Après 3 ans, plus de 1 000 articles écrits
par une trentaine d'auteurs, 1 700 dates d'agenda,
340 fils musique, 330 brèves de culture,
420 newsletters envoyées à 4500 abonnés
pour un total de 900.000 pages vues,

Eklektika s'arrête.

Merci à ceux qui nous ont fait confiance.

Si le projet vous intéresse : continuer@eklektika.fr

Retour en haut de la page
Twitter Facebook Contact Recherche

Wheels and Waves 2016 : « See you next year », probablement de nouveau à Biarritz en 2017

13 juin 2016 > > 8 commentaires

Au dernier jour de l’édition 2016, qui a rassemblé un nombre encore très important de visiteurs, les organisateurs de Wheels&Waves conservent l’intention de revenir l’an prochain dans le même lieu, avec des synergies à y développer.

Les motos ont emprunté les routes de retour ou une place dans les camions qui les ont embarquées, les tentes sont vidées de leurs stands, les derniers participants encore présents au Wheels and Waves 2016 s’étreignent tandis que s’échangent ces « See you next year! », l’anglais en trait d’union de base pour les ressortissants de multiples pays présents ici à Biarritz.

wheels-and-waves-2017-1Cette 5ème édition n’a pas dérogé à cette habitude d’avoir du mal à rompre les rangs, et la question n’est pas tant ce « A l’année prochaine ! », mais « bien « L’an prochain, ce sera où ? ».

« Je tiens à cet endroit », confie Vincent Prat, à la tête des Southsiders qui, depuis Toulouse, organise ce rassemblement international de bikers, qui a pris ses quartiers à la Cité de l’Océan pour la première fois l’an passé.

wheels-and-waves-2017-12

Deux des Southsiders : à gauche, Polo Garat ; à droite, Vincent Prat

Proche d’un noeud autoroutier d’arrivée sur la ville et proche de la mer (le Waves de W&W donnant lieu à une compétition de surf tous les jours) : il le sait, son désir passe quoi qu’il arrive par l’acceptation de la municipalité de leur offrir à nouveau l’occupation de cet espace public.

Localement, le débat sur le prix d’entrée fixé à 15 euros a agité notre Landerneau, quand bien même ce prêt d’espace est la seule intervention publique d’un événement entièrement privé (près de 10.000 visiteurs cette année encore) : ni foire commerciale ni manifestation culturelle conventionnée, ceux qui ont choisi leurs créneaux proches des multiples concerts programmés sur place n’y ont rien trouvé à redire.

Dans ce contexte, et dans une relation empirique de bon voisinage qui apprend à s’apprivoiser, des synergies avec la Cité de l’Océan ont été expérimentées, comme la vente de tickets d’entrée pour le musée à l’accueil de W&W, et des projections de films du W&W à l’intérieur de l’espace muséal.

Rompant avec des atermoiements initiaux en 2014, la visite d’élus n’est pas passée inaperçue, durant ces 5 jours du 8 au 12 juin, qui se sont déplacés avec les responsables du service communication.

Un chantier semble donc ouvert à l’issue de ce W&W2016, consistant à ancrer plus durablement cette manifestation dans le calendrier de la ville de Biarritz.

Les organisateurs en conviennent : les désagréments ne sont pas nuls, en termes de perturbations sonores, évidemment, mais également en termes d’indisciplines des bikers participants.

« C’est la première fois que j’ai eu à poster sur notre page Facebook un message à titre préventif rappelant à tous des règles simples du vivre ensemble », précise Vincent.

Des motards qui font des wheelies devant des terrasses de bars, cela ne lui a pas plu, ce n’est pas dans l’esprit de ce qu’il a imaginé avec ses potes des SouthSiders, « les policiers municipaux étaient devant mais ne pouvaient pas vraiment faire grand chose », il souhaite ne plus revoir ça l’an prochain.

Le souvenir qui doit rester à ceux qui se sont rassemblés ici est celui d’une grande convivialité, nourris de rendez-vous sportifs (de la Punks Peak Race au sommet du Jaizkibel aux courses Rollo à Pasaia) et de concerts dans le village de la Cité de l’Océan (« il y a eu une énorme ambiance devant Kid Congo vendredi soir »).

wheels-and-waves-2017-5

Photo Facebook W&W

Reste un souci important, nullement réglé dans la configuration bicéphale du W&W, avec une belle exposition de l’autre côté de la frontière, à Pasaia (« 800 entrées jour »), porteuse de l’attachement fraternel avec leurs partenaires du Pays Basque sud mais également de l’impossibilité de trouver un lieu adéquat sur Biarritz.

Où trouver ici un lieu pour exposer des toiles d’artistes, des photos de grande dimension mais également une sélection de vieilles bécanes de collection ?

wheels-and-waves-2017-7

Photo Facebook W&W

« Hors de question de le faire sur les Halles d’Iraty comme je l’ai encore entendu cette année », coupe Vincent, « mais c’est dommage effectivement d’avoir le village ici sans cette possibilité… »

La question de consacrer une partie de l’agenda de la Cité de l’Océan n’est pourtant pas plus stupide que d’inciter une partir des 10.000 visiteurs sur les 5 jours à entrer dans un bâtiment qui met environ six semaines pour en drainer autant.

wheels-and-waves-2017-10Mais cette hypothèse n’est pas du ressort des organisateurs de W&W, qui, en l’absence d’aides publiques (justifiant de pratiquer un prix d’entrée pour les visiteurs intéressés), n’ont pas à porter une responsabilité politique locale de rayonnement du Luno II comme l’endroit est parfois surnommé (en référence au Luno, cargo en perdition échoué sur la côte de Biarritz en février 2014).

L’essentiel est de toute façon acquis pour cette année, par la certitude d’avoir porté une année pleine qui a attiré à la fois les habitués venus de toute l’Europe, des Etats Unis et du Japon, mais également de plus loin encore.

Photo Facebook W&W

« Pour la seconde fois, on a eu une délégation venue d’Inde » (on les a rencontrés, ils étaient ravis, ndlr), « et la compétition de surf contest attire de plus en plus de bikers australiens ».

Cette année 2016 a écrit aussi un nouveau fait d’armes pour leur course du Punks Peak Race, au sommet de la frontière des Pyrénées.

wheels-and-waves-2017-6

Photo Facebook W&W

« Sur le parcours, nous avions deux Brough Superior, la moto préférée de Lawrence d’Arabie, mais, au moment du départ, pour l’une d’elles, une soudure a lâché sous le réservoir, qui a fait fuiter l’essence directement sur les bougies. la moto a immédiatement flambé au démarrage, tout le monde a vu des flammes impressionnantes », raconte Vincent.

Son sourire de ce dimanche est nourri à la fois par la dimension « mythique » renforcée pour cette course de W&W, mais également du fait que l’incident a été rapidement maîtrisé, et prouvé ainsi la sécurité déployée sur la course.

wheels-and-waves-2017-8Au final, 2016 a permis d’établir un bilan satisfaisant en termes d’attractivité maintenue pour un rassemblement qui a laissé à l’Euro de foot des images bien plus « contrastées ».

La décision d’implantation du Wheels&Waves 2017 à la Cité de l’Océan sera vraisemblablement prise à l’issue de cet été : peu de doutes subsistent que Biarritz refuse d’en être le centre du monde.


Retour en vidéo de moments d’ambiance dans le village W&W


 


Commentaires

8 réponses à Wheels and Waves 2016 : « See you next year », probablement de nouveau à Biarritz en 2017

  1. Iker dit :

    C’est dommage que l’accès au village était payante: 15€!
    Du coup on peut pas voir les motos mais par contre on les a entendus pendant 5 jours les barbus branchouilles qui font joujou avec leur mobylette dans Biarritz. Sans compter que la plupart conduisent en ville comme des tarés. C’est vraiment un peu trop beauf comme manif. Et trop d’entre soi

    • Je crois que la réponse à vos doutes se trouve dans l’article (notamment sur le prix d’entrée). Par contre, difficile de vous rejoindre sur vos affirmations de « tarés » et de « beauf ».
      Merci pour votre commentaire, quoi qu’il en soit.

  2. Londaitz dit :

    Je regrette le comportement de certains motards dans les rues de biarritz et les nuisances sonores.

  3. janvier dit :

    à peine arrivés le mardi, déja une prune sur le rond point de l’océan… merci la police municipale !!!!

  4. Iker dit :

    Oui, les termes tarés et beaufs étaient de trop sans doute, sous le coup d’une certaine lassitude. Quoiqu’il en soit, je pense que passée une certaine heure, les motards de W&W peuvent respecter la tranquillité des riverains, on vit ici nous ce n’est pas un parc d’attraction. 15€ ça reste trop cher, 30€ à deux et à ce prix là tu n’as pas un verre niun talo. Ça fait entre-soi pour friqués voilà. Nous avons les désagréments de W&W et on ne peut même pas profiter de voir les jolis motos.

  5. yuck dit :

    pas vu 1 seul rocker ?

  6. manu64 dit :

    Redondance de scrambler plus ou moins réussis, des stands à breloques, heureusement qu’il y avait quelques belles bécanes à San Sébastien pour tenter de justifier le prix de l entrée!!

  7. gillier j m dit :

    nous sommes interessé par la manifestation on voudrais savoir la date 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.