœurs Labèque par exemple ».

soeur-bizjak-piano

Lundi soir, le duo féminin sera à Biarritz pour nous plonger dans les rues du New York des années folles. Leur jeu précis et coloré promet de retranscrire toute la tension passionnée des œuvres annoncées. Avec une complicité certainement toute particulière.


festival-international-piano-classique-biarritz-6-2015-affiche

Infos et résas sur le site internet du festival.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.