Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

« La verità », c’est qu’ils ont été formidables

7 février 2014 > > Un commentaire
verita Compagnia Finzi Pasca

La dame assise depuis deux heures dans le Théâtre de Bayonne, devant le spectacle La Verità de la Compagnia Finzi Pasca, mesure qu’elle ne le fait que rarement, mais là, tout autre choix ne lui semble guère plausible. Alors elle rassemble son manteau et son sac posés sur ses genoux, et comme la salle comble de ce mercredi soir, se lève, applaudit à tout rompre les 12 artistes qui saluent, elle se retourne vers son homme, « ils ont été formidables, hein ? », et il acquiesce, d’un grand sourire.

Le bonheur d’avoir assisté à ce spectacle total de danses, d’acrobaties circassiennes et de numéros de cabaret très commedia dell’arte, l’a disputé à la féérie et aux rires, nombreux, qui ont saisi ceux qui ont eu le bonne idée de prendre place devant les rideaux rouges de la salle.

Sans doute que l’argument de cette exceptionnelle toile de tulle, peinte par Salvador Dali dans les années ’40 à New York pour le ballet Tristan et Iseut qu’il avait imaginé, avait nourri une excitation sensible. Ou que d’autres avaient su que, oui, cette troupe basée aujourd’hui en Suisse regroupe bien les « meilleurs du monde dans leurs disciplines », pour reprendre les termes d’une cheville ouvrière de la Scène Nationale (co-productrice du spectacle).

verita Compagnia Finzi PascaA la différence d’un précédent C!RCA vu à Bayonne, dont les prouesses relevaient d’un érotisme de merchandising et d’une dynamique corporelle essentiellement testotéronisée, la beauté unique de ce Verita aura résidé tout à la fois dans la puissante poésie des tableaux imaginés que dans ce rêve d’Icare auquel ils ont donné corps, de façon fascinante.

Des rhinocéros qui jouent du piano, tandis qu’une ballerine évolue à une dizaine de mètres au-dessus d’eux, dans un ballet dont la beauté était nourrie autant par l’incroyable virtuosité des figures d’acrobaties que par un savant jeu de lumières ; un merveilleux accompagnement musical siglé Cinecitta et écrit par la Compagnia ; des artistes qui ont révélé leurs natures profondes de trompe-la-mort et d’éternels gamins capables d’imaginer des figures époustouflantes là où nous n’aurions vu que du danger : bien des figures mythologiques ont été révélées sur cette Verita, et nous avons pu nous élever avec eux, quand le mot « beauté » a repris la place fondamentale qu’il espère dans nos âmes.

verita Compagnia Finzi Pasca« C’est absolument tout ce que j’aime aujourd’hui sur une scène de théâtre », pouvait alors résumer avec émotion ce jeune metteur en scène de Hecho en Casa, otage ravi du bouche à oreilles qui l’a précipité lui et tant d’autres vers les toutes dernières places de cette 3ème et ultime représentation donnée cette semaine à Bayonne.

Une certaine mélancolie pouvait également serrer quelques coeurs, de constater que cette pratique artistique totale n’est jamais réellement partagée là où elle pourrait l’être, des médias généralistes aux tubes audiovisuels qui resteront cramponnés à des visions gynécologiques des actus dramatiques. Ou à des erzats anecdotiques frétillants, à la vocation insignifiante d’évènements morts-nés.

Ce bain de poésie, empruntant à Fellini ou Vincente Minelli ses images transcendantales ; ces rires que nous avons partagés des deux côtés du plateau de scène devant les sketches très Dino Risi délivrés comme de joyeuses respirations ; ces images inspirées par le surréalisme ressuscité de Dali ; et cette affirmation que le corps au travail peut porter tout autant le refus insolent de la gravité que la certitude que rien n’est impossible avant de l’avoir tenté ; et que l’expression « apparente facilité » est la récompense de ceux qui ont énormément travaillé pour cela, qui vous l’offrent avec une modestie confondante : il n’aura pas fallu attendre la standing ovation finale pour que se fraie en nous le mot « formidable ».

verita Compagnia Finzi PascaProchaines dates (et dernières en France) de La Verità

Angoulême 7 au 8 février 2014
Arcachon 11 au 12 février 2014
La Rochelle 14 au 16 février 2014
Blagnac 19 au 23 février 2014


Commentaires

Une réponse à « La verità », c’est qu’ils ont été formidables

  1. Sarrade dit :

    Une salle entière debout à applaudir et réclamer de multiples rappels, cela n’a pas attendu mercredi… dès lundi soir le tour était joué ! Bravo à eux. Formidable ? Non… IMMENSE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.