Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Wheels and Waves 2017 : à Pasaia, l’expo Art Ride à la croisée des mondes anciens et des fantasmes bikers

16 juin 2017 > > Soyez le premier à réagir !

Dans l’ancien bâtiment industriel de la Ciriza près de Donostia/San Sebastian, se tient une admirable exposition de motos « life time » rassemblées à l’occasion du Wheels and Waves 2017 de Biarritz, jusqu’au dimanche 18 juin.

A 40 km de la Cité de l’Océan de Biarritz, où se tient le camp de base du 6ème Wheels and Waves, le lieu de l’exposition Art Ride ne doit strictement rien au hasard, qui porte le fruit d’une entente scellée entre ses organisateurs Southsiders et le Pays basque Sud, qui les accueille pour la seconde année dans l’ancienne conserverie Ciriza, dans le quartier industrialo-portuaire de San Pedro à Pasaia.

 

Y est exposée une quarantaine de motos (et deux voitures) venues du monde entier et amoureusement sélectionnées pour ce qu’elles portent des mythes de mondes anciens, où la règle était de ne pas en avoir, vestiges des bikers surfers de la côte ouest des Etats-Unis et de ceux qui auraient plus facilement abandonné leurs nationalités que leurs bécanes.

Ici, dans les 3.000 m2 de ce hangar, les rêves et les fantasmes ont de l’espace pour revivre, jusqu’au dimanche 18 juin, par la place et la philosophie locale qui sont offertes.

Dans ce quartier en pleine rénovation urbaine, « Ciriza n’appartient à personne mais peut être demandée par tout le monde » en credo local, le village basque s’est fait la réputation d’y accueillir l’exception admirable, et de ne pas trainer des pieds comme du côté biarrot quand le désir d’investir un repaire admirable nourrit le projet de Wheels and Waves depuis ses origines.

De vieux long boards rythment les linéaires de l’exposition inédite des photos de Richard Vincent, globalement encore non identifié par Google, qui a multiplié tous les moyens possibles de sentir le vent contre sa peau, jusqu’en 1967, et une saleté de balle qui l’a gravement blessé au Vietnam.

Photo FB Wheels and Waves

A cette époque où les réseaux sociaux avaient la forme plus Easy Rider de courses entre bikers dans les déserts rougis et vrombissants, au guidon de sa Velocette Speciale, trafiquée jusqu’à la gueule pour que personne ne puisse ignorer le nom de son motard.

L’expo Art Ride a ressuscité les photos prises de ce beau gars athlétique et intrépide, sur sa bécane ou sur sa planche, témoins d’une « life style » aujourd’hui exhumée, dont les vestiges qui les entourent frappent encore les imaginaires.

Parfois conçues à l’unité sur le caprice ou le rêve de son propriétaire, parfois bricolées pour y accoler un madness side car,  ces motos lancent aussi un éclaire dans le futur, avec des carénages d’ultra-vitesse qui ne les distinguent plus de fusées ou d’éléments du film futuriste Tron.

La visite s’impose, avec la probabilité de croiser sur ces 40 kms entre les deux têtes de Wheels and Waves, des motards aux visages recouverts de bandanas sous leurs casques, aux mains gantées nonchalamment déployées sur leurs guidons interminables.

Le soir marquera quoi qu’il en soit le repli vers le campement biarrot, où les concerts rythment les nuits depuis son ouverture, très réussie, de Moon Duo venu de Portland lancer parfaitement l’ouverture du festival, applaudie par tous ceux qui guettent loin un concert de Dinosaur JR ou rêvent d’un impossible retour de Sonic Youth.

Autour des tentes militaires des fournisseurs d’objets siglés ou customisés, la tour de Babel avait déjà commencé cette après-midi du mercredi 14 juin à ronronner de vrombissements de moteurs impossibles à confondre avec celui, très répandu, des verts jardins tondus pour les cartes postales de la côte basque.

Soirée Mr.TC (Glasgow) et Optimo – ESPACIO (Glasgow), Vendredi 16 juin, à partir de 20h

Soirée Tom Curren (Cal), Rocco Deluca (Cal) et, en photo, Elliott Murphy (NYC), samedi 17 juin à partir de 20h

Lemon Swell (Fr), dimanche 18 juin, à partir de 13h


Expo Art Ride
Bâtiment Ciriza, rue Euskadi Etorbidea, Pasaia/Pasajes
(cliquer le QR Code pour télécharger l’itinéraire GPS de Biarritz à Art Ride)

Tarif d’entrée : 6 euros, vendredi 16 et samedi 17 juin de 11h à 21h, le dimanche 18 juin de 11h à 19h


Tous les renseignements sur Wheels and Waves 2017 sur le site du festival


 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *