Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« Une saison, un auteur », des mots pleins, et Eric Emmanuel Schmitt à l’horizon au Pays basque

30 août 2016 > > Soyez le premier à réagir !

Un nouveau festival de théâtre contemporain prend ses quartiers basques dans le calendrier de la rentrée, avec ce « Un saison, un auteur » fin octobre à Biarritz, après un prélude à Bidart dès le 9 septembre prochain : le dramaturge Eric Emmanuel Schmitt en est l’inspiration et l’auteur invité.

Parce que le théâtre contemporain a des messagers sensibles que nous croisons rarement sur la côte Basque, la compagnie Horizon Vertical a pris son talent à deux mains pour changer cet état de fait. Est ainsi né sur la côte basque un festival de mots debouts, et désormais à ne pas quitter des yeux.

horizon-vertical-schmitt-5Son prélude aura lieu le 9 septembre à Bidart, avec la pièce Petits crimes conjugaux : son auteur Eric Emmanuel Schmitt sera ensuite sur la Côte Basque le 27 octobre prochain lors du nouvel événement « Une saison, un auteur » en tant que parrain.

Il s’agira d’un nouveau festival de théâtre, organisé par la compagnie locale Horizon vertical, et mené par le comédien et metteur en scène Franck Godard, qui se consacre jusqu’en 2017 « et plus si infinité », à l’auteur Eric Emmanuel Schmitt.

Deux pièces en particulier l’illustreront donc : Petits crimes conjugaux, le 9 septembre à Bidart puis rejoué le 27 octobre à nouveau, au Colisée de Biarritz, en présence de l’auteur, et quelques jours après Les Variations énigmatiques le 22 octobre au même Colisée.


Deux pièces, trois dates, et plusieurs possibilités


horizon-vertical-schmitt-1Cet engagement ne se vivra pas sans trac, lorsqu’Eric Emmanuel Schmitt rejoindra le public pour assister à la représentation de sa propre pièce Petits crimes conjugaux le 27 octobre prochain, interprétée par Franck Godard et Rozenn Castera.

Joué pour la première fois en 2003 par Charlotte Rampling et Bernard Giraudeau, la pièce raconte l’amnésie d’un homme qui recherche son identité en interrogeant son épouse qu’il ne reconnaît pas.

Le 22 octobre, c’est Quentin Ostanel qui partagera la scène avec Franck Godard dans Les Variations énigmatiques, une pièce sur les mystères du sentiment amoureux, qui verra se confronter deux hommes, Abel Znorko, prix Nobel de littérature et Erik Larsen, un journaliste qui prétexte une interview pour rencontrer le romancier (la première de la pièce a été donnée en 1996 par Alain Delon et Francis Huster).


Eric Emmanuel Schmitt, « il faut travailler énormément pour faire simple »


horizon-vertical-schmitt-3Ce nouveau festival signifie donc la venue au Pays basque d’Eric Emmanuel Schmitt, dont le CV est éloquent : docteur en philosophie, dramaturge, romancier, cinéaste, jury du Prix Goncourt en 2016 après avoir emporté plusieurs Molières et le Grand Prix du théâtre de l’Académie française en 2011.

Lu dans le monde entier, traduit en plusieurs langues, l’auteur a su retenir quelques clés de son succès, mais son écriture, malgré sa simplicité apparente, n’appartient ni aux philosophes de grandes surfaces ni aux boites à outils du vaudeville.

Les nombreuses critiques rencontrées n’ont pas essoufflé la création de plus d’une cinquantaine d’œuvres (romans, nouvelles, pièces, films, opéras) dont Ulysse from Bagdad, Oscar et la dame en rose, qui donne à lire la lettre d’un enfant en train de mourir du (très) haut de ses dix ans.

Le cinéma a été aussi son terrain de jeu, comme Odette Toute le monde qu’il a réalisé en 2007 et incarné par Catherine Frot et Albert Dupontel.

Ou bien Ibrahim et les fleurs du Coran, adapté au cinéma par François Dupeyron en 2001 avec Omar Sharif, qui enseigne que le sourire rend heureux (et pas le contraire).

Il faudrait encore citer la pièce Golden Joe ou l’odeur insupportable qui envahit la vie d’un homme d’affaires, une odeur saisissante, aimante, humaine, qui intoxique ou sublime la vie, à en crever.

C’est aussi celui qui écrit comme on expire un bon coup, « je fais partie de ces cadavres qu’il faut enterrer plusieurs fois », et autres paroles traversées par une vraie clairvoyance.

Un théâtre qui aime les gens tout en sachant leur dire quand « ça pue », et qui aime les comédiens, pour lesquels il crée des rôles du genre haute-couture sans les épargner, ni eux, ni le public, d’une sérieuse introspection.


Un théâtre à fleur de peau


horizon-vertical-schmitt-7Le nom de la compagnie, Horizon vertical, est celui d’une pièce, écrite il y a quelques années par son directeur, Franck Godard : le choix est assumé ici d’un théâtre cérébral et écorché, amoureux de textes sensibles, que le metteur en scène ne souhaite encombrer d’aucun compromis.

Les murs souvent rencontrés freinent sans décourager la vie d’une compagnie qui, depuis deux ans, prend forme et fond, désormais enrichi de deux comédiens choisis avec exigence.

horizon-vertical-schmitt-6Rozenn Castera est une amateure passionnée qui s’est prise au jeu de Horizon vertical, dans la même séduction des textes proposés et de l’énergie déployée.

Quentin Ostanel, lui, est un comédien professionnel aux multiples visages, voguant avec aisance de l’art de l’improvisation au théâtre à textes.

horizon-vertical-schmitt-4Pour tous les deux, « l’immersion a prise », dans la rencontre des sentiments qui s’y propagent, des plus intimes aux plus universels.

« Il est difficile de se détacher des personnages imaginés par Eric Emmanuel Schmitt. Nous devons chercher en nous la capacité à traduire leurs sentiments, souvent à deux facettes. Chaque représentation est vécue, jouée différemment. Il n’est pas possible de faire une simple lecture de ses pièces », défend bec et ongles Franck Godard, « cet auteur est adroit, parce que sincère ».

Les deux comédiens le rejoignent : « Nous les jouons, de suite, malgré nous, emporté par l’authenticité des personnages ».

 


« Une saison, un auteur », mode d’emploi


On vous conseille de réserver un fauteuil pour assister aux représentations et de vous pencher sur cette compagnie, qui propose des cours de théâtre toute l’année et travaille déjà à la saison prochaine. Les noms des futurs invités flottent même dans l’air… le couple Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui, pour un travail autour de leur pièce Cuisine et dépendances.

Facebook de la compagnie Horizon vertical

Billetterie et réservation pour le 9 septembre, 21h, salle municipale à Bidart: Office de tourisme de Bidart 05 59 54 93 85

Billetterie et réservation pour le 22 octobre à 20h30 et le 27 octobre à 20h au Colisée à Biarritz : Office de tourisme de Biarritz 05 59 22 44 66 www.biarritz.fr


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.