Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

‘Un Français’ de Diastème, solide charge anti-fachos, à repérer dans les sorties du 10 juin

10 juin 2015 > > Soyez le premier à réagir !

Le 10 juin marque la date d’arrivée sur quelques écrans du film de Diastème, Un Français, une plongée dans l’extrême droite qui a le mérite de n’avoir aucune illusion sur la dédiabolisation des esprits de notre société aujourd’hui.

Le buzz sur un scandale aura été bien utile mais éventé : 42 cinémas ont effectivement refusé une avant-première, rien ne les y oblige, mais sans l’avoir « déprogrammée » comme l’a annoncé son distributeur, et 65 le programment tout de même.

Les salles qui resteraient effarouchées ne feraient que le prouver par l’absurde : avec ce cinéma fixé sur le réel, on ne peut pas tout le temps marquer la mention « avec humour » dans les résumés de communication de leurs programmations.

Un film qui, sans être chavirant, est intéressant, avec une finesse de propos bienvenue (sans verser dans la morale gaucho-bobo) et une excellence interprétation générale, qui en fait un repère dans les sorties (pour la côte basque, c’est L’Autre Cinéma de Bayonne qui s’y colle, et merci à eux).

Dans les autres propositions, trois autres films peuvent concentrer l’intérêt des spectateurs assidus.

– la fable anti-stress de Bruno Podalydès, Comme un avion ;

– le ènième retour des frères Taviani, en balade historique dans leurs Contes italiens ;

– et enfin, le film aussi russe que délicat, Le Souffle, en page de couverture du Royal de Biarritz pour des raisons que partagent avec enthousiasme les critiques.

Pour les séances de rattrapage cinéma et télé, il faut rappeler la programmation de 30 films à Bayonne pour le festival Kulture Sport, particulièrement réservés à ceux qui n’ont pas les chaines sportives dans leurs bouquets thématiques (depuis longtemps).

Bonnes séances à tous.


Un Français

sorties-10-juin-8Réalisé par Diastème, avec Alban Lenoir, Samuel Jouy, Paul Hamy – 1h38 – A L’Autre Cinéma de Bayonne

Avec ses copains, Braguette, Grand-Guy, Marvin, Marco cogne les Arabes et colle les affiches de l’extrême droite. Jusqu’au moment où il sent que, malgré lui, toute cette haine l’abandonne. Mais comment se débarrasser de la violence, de la colère, de la bêtise qu’on a en soi ? C’est le parcours d’un salaud qui va tenter de devenir quelqu’un de bien.

sorties-10-juin-6Le film est logiquement interdit aux moins de 12 ans, pour son exposition première à la violence d’un milieu de fachos en bandes, mais on n’est quand même pas chez Gaspard Noé.

Le premier d’entre eux en mesure de revendiquer un neurone actif peut prétendre à devenir un jour leader d’un courant politique qui n’a nul besoin d’être nommé, ou bien quitter ce milieu, progressivement, au fil de rencontres parfois anodines qui font la différence, dans une vie.

Sans s’appesantir, avec une caméra fluide et une mention « très bien » pour tous les acteurs du film, le récit n’a qu’une ligne droite à proposer, sans tomber dans la caricature : comme les tatouages sur les corps, la société française n’est pas près de pouvoir masquer ces discours de haine.

sorties-10-juin-7Le laser pour la peau d’un côté, et une chevelure blonde et des jolis yeux pour les propos xénophobes, dédiabolisés jusque dans les Manifs pour Tous : Diastème n’a aucune illusion, la dissimulation ne fonctionne pas.

Son mérite, évident, est de montrer que l’on peut ne pas en être dupe.


Comme un avion

sorties-10-juin-uneRéalisé par Bruno Podalydès, avec Bruno Podalydès, Agnès Jaoui, Sandrine Kiberlain – 1h45 – A L’Atalante de Bayonne, au Royal de Biarritz et au Sélect de St Jean de Luz

Michel, la cinquantaine, est infographiste. Passionné par l’aéropostale, il se rêve en Jean Mermoz quand il prend son scooter. Et pourtant, lui-même n’a jamais piloté d’avion… Un jour, Michel tombe en arrêt devant des photos de kayak : on dirait le fuselage d’un avion. C’est le coup de foudre (en cachette de sa femme).

L’histoire d’un gars parti à l’aventure de son Nouveau Monde, qui, au fil de l’eau, découvre avec le lever de soleil sa difficulté à quitter ces lieux découverts à mille lieux de son quotidien.

A voir sa présence massive dans les cinémas art et essai, Comme un avion reprend sans lassitude ce qui faisait le charme et la poésie des précédents films de Bruno Podalydès, quand une petite comédie de vacances se transforme en épopée enchanteresse.

L’envie du réalisateur, chouchou des salles art et essai avant l’été, de prendre chaque seconde de son film comme des envies de nature, de soleil, et de petits bonheurs, fait habituellement touche. On vous en parle très vite.


Contes Italiens

sorties-10-juin-3Réalisé par Vittorio Taviani, Paolo Taviani, avec Riccardo Scamarcio, Kim Rossi Stuart, Jasmine Trinca – 1h55 en VO – Au Royal de Biarritz

Florence, XIVème siècle : la peste fait rage. Dix jeunes gens fuient la ville pour se réfugier dans une villa à la campagne et parler du sentiment le plus élevé qui existe, l’amour, dans toutes ses nuances.

Des décennies après Pasolini, les frères Taviani adaptent cinq récits issus du Décaméron de Boccace, en contre-point de la dénonciation de la vulgarité qu’il contient.

Ici, l’idée est de restituer l’expérience des choses de la vie, pour une utopie de l’amour, envers et contre la mort. Songes et épure romantique, dont les dimensions picturales et théâtrales ne semblent pas avoir convaincu tous ses premiers spectateurs.


Le Souffle

sorties-10-juin-1Réalisé par Alexander Kott, avec Elena An, Karim Pakachakov, Narinman Bekbulatov-Areshev – 1h35 en VO – Au Royal de Biarritz

Un homme et sa fille vivent paisiblement dans une ferme isolée des steppes kazakhes. Alors que deux garçons, un Moscovite et un Kazakh, se disputent le cœur de la jeune fille, une menace sourde se fait sentir…

Une histoire sans paroles, poétique et muette,où le contexte temporel et géographique est délaissé à un récit sensoriel, quand le souffle du vent et des éléments s’éprenent de l’étendue spectaculaire des steppes kazakhes.

Ce décalage avec une humanité connectée peut paraître austère : ses premiers spectateurs nous affirment qu’elle ne l’est jamais.


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.